La Faitière des caisses populaires (FCPB) concentre à elle seule 70% des dépôts, contre 30% pour le reste des Services financiers décentralisés (SFD). (DR)

Microfinance : 70% des dépôts en provenance de la FCPB

• Hausse de 8,87% du nombre de clients

• Dont 64% pour les caisses populaires

 

La Faitière des caisses populaires (FCPB) concentre à elle seule 70% des dépôts, contre 30% pour le reste des Services financiers décentralisés (SFD). Selon les statistiques émanant du rapport 2015 sur le secteur de la microfinance publié au cours du second trimestre 2017 au Burkina Faso .
Non seulement la FCPB concentre à elle seule le plus de dépôts, mais aussi 65% de l’encours des crédits du secteur. «Son niveau d’encours a diminué comparativement à l’année 2014 où il représentait 75% de l’encours des crédits total du secteur», note néanmoins le rapport. Cependant, en valeur absolue, il est à noter que l’encours de crédit de la FCPB a connu une légère hausse entre 2014 et 2015. Une baisse qui peut s’expliquer par le fait que le nombre de SFD agréés et exerçant effectivement l’activité de microfinance a lui aussi baissé entre 2014 et 2015. Il est passé de 151 à 135 entre 2014 et 2015. En cause : la fusion absorption de certains SFD, la cessation d’activités d’autres et enfin la liquidation de la caisse Nabonswendé.
Paradoxalement, le nombre de clients a connu une hausse de 8,87%, passant de 1.603.915 en 2014 à 1.746.160 en 2015. Il ressort de l’analyse que six SFD concentraient près de 90% des membres du secteur. Cette concentration des membres du secteur de la microfinance au Burkina Faso est d’autant plus déséquilibrée que la Faitière des caisses populaires du Burkina (FCPB) détenait à elle seule près de 64,40% du total des membres/clients.

Couverture géographique des SFD
On dénombre 634 points de services de SFD sur tout le territoire national. Ce chiffre a connu une hausse en valeur absolue de 24, correspondant ainsi à un accroissement de 3,94% comparativement à 2014. Cette hausse a amélioré la surface moyenne de couverture des points de services qui a connu une réduction, passant de 447,49 km en 2014 à 430,55 km en fin 2015, sur le territoire national.
Toutefois, il existe d’énormes disparités d’une part entre les régions administratives du pays et d’autre part, à l’intérieur des régions, entre les provinces.
En outre, la majorité des points de services sont concentrés dans un nombre très réduit de localités du pays. A titre illustratif, la province du Kadiogo concentre plus de 15% du nombre total de points de services, contre moins de 1% pour les 16 provinces ayant une plus faible couverture en points de services de SFD. Aussi, la couverture géographique dans la région du Centre est d’environ 2.228 km pour un point de services contre 1.229 km dans la région de l’Est.

Taux d’accès à la microfinance
Le Taux d’accès à la microfinance (TAMF) représente la proportion des personnes physiques adultes titulaires d’un compte dans un système financier décentralisé. Le TAMF, calculé au 31 décembre 2015, donne une valeur de 18,08% contre 17,20% en 2014, soit une hausse de 0,88%. Ces chiffres confirment la dynamique de promotion amorcée depuis quelques années dans le secteur de la microfinance au Burkina Faso.
Les actions phares réalisées dans le cadre de la promotion du secteur de la microfinance durant l’année 2015 concernent notamment la poursuite des interventions du Programme d’appui à la mise en œuvre du plan d’actions 2012- 2016 de la Stratégie nationale de microfinance (SNM), les exonérations fiscales, de droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée sur l’importation de matériel informatique et de logiciels de gestion au profit des SFD, la mise en œuvre du programme d’appui à l’agriculture familiale.
Concernant l’assainissement du secteur, les actions de contrôle et de supervision se sont intensifiées et des mesures fortes ont été prises, notamment la liquidation de la caisse Nabonswendé, le retrait d’agrément d’un SFD et l’interdiction de collecte d’épargne faite à un autre.

NK


Les types de SFD

Au 31 décembre 2015, les principales formes de SFD étaient les institutions mutualistes généralement appelées Coopératives d’épargne et crédit (CEC). Avec 113 représentations, elles regroupaient 83,70% des SFD du secteur. Venaient ensuite les associations, représentant 11,11% des SFD, les sociétés anonymes qui comptaient pour 3,70% des SFD, puis deux SARL (1,48%) .

Commentaires
Numéro d'édition: 223

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.