De Bonnes Sources

• Chambre des mines: qui sera le prochain président ?
Le Chambre des mines du Burkina organise une conférence de presse le lundi 16 janvier à son siège après la tenue de la 4e Assemblée générale de la structure. Elle sera l’occasion de dévoiler les noms des prochains membres du bureau qui sera élu. Selon les indiscrétions, le président actuel, le Dr. Elie Justin Ouédraogo, par ailleurs premier responsable de la société minière canadienne SEMAFO, ne briguera plus un autre mandat. On ne peut donc pas s’empêcher de se demander qui sera le prochain président ? Les yeux des uns et des autres se tournent vers la société IAMGOLD Essakane SA qui est la plus grande mine au Burkina Faso.

• Dette intérieure régulière: 98,21% de taux d’apurement
Le gouvernement a fait le point du règlement de la dette intérieure régulière au cours de la séance du conseil des ministres du 11 janvier 2017. Il ressort de ce bilan que le schéma d’apurement de la dette intérieure régulière des ministères et institutions est satisfaisant, avec un taux d’apurement de 98,21% au 31 décembre 2016. Les ministres concernés ont reçu les félicitations du conseil des ministres.
Concernant la dette intérieure irrégulière des ministères et institutions, suite à l’audit effectué par l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) au cours du premier trimestre 2016, elle avait été évaluée 39,3 milliards de F CFA. La somme de 15,74 milliards de F CFA, soit un taux de 15,74%, a déjà été prise en charge par les entités concernées. Les ministres concernés ont été invités à prendre les dispositions idoines en vue de son apurement en tenant compte de la mise à jour régulière de la liste des dossiers validés qui seront parvenus au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement.

• Financement coton : 90 millions d’Euros pour la SOFITEX
La Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) signera le mercredi 18 janvier à Paris une convention de financement de la campagne cotonnière 2016/2017 de 90 millions d’Euros, environ 59 milliards de FCFA, avec un pool de banques internationales constitué de la Société Générale, de la Société Internationale de Financement et de BNP Paribas. Cette somme viendra compléter le financement assuré par les banques nationales et sera injectée dans le circuit de la production de coton au Burkina Faso.Les sommes collectées servent à l’achat du coton graine auprès des producteurs, au transport vers les 15 usines d’égrenage de la SOFITEX, à l’évacuation de la fibre de coton vers les ports d’embarquement de la Côte d’Ivoire, du Togo, du Bénin et du Ghana. Le Burkina Faso est le premier producteur de coton sur le continent africain.

•  Fiscalité: débat sur les nouvelles mesures de la loi de finances 2017
Le cabinet Pierre Abadie organise le 16 janvier 2017, dans ses locaux, son traditionnel petit déjeuner débat autour de l’actualité fiscale et juridique des entreprises. Au menu des échanges, les nouvelles mesures de la loi de finances 2017 ainsi que les modifications concernant les entreprises. Sont conviés à ce petit déjeuner débat, les chefs d’entreprises, les directeurs généraux, les directeurs administratifs, les comptables et experts comptables.

• Le président du patronat béninois en visite en Burkina
Sébastien Ajavon, homme d’affaires et président du Conseil national du patronat béninois, a effectué une visite au Burkina la semaine dernière. Le 9 janvier 2017 il a été reçu en audience successivement par le ministre Stéphane Sanou, en charge du Commerce et de l’Industrie et par le Premier ministre Paul Thiéba. Avec les autorités burkinabè, les échanges ont notamment porté sur la dynamisation du Partenariat public-privé entre le Burkina et le Bénin. Parmi les secteurs concernés par cette dynamisation, il y a l’énergie et l’agriculture.

AFD/Burkina: l’énergie au cœur de la coopération
Le directeur général de l’Agence française de développement (AFD) était Faso semaine dernière, où il a rencontré les autorités. Au menu des sujets débattus ,l’énergie, la sécurité alimentaire et bien d’autres.
Le but de cette visite est selon Remi Rioux, DG de l’Afd, de réajuster le programme de son institution en fonction du Plan de développement économique et social ( Pndes), le nouveau référentiel du gouvernement . Dans une interview à lire dans notre prochaine édition, M. Rioux revient sur l’état de la coopération avec le Burkina Faso

Fespaco 2017: 3 films burkinabè en compétition officielle
La 25e édition du Fespaco se tiendra du 27 février au 4 mars prochain. Pour cette année, on enregistre 30% plus de films par rapport à 2015. Pour la compétition officielle des longs métrages pour l’Etalon d’or de Yennenga, 20 films ont été retenus dont 3 burkinabè. Il s’agit de «Frontières» d’Appolline Woye Traoré, «La forêt du Niolo» d’Adama Roamba et de «Thom» de Tahirou Tasséré Ouédraogo.

• Gestion hôtelière du projet Semafo: CIS remportel’appel d’offres
A l’issue d’un appel d’offres international lancé dans le cadre du projet aurifère Natougou, CIS vient d’être retenu par la société Semafo Boungou SA, filiale de Semafo, pour effectuer la gestion hôtelière du projet minier.
Le groupe spécialisé dans la gestion de bases-vie en milieux extrêmes, on shore et offshore, a précisé qu’il assurera, dans une première phase, la construction d’une cuisine centrale, puis des services de restauration et d’hôtellerie pour 400 agents, soit plus de 430.000 repas annuels pour une durée de 14 mois.  Le projet Semafo Boungou, dont le permis d’exploitation a été octroyé lors du Conseil des ministres du 5 janvier dernier, est situé dans la partie sud-est du Burkina Faso, à près de 320 kilomètres de la capitale, dans la province aurifère birrimienne qui englobe la majorité des grands gisements d’or en Afrique occidentale.
Le gisement de Natougou prévoit une production annuelle moyenne sur les trois premières années de plus de 226.000 onces d’or.

• Facture normalisée: Lancement en 2017
C’est quasi officiel, la facture normalisée sera mise en œuvre cette année. Elle est annoncée pour février après les derniers réglages qui ont cours actuellement. Cette facture sécurisée va permettre de lutter contre la fraude et d’améliorer par ricochet le recouvrement de la DGI

Commentaires
Numéro d'édition: 189

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.