François de Salles Ouédraogo (DG de la Sonabel). (DR)

Electricité

« Nous serons au cœur du réseau sous-régional »
La Société nationale d’électricité du Burkina (Sonabel) a été la hôte de la 10e assemblée du WAPP qui a eu lieu à Ouagadougou. Son Directeur général, François de Salles Ouédraogo, revient sur la place du Burkina dans ce marché ouest-africain en création et les avantages que le pays pourrait en tirer.

L’Economiste du Faso: Qu’est-ce qui sous-tend la mise en place du marché ouest-africain de l’énergie, Wapp anglais?
François de Salles Ouédraogo, DG de la SONABEL: Le Wapp regroupe les sociétés d’électricité de la CEDEAO et tous ceux qui sont acteurs de ce secteur. L’objectif est de créer un marché ouest-africain de l’énergie. L’idée qui sous-tend ce marché est qu’il y a des zones qui produisent plus facilement l’énergie que d’autres, donc il faut construire un réseau pour permettre à ceux qui en produisent assez de la vendre à ceux qui en ont besoin. C’est une sorte de mutualisation des moyens et des ressources que nous essayons de mettre en place au bénéficie de nos économies.

Quelle est la place du Burkina Faso au sein de ce marché en construction ?
Notre pays est enclavé et n’a pas le potentiel qu’ont les autres pays en termes de ressources hydroélectriques. Nous sommes donc enclins à acheter chez les voisins le gap d’énergie pour faire tourner notre économie via les réseaux d’interconnexion. Nous sommes interconnectés à la Côte d’Ivoire et bientôt nous le serrons au Ghana. La dorsale Nord, une fois mise en œuvre, nous interconnectera au Niger. De fait, le pays sera de par sa position au cœur de ce reseaux ouest-africain entièrement servi et desservira les autres pays voisins. Nous serons un passage obligé pour d’autres pays voisins.

On peut imaginer une sorte de péage en faveur du Burkina alors?
Tout à fait. Parce que pour que l’électricité transite sur les lignes intérieures, y a des droits à payer. On ne sera donc pas que des consommateurs. A terme, avec la politique de développement des énergies renouvelables en cours, la production de nos centrales solaires pourra alimenter également ces infrastructures de transport pour la vente à d’autres pays. A ce niveau, nous avons un potentiel qui a besoin d’être exploité. Le Burkina gagne à plusieurs niveaux sur ce marché, une fois que celui-ci sera effectif.
La dorsale Nord atterrit au Burkina. Quelles sont les perspectives de financement issues de la table ronde des bailleurs de fonds ?
Des bailleurs de fonds ont annoncé des contributions importantes. Elles couvrent déjà nos attentes, alors que d’autres partenaires ne se sont pas encore prononcés. 680 millions de dollars étaient souhaités avant la réunion et nous en sommes au-delà. Cela veut dire que c’est un projet très porteur et structurant pour avoir une telle adhésion des partenaires. La dorsale Nord part du Nigeria, passe par le Bénin et le Togo pour arriver au Burkina.

FW


Les 9 grands projets du PNDES

Le Burkina, comme un certain nombre de pays de la sous-région, fait face au défi énergétique. Il s’agit de produire assez d’énergie pour satisfaire une demande toujours croissante. La production est donc déficitaire. Au niveau du gouvernement, le choix du mixte énergétique a été fait. A côté des centrales thermiques, des centrales hydroélectriques vont été être construites, tout comme des centrales solaires. Nous vous proposons ci-dessous ce qui est prévu dans le cadre du PNDES.

LISTE DES PROJETS STRUCTURANTS – CONFERENCE DES PARTENAIRES DU BURKINA FASO POUR LE FINANCEMENT
DU PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL (PNDES) 2016-2020
Paris, 7-8 décembre 2016

liste-projets

Commentaires
Numéro d'édition: 181

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.