Pour Marie Thérèse Sombougma, DRFSNF/CES, le contenu de cet outil est digeste et à la portée du public jeune. (DR)

Santé sexuelle et reproductive : Des outils pédagogiques disponibles

• 150 cas de grossesse enregistrés entre 2014-2015 en milieu scolaire

• Améliorer l’offre d’information sur le genre et la SSR

 

Un outil pédagogique sur la santé sexuelle et de la reproduction a été élaboré par le Secrétariat permanent du conseil national pour la promotion du Genre (SP/CONAP Genre). Cette structure, en collaboration avec la Direction régionale de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille du Centre-Est, a organisé un atelier à Tenkodogo du 16 au 17 février 2017 dans le but d’informer les acteurs au niveau régional sur la disponibilité de l’outil et de son utilisation. Il s’est agi d’un atelier de vulgarisation d’un certain nombre d’outils qui ont été élaborés en vue de promouvoir davantage la santé sexuelle et reproductive. Les trois régions concernées sont dans la zone d’intervention du projet. Ce sont le Plateau central, le Centre-Sud et le Centre-Est. De nombreuses études dont l’EDS (Enquête démographique et de santé) ont démontré que les adolescentes, notamment les jeunes femmes, sont les premières victimes des grossesses non désirées et d’avortements clandestins. Ces mêmes études ont noté en 2010 que 13% des adolescentes en milieu urbain et 29% en milieu rural sont en grossesse ou sont mères pour la première fois, soit une adolescente sur quatre. La santé des femmes est également marquée par une morbidité et une mortalité très élevées et en particulier dans les régions, où elle représente 19% de tous les décès de femmes de 15-49 ans. En ce qui concerne la région du Centre-Est, les chiffres sont préoccupants, à entendre la Directrice régionale de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille (DRFSNF), Marie Thérèse Sombougma.
Elle a affirmé que les statistiques venant des responsables de l’éducation de la région ont donné courant 2013-2014 plus de 200 cas de grossesse en milieu scolaire. Au cours de l’année scolaire 2014-2015, c’était 150 cas qui étaient enregistrés. Tous ces cas étaient recensés au post-primaire ou au secondaire pour l’année 2016. Un cas a été signalé au primaire auprès des structures éducatives. Les causes sont connues. Il s’agit de l’absence d’informations sur les Droits des femmes en matière de santé sexuelle et de reproduction (DSSR). S’ajoutent à cela l’existence de relations inéquitables entre hommes et femmes et entre adolescentes et adolescents, l’insuffisance de dialogue au sein des structures scolaires, communautaires et familiales sur les droits des femmes en matière du genre. Pour pallier ces difficultés aux conséquences néfastes, des outils pédagogiques sur la santé sexuelle et reproductive au profit des acteurs et collaborateurs impliqués dans la mise en œuvre de la composante 2 du Projet d’appui aux politiques de santé et de population (PAPSP) ont été élaborés. Un inventaire de tous les outils, de tous les documents en matière de santé sexuelle et reproductive dans tous les secteurs d’activités a été fait. Il en est sorti, selon les organisateurs, un outil qui donne des informations claires et précises et à la portée d’un public jeune.

MN


Vulgariser les outils

L’existence seule des outils ne suffit pas. Il faut se les approprier si on veut atteindre les objectifs fixés. C’était l’objectif de l’atelier de Tenkodogo. Deux jours durant, les participants ont examiné l’état de mise en œuvre de la composante 2, le contenu de l’outil pédagogique et sa vulgarisation à l’échelle régionale, et ont formulé des recommandations pertinentes pour une utilisation efficace de ces outils. La stratégie consistera à regrouper un certain nombre de jeunes, d’enfants et de leur fournir les informations sur des thématiques en lien avec les quatre composantes de l’outil que sont: la contraception, les grossesses non désirées et précoces, les avortements, les infections sexuellement transmissibles et le Sida.

Commentaires
Numéro d'édition: 195

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.