Sinka/Dramé Karidia est diplomée en Psychologie sociale, spécialisée en Gestion des ressources humaines de l’Université de Ouagadougou. (DR)

Valorisation des ressources féminines : Un domaine par excellence d’économie familiale et sociale Une chronique de Sinka / Dramé Karidia

La question de la participation de la femme à l’économie d’un pays peut se mesurer scientifiquement et faire l’objet d’un état objectif qui prouve l’efficacité de la femme à contribuer pleinement à l’économie, avec des valeurs immatérielles discrètes qui accompagnent la réussite financière de la famille. Le but de notre propos est de montrer en quoi des femmes, discrètement, peuvent tenir régulièrement l’économie familiale et sociale.
De telles femmes, simples, sont présentes dans nos quartiers et dans nos villages. Leur mérite est grand et a retenu notre attention. Si nous voulons capitaliser l’effort des femmes dans l’atteinte des résultats économiques, nous sommes en devoir d’observer les femmes regroupées en association, qui cotisent pour se soutenir en développant l’entraide entre elles pour faire face à des événements de la vie : mariages, baptêmes, décès, 8-Mars, saint valentin, fête des mères….
En Afrique, la participation de la femme à l’économie familiale et sociale correspond à une stratégie et un art de vivre qui fait de la femme le secours d’urgence sûr de l’homme en cas de difficulté. En effet, dans la gestion pratique de la vie quotidienne, la femme intervient comme coach modératrice en donnant de l’amour et de la compréhension et disponible à chaque membre de la famille et surtout elle demeure un soutien incontournable en termes d’économie. Elle reste en général celle à qui tout le monde donne son l’argent avec confiance en épargne pour venir le chercher en cas de besoin. Concentrée sur ses la gestion des biens et des détails de la famille, elle devient une véritable banque en miniature et est confidente de chaque membre de la famille. Elle connait bien chacun et son problème spécifique ainsi que ses projets.
Comment parvient – elle à un tel niveau de considération dans la famille?
La famille est comme une entreprise pour une telle femme, qui vit avec le souci permanent d’équilibrer et de générer des ressources financières en ayant des relations amicales et fraternelles avec chaque membre de la famille, tout en tenant un petit commerce ou un petit boulot mener avec constance et persévérance. Une telle femme avance avec assurance. Elle ne dévoilera pas la confidence ni les projets, mais veillera à ce que chacun cultive une grande confiance en lui-même pour réussir ses projets, comme une complice discrète qui dispense de l’amour vrai, de la compréhension et veille sur les repas et le confort individuel et collectif. Tout le monde, et surtout l’époux doit pouvoir compter sur son inspiration et ses conseils et plus encore sur l’économie, sinon l’épargne que la femme réalise sur le budget familial dont elle a la charge et la gestion. Une telle femme est une véritable comptable qui connait les postes de dépenses et les besoins de chacun, et veille sur le budget avec les trois principes majeurs de la gestion:
Les avoirs: viennent de toute personne productive de la famille, le mari et les enfants majeurs.
Les dépenses pour faire face aux besoins incompressibles: loyer, eau, électricité, les plaisirs culinaires, les hors d’œuvres, le savon, l’argent de poche des enfants et les parures pour la femme, qui profite acheter de l’or comme économie…
L’épargne : une option souvent difficile à équilibrer dans les familles, pourtant nécessaire pour les cas de maladies ou problèmes imprévus…..
Cette gestion nous interpelle à plus d’un titre. En effet, la réalité culturelle et les pratiques d’usage sont empreintes de la psychosociologie et peuvent s’analyser par la qualité de l’organisation d’une femme qui, tout d’abord très tôt, apprend et observe. Elle s’attarde, elle analyse chaque personne sous son toit, ses atouts naturels, ses principes, ce qu’il y a de vrai et de positif en chaque membre de la famille, de sorte à dresser une cartographie dynamique des ressources humaines à déployer sur les différents fronts de combat. Cette compréhension lui permet rapidement de percevoir, sinon d’entrevoir les difficultés inhérentes à sa gestion féminine. Cela est relativement peu connu ou parait banal, alors que de millions de femmes le font quotidiennement.
En cas d’insuffisances face à cette responsabilité familiale, nous nous rendons compte tout de suite de la nécessaire vulgarisation de ces bonnes pratiques. Parce que nous avons adopté la culture d’autrui, ces valeurs s’effritent avec l’espoir d’une rapide prise de conscience graduelle pour capitaliser les pratiques utiles et répandre le mécanisme pour permettre à chaque femme d’épanouir la petite famille dont elle a la charge. Le pays s’en portera mieux. Dans ce domaine, certaines femmes sont devenues expertes et font tout pour soutenir leurs maris en achetant de l’or avec l’argent à épargner, et bien souvent elles viennent en aide aux maris quand il a des difficultés financières…Elles font des tontines, des paris, des épargnes et redistributions…


Les principes de base d’une gestion familiale

«Nous espérons que de nombreuses femmes feront de cette petite gestion familiale et sociale le socle qui rassure les hommes à se battre pour réaliser les gros œuvres, tandis que les femmes feront les finitions utiles à la stabilité. Ces principes se résument comme suit:
– L’étude diagnostique en ressources humaines pour orienter la vision sur l’atteinte des résultats familiaux
– La force d’une répartition claire des tâches qui met les personnes qu’il faut aux places qu’il faut
– Un esprit d’équipe dans la famille
– La communication pour une gestion fluide de l’information des plus âgés vers les plus jeunes et vice versa, et cela renforce la cohésion dans la famille
– L’instruction devant les tâches à réaliser: une nécessité pour améliorer les performances individuelles et collectives
– La création des conditions de travail agréables
– Appui-conseil permanent de la femme
– Le bonheur économique viendra de l’entraide et de la solidarité, valeurs tenues par les femmes entre elles.

Commentaires
Numéro d'édition: 196

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.