De Bonnes Sources

• Comité Olympic : le Colonel « Yac » est intéressé
Lorsque toutes les fédérations sportives auront fini de renouveler leurs instances au plus tard en fin novembre 2016, ce sera au tour du Comité national olympic et des sports burkinabè (CNOSB). Le fauteuil de cette structure faitière de toutes les fédérations sportives au Burkina est actuellement occupé par Jean Yaméogo. Ce dernier qui est en train d’offrir un siège à toutes les fédérations sur financement japonais (les travaux sont en cours) risque d’avoir comme challenger l’ancien ministre des Sports et des Loisirs, Yacouba Ouédraogo dit Yac. A ce qu’on dit, il se fera élire comme vice-président de la fédération de handball. De ce poste, il se présentera au poste de président du CNOSB. Aura-t-il du succès devant le bilan du président sortant ? Attendons de voir.

 

• Lassiné Diawara prend le contrôle de la SAPHYTO
De simple actionnaire de la Société africaine de produits phytosanitaires du Burkina Faso (SAPHYTO), l’homme d’affaires burkinabè Lassiné Diawara est en devenu le patron. Depuis le 1er octobre 2016, il en est l’actionnaire majoritaire, détenteur 62% des parts du capital estimé à 1 milliard de F CFA. Le reste du capital est détenu par la SOFITEX (35 %) et par d’autres nationaux (3 %). La SAPHYTO est spécialisée dans la production d’intrants agricoles sur le marché burkinabè. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 7,5 milliards de F CFA en 2015 et vise 10 milliards en 2016. Avec la prise du contrôle de la SAPHYTO, Lassiné Diawara, déjà présent dans les banques, l’industrie et l’immobilier, renforce son poids dans le milieu des affaires.

• Agriculture : restitution d’une étude sur le financement public

Le Réseau de veille et de commercialisation des céréales (RVCC) a commandité une étude sur les impacts des politiques publiques de financement du secteur agricole au Burkina Faso. La restitution de l’étude a eu lieu le 28 octobre dernier à Ouagadougou. L’étude s’interroge sur, entre autres, la pertinence et l’efficacité, l’efficience et la durabilité de ces politiques, sous le prisme des acteurs et surtout des bénéficiaires.

Commentaires
Numéro d'édition: 178

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.