Mines : Journalistes et communicateurs du secteur se concertent

• Objectif: mise en relation des 2 parties

• La rencontre a abouti à des résolutions

 

Le mardi 6 juin 2017, une rencontre d’échanges entre les journalistes et les chargés de communication des sociétés minières s’est tenue à Ouagadougou. Cette rencontre a été organisée par l’Action des journalistes sur les mines au Burkina Faso (AJM-BF), une association de journalistes qui œuvre pour une saine et transparente information sur le secteur minier en collaboration avec la Chambre des mines du Burkina.
Pour l’AJM-BF, la contribution du secteur minier à l’économie nationale est très importante. Selon les statistiques du gouvernement, les 38,125 tonnes d’or et les 155.679 tonnes de zinc produites en 2016 ont généré 189,983 milliards de FCFA de recettes directes pour le budget de l’Etat.
Sa contribution au Produit intérieur brut (PIB) a été de 8,3% en 2016. Ces chiffres ne concernent pas la contribution indirecte comme celle des fournisseurs de biens et services miniers. Malheureusement, constate AJM-BF, les activités des acteurs de secteur sont émaillées de conflits entre les sociétés minières d’une part, les travailleurs, les communautés riveraines et l’administration publique d’autre part. Une des raisons de ces conflits est le manque d’informations exactes sur le secteur. Les journalistes sensés informer le public ne connaissant pas toujours la personne à contacter dans une mine pour une recherche ou une vérification d’informations, la rencontre vise donc à mettre en relation les journalistes membres de l’AJM-BF, élargis à d’autres journalistes, avec les responsables de communication des sociétés minières, qui à leur tour auront des points d’entrée dans les médias.
La rencontre a été présidée par Toussaint Bamouni, nouveau directeur exécutif de la Chambre des mines du Burkina Faso. Il a félicité l’AJM-BF pour l’organisation de la rencontre et a rappelé qu’en une dizaine d’années, 9 mines industrielles sont installées au Burkina Faso. «De 2.000 emplois en 2007, nous enregistrons près de 7.000 personnes qui travaillent dans les mines industrielles en production, dont près de 95% de nationaux. La contribution en termes de recettes au budget national est passée de 1,691 milliard de FCFA en 2007 à 189,983 milliards de FCFA en 2016». Mais pour Toussaint Bamouni, cette contribution est souvent relayée au second plan, parce que les journalistes ne disposent pas toujours de toutes les informations sur le secteur. Si les conditions sont favorables, plusieurs autres mines viendront accroitre encore plus la contribution du secteur au développement harmonieux du Burkina Faso. Il est donc nécessaire que les citoyens soient bien informés sur les conditions d’exploitation des mines, les relations avec les communautés, les investissements communautaires, le respect de l’environnement. «J’espère qu’au sortir de cette rencontre, chaque journaliste aura désormais un contact dans chaque mine pour les demandes et vérifications d’informations», a-t-il précisé.
L’AJM-BF a été créée le 8 octobre 2016, mais n’a obtenu son récépissé que le 5 janvier 2017. L’AJM-BF a été créée pour contribuer à la formation des journalistes burkinabè sur le secteur minier afin d’accroitre la quantité et la qualité des productions journalistes sur les questions minières dans les médias.

E.K.


Les résolutions de la rencontre

Au sortir de la rencontre, l’AJM et la Chambre des mines ont convenu de l’élaboration d’un catalogue des journalistes et des responsables de communication des sociétés minières, la tenue régulière de rencontres et des visites sur les sites miniers afin de familiariser les journalistes au paysage minier. Un comité restreint travaillera à opérationnaliser ces acticités.

Commentaires
Numéro d'édition: 210

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.