Société-Culture

11-Décembre : 33 km de voirie pour Kaya

 

Ce 11-Décembre va marquer la solennité de la célébration du 56e anniversaire de l’accession du Burkina Faso à la souveraineté nationale et internationale. A deux semaines de l’évènement, le secrétaire permanent du 11-Décembre, Boukary Khalil Bara, nous livre quelques dessous de l’organisation.

L’Economiste du Faso : A quelques jours du 56e anniversaire de notre indépendance, quels sont les soucis et les motifs de satisfaction du secrétariat permanent que vous dirigez ?
Boukary Khalil Bara (Secrétaire permanent du 11-Décembre) : A quelques jours des festivités du 11-Décembre, nous n’avons pas de soucis majeurs en tant que secrétariat permanent chargé de suivre le déroulement de la fête, dans la mesure où le comité national a été constitué depuis juillet 2016. Ce comité national est constitué de 9 commissions, avec le comité régional. Ces deux comités travaillent en synergie pour assurer à cette fête toute sa réussite. Pour le moment, nous sommes satisfaits du déroulement des préparatifs. La feuille de route qui nous été soumise par le ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, se déroule sans problème.

Cet évènement se déroule dans une période d’austérité. Le budget à vous alloué est-il à la hauteur des ambitions de cette fête ? A combien de FCFA est-il ?
Il est vrai que cette fête se déroule dans une période d’austérité, mais il faut reconnaître que l’Etat a fait de gros efforts en inscrivant le budget dans la loi de finances. La loi de finances, gestion 2015, avait prévu la somme de 19 milliards de FCFA pour les investissements et le fonctionnement. L’évènement n’ayant pas eu lieu à Kaya en 2015, ce budget a servi en partie à l’organisation du 11-Décembre à Ouagadougou cette année-là. Cette somme a été répartie entre les ministères concernés par les investissements comme la salle polyvalente, la place de la nation, les voies, les équipements, l’aménagement et l’assainissement de la cité des forces vives. Théoriquement, sur les prévisions de 19 milliards de FCFA en 2015, le budget de fonctionnement était de 1,5 milliard de FCFA. Une partie de cette somme a été utilisée pour la fête qui s’est déroulée en 2015 à Ouagadougou. C’est le reliquat de cette somme qui sert aujourd’hui au fonctionnement des festivités de Kaya.

Les commissions se plaignent de n’avoir pas jusque-là de budget…
Ce n’est pas exactement cela, parce que chaque commission connaît exactement le budget qui lui est alloué. En fonction du montant défini, la commission élabore son programme d’activités et l’exécute. Certains membres de commissions trouvent la procédure d’exécution du budget trop rigide, contraignante. C’est peut-être en comparaison avec ce qui se passait avant. Dès la mise en place du comité national d’organisation, il avait été clairement dit à tout le monde que les procédures d’exécution du budget seront rigoureusement respectées.

Qu’est-ce à dire ?
Par exemple, au niveau des prestataires de services, il a été décidé que ces derniers seront payés après service fait. En réalité, le comité national ne s’immisce pas dans le choix des prestataires. Ce sont les présidents des commissions, avec leurs membres, qui identifient leurs prestataires, qui montent les contrats et, en dernier ressort, le payement est assuré par la commission finance. Personne ne peut dire qu’il n’a pas son budget.

Pourquoi les provinces de la région du Centre-Nord n’ont-elles pas bénéficié de subventions pour certaines réalisations comme de par le passé ?
Les provinces du Centre-Nord n’ont pas eu cette chance de bénéficier de cette subvention de 300 millions de FCFA chacune ; et cela par manque de disponibilité financière. Cela est en rapport avec la situation économique difficile que connaît le pays. Du reste, en dehors de la Boucle du Mouhoun, aucune autre région n’a bénéficié de cette subvention des provinces.

Etes-vous satisfaits de l’état d’avancement des travaux à Kaya ?
Le secrétariat permanent est satisfait de l’état d’avancement des travaux. C’est vrai qu’il y a des chantiers qui ne sont pas encore terminés, mais cela est dû en partie au retard de leur programmation. C’est le cas de l’auberge du 11-Décembre financée par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) à hauteur de 800 millions de FCFA. Ce chantier a connu son début d’exécution rien qu’au début du mois de septembre 2016. Il en est de même pour la Loterie nationale burkinabè (LONAB) qui a programmé un certain nombre d’infrastructures telles que le village artisanal, la Maison de la Femme, le siège de l’agence LONAB dont le coût s’élève à plus de 2,7 milliards de FCFA. Certains de ces chantiers ont connu leur début d’exécution il y a à peine deux mois. Malgré tout cela, les entrepreneurs se sont engagés à nous remettre les clés d’ici le 30 novembre 2016.

A quoi répondent les panels et les conférences qui se déroulent dans les chefs-lieux de provinces ?
Les panels et les conférences qui se déroulent dans les chefs-lieux de provinces ont pour objectif de diffuser le thème qui est « Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique et social ». Nous pensons qu’il y a un certain nombre de valeurs telles que la démocratie, la justice, les défis sécuritaires, l’emploi des jeunes que le comité national voudrait partager avec les populations. Nous nous sommes dit que si les populations s’approprient le thème, elles s’approprient en même temps la fête.

Propos recueillis par
Alexandre Le Grand ROUAMBA


Quelques innovations

Au niveau des investissements, il y aura 33 km de voirie contre 23 km réalisés au niveau des régions qui ont déjà abrité la fête. En plus de cela, le stade régional aura un gazon synthétique. Une bonne partie des défilants défileront avec des pagnes Faso danfani. Au niveau régional, il est prévu un certain nombre d’innovations sur le plan culturel, sportif.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page