International

Economie allemande : Excédent commercial en 2016

 

L’Allemagne a annoncé le 9 février dernier un excédent commercial annuel record. La première économie de l’Europe a vu sa balance commerciale atteindre un niveau jamais vu, grâce à des exportations records. Ainsi, le pays a exporté pour 252,9 milliards d’Euros de plus qu’il n’a importé, a indiqué l’Office fédéral des statistiques. «C’est davantage qu’en 2015, où ce solde était ressorti à 244,3 milliards d’Euros», affirme pour sa part Lefigaro.fr.
Et de mentionner que depuis la crise financière de 2008-2009, ce chiffre n’a cessé d’augmenter.
La succès story du Made in Germany a été particulièrement portée par des produits comme les machines-outils, les produits chimiques et surtout les voitures. Les exportations de ces produits ont augmenté de 1,2% à 1.207,5 milliards d’Euros en 2016.
Une bonne nouvelle pour l’Allemagne, même si pour Marcel Fratzscher, économiste de l’institut DIW, «l’excédent commercial record va attiser le conflit avec les États-Unis et l’Union européenne», qui accusent régulièrement l’Allemagne de profiter des autres pays en y écoulant ses produits, sans en retour faire assez pour doper sa consommation intérieure, ce dont pourraient profiter ces derniers. Surtout que les excédents de l’Allemagne constituent souvent les déficits de ses principaux partenaires.
Comparée à d’autres pays, l’Allemagne reste loin devant. A l’exemple du Brésil qui a enregistré un excédent commercial record aussi en 2016, mais de 47,7 milliards de dollars ou du Japon, qui a dégagé son premier excédent commercial depuis 2010, à plus de 33 milliards d’Euros.
Celui de la Chine a certes reculé, mais reste à 510 milliards de dollars. La France a en revanche creusé son déficit commercial, à 48,1 milliards d’Euros.
Friands de voitures allemandes, les États-Unis, supplantant il y a quelques années la France comme premier partenaire commercial de l’Allemagne, ont eux aggravé leur déficit commercial, à 502,2 milliards de dollars.
Situation qui a poussé le nouveau président américain dans une campagne pour ramener les emplois et la production sur le sol américain. Et c’est l’Allemagne qui est la plus visée par cette campagne américaine. En fin janvier, un des proches conseillers de Trump a accusé Berlin «d’exploiter» d’autres pays de l’Union européenne et les États-Unis avec un Euro «grossièrement sous-évalué».
Toute chose qui rend les produits allemands artificiellement plus compétitifs, selon ce conseiller. A l’époque déjà, la chancelière allemande s’était défendue, rappelant ne pas avoir d’influence sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

NK


Faible progression des importations

Cet excédent commercial allemand a toujours fait l’objet de critiques. Barack Obama, le FMI et la Commission européenne ou même la France ont déjà critiqué l’excédent allemand. Ces derniers réclament à l’Allemagne d’utiliser cette manne pour investir en retour.
Plus que l’importance des exportations, Marcel Fratzscher pointe comme source du problème «la faible progression des importations, résultat d’un gros manque d’investissements», qui a «un coût économique élevé pour l’Allemagne», notamment en réduisant sa productivité, alors qu’à l’inverse, des investissements plus élevés «profiteraient aux voisins européens».
La question du manque d’investissements dans un pays vieillissant est source de controverses régulières, même en Allemagne. Les conservateurs d’Angela Merkel insistent sur l’importance de ne pas créer de nouvelles dettes, tandis les sociaux-démocrates réclament d’utiliser les excédents budgétaires pour renforcer les infrastructures. Ce sera un enjeu important en vue des élections législatives de septembre.
L’État allemand, fort de rentrées fiscales en hausse et d’un allégement du poids de la dette grâce aux faibles taux d’intérêt, a tout de même fortement accru ses dépenses ces dernières années, pour financer l’accueil des réfugiés en particulier, souline Le Figaro.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page