Le lancement officiel du programme Burkina Startups a été fait par le Premier ministre Paul KabaThiéba, en présence de la ministre en charge de l’Economie, des Finances et du Développement, ainsi que d’autres membres du gouvernement. (DR)

Entrepreneuriat des jeunes : Burkina Startups mis en branle

• Une enveloppe de 10 milliards de F CFA pour les projets

• Objectif : création de 100 PME innovantes et viables par an

• Pour 10 mille emplois directs en 5 ans

 

Burkina Startups a été officiellement lancé, le 11 juillet 2017, à Ouagadougou, par le Premier ministre Paul KabaThiéba. C’est un programme incitatif dans le domaine de l’entrepreneuriat des jeunes qui consiste à identifier les opportunités d’investissements ; c’est-à-dire des startups présentant de belles perspectives de croissance et à la recherche de fonds, pour les accompagner dans leur croissance. L’ambition est de mettre en relation des investisseurs potentiels et des entrepreneurs innovants porteurs de projets structurants pour l’économie nationale. Le soutien financier qu’il apporte est basé sur un mécanisme plus simple, plus accessible et plus flexible.
C’est une initiative du gouvernement burkinabè administrée par le Fonds burkinabè de développement économique et social (FDBES).Elle entre dans le cadre de la réalisation de l’axe 3 du Plan national de développement économique et social (PNDES) qui est de dynamiser les secteurs de la croissance et de l’emploi.
Le programme est financé à hauteur de dix (10) milliards de F CFA sur une période de 5 ans, entre 2017 et 2021. L’objectif principal de ce programme est de favoriser la naissance et l’émergence de Petites et moyennes entreprises (PME) structurantes et l’auto-emploi. Dans ce sens, la ministre Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori, en charge de l’Economie, des Finances et du Développement, a indiqué lors de la cérémonie de lancement que Burkina Startups va contribuer à créer 100 PME innovantes et viables par an. Au terme des 5 ans dédiés au programme, ce sera au total 500 PME qui vont être créées pour dix mille (10.000) emplois directs générés. Le programme comporte deux composantes suivant son mode d’intervention et les résultats attendus.
La composante A est basée sur l’accroissement de la création de nouveaux emplois et des richesses par l’accompagnement financier du FBDES sous forme de prises de participation. A ce niveau, le financement apporté par le FBDES sera destiné à l’investissement et permettra à la structure bénéficiaire de réaliser son amorçage ou sa croissance. L’objectif qui est visé par ce mécanisme de financement est d’augmenter les capitaux propres du partenaire d’affaires par l’ouverture du capital social de l’entreprise à d’autres investisseurs potentiels.
Quant à la composante B, elle va permettre l’accroissement des capacités opérationnelles des entreprises par un accompagnement financier du FBDES sous la forme d’un compte courant d’associés et de prêts participatifs. Cette composante vise le développement des entreprises dans lesquelles le FBDES détient au moins 10% du capital social. Ce type de financement est une réponse à des besoins durables de financement et est considéré comme un prêt remboursable et rémunéré par la société bénéficiaire. Il permet de renforcer les fonds propres de l’entreprise. Les maitres-mots dans les startups sont l’innovation, la créativité, l’originalité et la vision. Et c’est par cet esprit que le type de financement proposé par le programme Burkina Startups se veut également innovant. Il permet de contourner les problèmes à l’origine de la mortalité des entreprises au Burkina, tout en aidant les jeunes à sortir du chômage.

Joël BOUDA


 

Conditions d’éligibilité et procédure de sélection

Pour être éligible aux financements de ce programme, la startup doit être domiciliée au Burkina. Elle doit également présenter un projet d’entreprise immédiatement réalisable ou en phase de croissance (moins de 5 ans d’existence).
Par ailleurs, la startup doit proposer une solution technologique commercialisable et représenter un potentiel de marché significatif au Burkina Faso.
A la tête de la startup, l’équipe de management doit être composée d’au moins deux (02) personnes.
Toute candidature à ce programme est soumise à une procédure de sélection qui comporte plusieurs phases. Il y a d’abord l’appel à projets. Puis, le dépôt de candidatures sur une plateforme via internet, la présélection des projets par un comité de présélection, la sélection des startups par un comité d’experts chargé de la sélection et de la diligence financière, la valorisation des startups retenues, la levée des fonds et le bouclage du coût des projets et, enfin, l’assistance et l’accompagnement des startups retenues.


Nature du financement

Le mode de financement capital–risque (Objet du financement : investissements)

Montant : 2 millions à 4 millions de F CFA
Durée : 5 ans
Commission : 5% l’an
Dénouement : 5 ans
Le mode de financement prêt participatif (Objet de financement : renforcements de fonds propres)
Montant : 2 millions à 10 millions de F CFA
Durée : 5 ans maximum
Taux d’intérêt : 5% l’an
Différé : 6 mois maximum
Remboursement : trimestriel ou semestriel
Apport personnel  : 15% minimum du coût total du projet
Part du FBDES : 10% au moins
Le mode de financement compte courant d’associés (Objet du financement : renforcements des fonds propres)
Montant : 2 millions à 10 millions de F CFA
Durée : 5 ans maximum
Commission : 5% l’an
Dénouement : 5 ans
Part du FBDES : 10% au moins
NB : le cumul des trois types de financement ne doit pas dépasser 50 millions de FCFA.

Commentaires
Numéro d'édition: 215

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.