Gardienne du traité, la commission de l’UEMOA veille au respect des engagements pris par les Etats membres dans le cadre de la convergence des politiques économiques. (DR)

UEMOA : Les 8 commissaires ont prêté serment

Conformément à l’article 28 du traité de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA), la Cour de justice de l’union a procédé à l’installation officielle des 8 commissaires nommés par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA. La cérémonie de prestation de serment a eu lieu le mardi 9 mai dernier à Ouagadougou. Le nouveau président de la commission, Abdallah Boureima, se dit conscient de l’importance de la tâche et également de la lourdeur du poids de la mission, mais rassure être suffisamment préparé pour y faire face.
«Je jure, conformément au traité instituant l’UEMOA, de bien et fidèlement remplir mon mandat de commissaire de l’UEMOA, en toute loyauté et impartialité, en observant les obligations d’indépendance et d’honnêteté de ma charge; de garder le secret des délibérations et des votes et de me conduire, en tout, en digne et loyal commissaire de l’UEMOA, dans l’intérêt général de l’UEMOA», c’est en ces termes que les 8 membres de la commission ont tour à tour prêté serment devant la Cour de justice de l’union.

Gardienne du traité, la commission de l’UEMOA veille au respect des engagements pris par les Etats membres dans le cadre de la convergence des politiques économiques. «Elle veille également au respect de l’application des principes qui règlent la concurrence, suit les activités des entreprises par les organes de l’union et veille dans à cohérence avec celles des autres organisations investies de pourvoir normatif», a rappelé la présidente de la Cour de justice de l’union, Joséphine Suzanne Ebah/Touré.

Un serment qui va au-delà d’une simple formalité
A ces responsabilités, se greffent des obligations et des servitudes auxquelles les commissaires sont soumis. C’est pourquoi la Cour les invite à avoir constamment à l’esprit le serment qu’ils viennent de prêter, «chacune des fois que vous aurez à accomplir un acte attaché à votre poste, vous devez vous souvenir que ce serment va au-delà d’une simple formalité.
C’est un acte qui marque votre engagement à une posture claire non seulement au sein de votre organe, mais encore vis-à-vis des Etats membres de l’union, aux fins d’exercer votre fonction en toute indépendance dans l’intérêt de l’Union, en excluant toute interférence d’un Etat et de toute autre organisme dans l’exercice de votre fonction», recommande la cour de Justice de l’UEMOA.

Fily Bouaré du Mali, la seule femme à siéger
Au cours de cette cérémonie, Joséphine Suzanne Ebah/Touré a également rendu un vibrant hommage au président sortant de ladite commission, Cheikhe Hadjibou Soumaré, pour son professionnalisme durant son mandat. Concernant ceux qui viennent de prêter serment, la Cour est persuadée de leur compétence professionnelle ainsi que de leurs qualités morales et éthiques qui ont motivé leur nomination et reconduction pour certains. C’est pourquoi elle les félicite, les encourage et leur souhaite bon vent. Avec un curriculum vitae bien remarquable, Fily Bouaré née Sissoko est la seule femme à siéger dans cette nouvelle commission de l’UEMOA.
Le nouveau président de cette commission, Abdallah Boureima, fait remarquer qu’il s’agit d’une mission qu’il faut exercer dans la loyauté, la transparence et la recevabilité. Selon lui, la recevabilité est aujourd’hui une réclamation forte non seulement des autorités, mais aussi des citoyens de l’Union. «Nous avons hâte de rejoindre nos bureaux», a-t-il-confié.
Le président sortant se dit fier de la décision des chefs d’Etat de nommer une nouvelle commission suite aux différents problèmes que traversait l’Union. Il a transmis ses vives félicitations au nouveau président qui pour lui est un homme compétent qui répond au profil de la charte. Il rassure en outre que la commission est dans de bonnes mains.
«L’UEMOA est devenue une seule et même nation. Tous ensemble, nous devons être solidaires afin de relever les grands défis de notre commission», indique-t-il.
Pour le représentant du Burkina Faso dans cette commission, le professeur Filiga Michel Sawadogo, c’est un sentiment de reconnaissance vis-à-vis des plus hautes autorités de son pays.
Il espère qu’avec les autres membres de la commission, ils réaliseront un travail à la hauteur des attentes des chefs d’Etat et des populations des 8 pays de l’UEMOA .

E.M. KABORE


Les 8 commissaires de l’UEMOA

– Niger : Abdallah Boureima, président de la commission
– Bénin : Jons Gbian, commissaire au Département de la sécurité alimentaire, de l’agriculture, des mines et de l’environnement (DSAME)
– Burkina Faso : Filiga Michel Sawadogo, commissaire au Département du dévéloppement humain (DDH)
– Côte d’Ivoire: Koffi Paul Koffi, commissaire au Département de l’aménagement du territoire communautaire et des transport (DATC)
– Guinée Bissau: Ibrahima Diémé, commissaire au Département du marché régional, du commerce, de la concurence et de la coopération (DMRC)
– Mali: Fily Bouaré née Sissoko, commissaire au Département du développement de l’entreprise, de l’énergie, des télécommunications et du tourisme (DDET)
– Sénégal: Mamadou Makhtar Diagne, commissaire au Département des services administratifs et financiers (DSAF)
Togo: Essowè Barcola, commissaire au Département des politiques économiques et de la fiscalité interieure (DPE)

Commentaires
Numéro d'édition: 206

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.