Jeu dangereux

Les élections à la Chambre de commerce s’annoncent mouvementées. Pendant que le scrutin entre dans sa phase décisive avec l’identification des électeurs pour la constitution de la liste électorale, une note discordante continue de jeter le trouble sur son issue. Un groupe d’acteurs exige l’audit de la gestion de la Chambre consulaire avant la tenue des élections, l’augmentation du nombre de sièges attribués à la région du Centre, la réduction du budget de ces élections, la recomposition des membres de la commission chargée d’organiser les élections et le prolongement de la date des inscriptions sur la liste électorale. Satisfaire ces revendications revient à reporter les élections à nouveau.
Depuis la transition jusqu’à ce stade du processus, c’est le consensus qui a été recherché. Mais face aux enjeux électoralistes, il n’est pas exclu que certains fassent de la surenchère. Et c’est de bonne guerre, car ce qu’on ne dit pas ouvertement, c’est que l’audit tant exigé est une arme de destruction massive contre certains «anciens» membres consulaires, en cas de révélations de malversations. La voie royale donc pour les mettre hors jeu.
Certains souhaitent faire table rase des «anciens». Mais, encore faut-il que l’audit soit suivi d’effets judiciaires. Cet audit n’est donc pas possible en l’état actuel du processus, tout comme la revendication de l’augmentation du nombre de sièges attribués à la région du Centre. Reste à savoir si les contestataires iront jusqu’à mettre en application leur menace de boycott de l’élection consulaire. Ce qui serait un précédent dangereux.
Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 172

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.