Editorial

Prémices

LA province du Soum, malgré elle, est en train de cristalliser l’attention de tout le pays. Alors qu’à coup de milliards, l’Etat annonce le désenclavement progressif de cette région, principal point de départ de la route du bétail, les forces obscurantistes sont également à l’œuvre pour troubler le sommeil de ses habitants et de tout le pays.
D’abord, le harcèlement des forces de sécurité tout au long du septentrion qui a abouti au massacre de Nassoumbou, le 16 décembre 2016. Cette attaque a montré jusqu’où les terroristes étaient prêts à aller dans leur tentative de déstabilisation. En fait, ce harcèlement n’était rien d’autre qu’un test des capacités d’organisation et de réaction de notre armée. L’ancien chef d’état-major a donc payé de son poste ce manque de réponse à la hauteur de la menace. Toute chose qui a obligé le président du Faso à nommer un nouveau chef état-major général de l’armée , de qui on attend maintenant des signaux forts.
Il faut croire qu’ils tardent à venir parce que les forces obscures viennent de franchir un nouveau cap dans leur stratégie d’occupation du nord. Car désormais, il s’agit bien de cela. Si tel n’est pas le cas, comment peut-on alors comprendre que des éléments armés de ces organisations terroristes puissent enjoindre à des fonctionnaires d’enseigner l’arabe en lieu et place du programme officiel ? Les enjeux sont énormes.
Face à la menace, le risque est grand de voir les agents de l’Etat de ces zones déserter. Et le gouvernement semble l’avoir compris. Le tout n’est pas de rassurer les enseignants des localités visées, il faut plutôt les préserver énergiquement de l’emprise des illuminés. Car une fois installés, leur éradication devient plus que problématique. En témoigne le cas au nord-Mali et au Nigeria.
Les spécialistes avaient évoqué l’hypothèse de prémices d’un vaste plan des éléments djihadistes dans le nord du Burkina Faso. Elle se précise. Et ce n’est pas loin d’une déclaration de guerre.
Abdoulaye TAO

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page