Pendant que Paul Kaba Thiéba affirmait devant les députés le 14 avril 2017 que Konkéra, dans le Noumbiel, était en construction, la société procédait à des sondages afin de finaliser son plan de développement pour ensuite envisager la construction de la mine. (DR)

Secteur minier: les fausses notes de Thiéba

• La mine de Konkéra n’est pas en construction

• Celle de Houndé en exploitation reste inconnue

• Des doutes planent sur les 4.292 emplois créés

 

Certaines informations sur le secteur minier contenues dans le discours sur la situation de la nation que le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a prononcé devant les députés ne sont pas assez fiables. Elles sont parfois émaillées de confusion. Comment en est-on arrivé à cette situation ? On imagine mal les agents du ministère des Mines transmettre de mauvais chiffres au Premier ministre. L’origine des insuffisances doit donc être recherchée au moment de la compilation des données.
A propos des quantités de production, le Premier ministre a affirmé que la production aurifère en 2016 «a ainsi connu un accroissement de 6% pour atteindre 38,5 tonnes contre 36 tonnes en 2015». Un calcul rapide permet de se rendre compte que le taux de croissance est plutôt de 6,94% au lieu de 6% comme il est écrit dans le discours. En plus, la quantité de 36 tonnes correspondant à la production de l’année 2015 avancée par le Premier ministre est en contradiction avec celle avancée en 2016, dans son discours sur la situation de la nation. C’était le 6 mai 2016 et il avait annoncé une production de 36,350 tonnes en 2015, soit une différente de 0,350 tonne (350 kg) entre ses 2 discours. Dans le domaine aurifère, cette différence est très importante parce qu’elle représente une valeur d’environ une dizaine de milliards de FCFA, avec le cours actuel de l’or.
A propos du zinc, les chiffres du Premier ministre fixent la production de 2016 à 155.680 tonnes en accroissement de 13,4% par rapport à 2015. En se référant à son discours de l’année passée lors duquel il avait annoncé une production de 137.344 tonnes en 2015, l’accroissement serait de 13,35%, soit une différence de 0,05%. Des informations non exactes ont aussi été avancées pour ce qui concerne le nombre de nouvelles mines entrées en exploitation et celles qui ont débuté leur construction en 2016. En effet, Paul Kaba Thiéba a indiqué que « 2016 a enregistré la mise en exploitation des mines d’or de Karma dans la province du Yatenga, de Yaramoko dans la province des Balé et de Houndé dans la province du Tuy ». Si les 2 premières mines citées sont effectivement entrées en production au premier semestre de l’année 2016, ce n’est pas encore le cas de celle de Houndé dans la province du Tuy. Le Premier ministre doit donc revoir ce passage de son discours en précisant le nom de la société qui exploite depuis 2016 cette mine.
Poursuivant son propos, Paul Kaba Thiéba a affirmé que 3 autres mines sont en construction. Il s’agit des mines d’or de Niaka-Nogbelé dans la Léraba, de Konkéra dans le Noumbiel et de la 2e mine d’or de Houndé dans le Tuy.
Pour ce qui est de la mine en construction à Houndé, il s’agit bel et bien de Houndé Gold Operation SA appartenant à Endeavour mining. Lui-même, ainsi que le président du Faso et le président de l’Assemblée nationale étaient présents au lancement des travaux le 30 juin 2016.
Niaka-Nogbelé dans la Léraba est aussi en construction après que Gryphon Minerals a vendu le permis à Teranga Gold. Cette société annonce son premier lingot pour 2019.
La citation de « Konkéra dans le Noumbiel » comme une mine en construction pose problème. Konkéra a obtenu son permis par décret N°2015-227/PRES-TRANS/PM/MME/MEF/MERH du 5 mars 2015. La société qui appartenait à Ampella Mining a été rachetée par Centamin Burkina Faso, mais rencontre des difficultés pour lever les fonds sur le marché financier international pour passer à la phase de construction. En effet, les travaux technico-économiques de finalisation du plan de développement du projet ont pris du retard. Aussi, elle n’a pas encore signé la convention minière avec l’Etat du Burkina Faso, même si elle est approuvée. Une autre difficulté qui est venue s’y ajouter est la limitation des ressources financières consacrées à l’activité d’exploration.
Cette situation a conduit la société à licencier plus d’une trentaine d’agents au cours du mois de février, pour des motifs économiques. Au moment où le Premier ministre affirmait que Konkéra était en construction, seuls les travaux de sondage avaient repris pour la finalisation du plan de développement. Donc, des doutes planent sur le chiffre de 4.292 emplois créés pour la phase de construction et 2.404 emplois pour la phase d’exploitation, comme annoncé par le Premier ministre.

Elie KABORE


Des progrès sur la mise à jour de l’information géologique

Paul Kaba Thiéba a indiqué que dans le but d’améliorer l’information géologique du pays, l’année 2016 a connu la réalisation des cartes géologiques de Diapaga, Fada, Gaoua-Batié et Oudalan, la réalisation des cartes aéro-magnétiques et aéro-spectrométriques, ainsi que la carte de levée géochimique régionale en sédiments de ruisseaux du Sud-Ouest. Toutes ces actions visent à mettre à jour l’information géologique du Burkina Faso. Ces informations orientent le choix des sites pour les activités de prospection.

Commentaires
Numéro d'édition: 203

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.