Tony Elumelu, fondateur de la Fondation Tony Elumelu, s’adressant aux 1.000 entrepreneurs africains lors du forum annuel sur l’entrepreneuriat organisé par sa fondation et tenu du 28 au 29 octobre 2016 à Lagos au Nigeria. (Ph.:)

Fondation Tony Elumelu : Créer 10.000 entreprises africaines en 10 ans

• Un million d’emplois en une décennie

• Un investissement d’environ 50 milliards de FCFA

• Avec 3 Burkinabè en 2016

 

Du 28 au 29 octobre 2016, s’est tenu, à Lagos au Nigeria, le forum africain sur l’entrepreneuriat 2016. Organisé par la fondation Tony Elumelu, du nom du président du conseil d’administration de l’United Bank for Africa (UBA). Ce forum est l’un des plus grands sur l’entrepreneuriat en Afrique. La fondation Tony Elumelu a été créée en 2010 et s’est fixé comme objectif d’aider l’Afrique à se développer. Selon la vision de son fondateur, Tony Elumelu, le développement de l’Afrique passe par son secteur privé. Pour ce faire, il favorise la naissance et l’émergence de nouvelles entreprises africaines, les seules à pouvoir créer de la richesse.
Pour apporter sa touche, la fondation Tony Elumelu s’investit dans le développement de l’entrepreneuriat africain.
Elle a consacré à cet effet une enveloppe de 100 millions de dollars, soit environ 50 milliards de FCFA, à un programme afin de créer 10.000 entreprises en Afrique en 10 ans. Ces 10.000 entreprises à leur tour contribueront à la création d’un million d’emplois.
A terme, un tel programme compte apporter un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars à l’économie de l’Afrique.
Le programme de création d’entreprises de la fondation Tony Elumelu a été lancé en 2015.
Dans sa stratégie, le programme lance chaque année un appel à projets au niveau africain qui aboutit à la sélection de 1.000 projets d’entrepreneurs qui reçoivent un financement.
A l’issue du premier cycle de sélection qui a eu lieu en 2015, les 1.000 premiers entrepreneurs ont reçu le soutien de la fondation d’un montant de 10.000 dollars, soit environ 5 millions de FCFA. Cette année, la fondation est à son deuxième cycle de financement. A la date de clôture de l’appel à projets de 2016, plus de 45.000 entrepreneurs de 54 pays africains ont présenté une demande, doublant le nombre de demandes reçues en 2015.
Une partie de ces 1.000 candidats retenus était présente à Lagos dans le cadre du Forum 2016 qui a réuni près d’un millier de personnes.
Les candidats ont présenté des projets dans des domaines divers, dont les plus importants sont l’agriculture et les technologies de l’information et de la communication, l’élevage, la transformation.
Plus de la moitié des entrepreneurs retenus provenaient du Nigeria, soit 59% des candidatures. Suivent ensuite le Kenya, l’Ouganda, le Ghana et l’Afrique du Sud. Toutes les 5 régions de l’Afrique ont présenté des candidatures. L’Afrique de l’Ouest présente le plus grand nombre avec 68,3% de candidatures retenues, suivie de l’Afrique de l’Est 24,5%, l’Afrique central 3,9%, l’Afrique australe 2,6% et l’Afrique du Nord 0,7%. Sur le plan du genre, 32% des 1.000 candidats retenus sont des femmes. Elles viennent de 15 pays.
L’ensemble des 1.000 candidats retenus a participé à une formation en ligne durant 12 semaines. La formation a porté sur des thèmes comme la rédaction d’un plan d’affaires, la stratégie de conquête d’un marché marqué par la concurrence, la création d’une entreprise, la recherche de partenaires, etc.

Elie KABORE


Titi Kaboré et son projet solaire

Pour cette édition, les projets de 3 jeunes burkinabè ont été retenus. Cependant, seul Titi Elias Kaboré était présent au forum 2016 de Lagos pour présenter son projet de fabrication de kits solaires destinés principalement aux ménages en zones rurales qui a été sélectionné. Etait également présente Yolande Kualikoung du Gabon dont le projet de transformation du cacao sauvage en chocolat a été retenu. Quant à Mamadou Saidou Souaré de la Guinée, c’est son projet de transformation de la mangue en jus qui a été sélectionné. Ils ont été informés de l’opportunité qu’offre la fondation Tony Elumelu de diverses manières. Si Titi Elias Kaboré est tombé sur le programme suite aux recherches effectuées sur internet, Yolande Kualikoung a été informée lors du passage de Tony Elumelu en personne au Gabon. C’est un ami de Mamadou Saidou Souaré, qui était informé de ses initiatives de recherche de financement pour son projet, qui l’a informé de l’existence du programme.
Les Burkinabè doivent saisir cette opportunité en s’inscrivant massivement au programme 2017.

Commentaires
Numéro d'édition: 179

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.