A la UneRégions

Dossier Tambao : L’Etat contre-attaque

 

Nouveau rebondissement dans la procédure engagée devant le Tribunal de Commerce de Ouagadougou (TCO) à propos de la mine de Tambao. L’Etat a fait appel de l’ordonnance rendue le 22 décembre 2016 par le juge-commissaire (voir le N°187 de L’Economiste du Faso), qui lui enjoint de permettre à PAM l’exportation des 40.000 tonnes de minerai pour honorer ses créances fournisseurs. Mais refusant ce verdict, l’Etat a fait appel. Une nouvelle audience a eu lieu le 19 janvier dernier devant le TCO. Désormais défendu Me Guy Hervé Kam, l’Etat reproche à PAM le non-respect des textes miniers ainsi que des dispositions sécuritaires. On estime que la société a bénéficié «d’un contrat favorable à cause d’une certaine connivence avec l’ancien régime».
En face, on a réfuté ses arguments et relevé le fait que la procédure devant le TCO vise la mise en œuvre du concordat homologué par le même tribunal le 8 septembre 2015.
Dans ce sens, PAM a été soutenu par Maitre Prosper Farama, l’avocat des créanciers de PAM. Celui-ci est favorable à la décision du 22 décembre 2016 qui est censée permettre de dégager les ressources financières pour payer ses clients. Après avoir recueilli les différentes plaidoiries, le juge a mis l’affaire en délibéré pour le 26 janvier 2017.
En rappel, le groupe PAM, acculé par ses créanciers souhaitant la mise en œuvre d’un concordat datant de septembre 2015, a saisi le TCO pour se voir autoriser à exporter son stock de 40.000 tonnes de manganèse. Cette exportation est présentée comme un moyen de satisfaire les créanciers. Le 22 décembre 2016, le juge-commissaire a ordonné au ministère des Mines d’assister aux opérations d’exportation des 40.000 tonnes de manganèse.
Confronté, depuis deux ans, à une situation de blocage qu’il attribue à l’Etat dans l’exécution de son contrat de PPP, le groupe PAM a saisi en fin octobre 2016 le Centre d’arbitrage, de médiation et de conciliation de Ouagadougou (CAMC-O) pour demander une médiation. Ce conformément à la clause compromissoire du contrat. L’objectif, c’est de pouvoir continuer le partenariat.
La question du respect du concordat soulevée par les créanciers de la société minière, désespérant de se voir payer, a amené les parties devant le Tribunal de Commerce.
Outre ces procédures la Cour de commerce international de Paris a été saisie à titre conservatoire.

Karim GADIAGA


Plénière attendue le 24 janvier devant CAMC-O

Au moment où une partie du match se joue devant le TCO, la médiation devant le CAMC-O suit aussi son cours. La séance inaugurale du 10 janvier 2017 a débouché sur un agenda de travail. C’est ainsi que le 11 janvier dernier il y a eu «l’écoute» (pour ne pas dire audition) de PAM. Le 19 janvier, c’était le tour de l’Etat d’aller expliquer sa version des faits et décliner ses attentes au médiateur. A l’issue de ces écoutes séparées, une séance plénière est prévue ce 24 janvier pour faire une synthèse.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page