Harouna Kaboré, président de Burkina International.(Ph.: Burkina International)

Burkina International : La relance économique comme credo

• Le colloque des fortes propositions

• 3 panels, 15 communications

• Pour un partenariat gagnant-gagnant

Avec pour ambition de participer activement à la bonne gouvernance et au développement du Burkina, le Think Thank Burkina International projette d’organiser un colloque les 10 et 11 octobre 2016 à Ouagadougou autour du thème : «La contribution des acteurs du privé à la relance économique dans le cadre du PNDES: enjeux et mécanismes d’un partenariat gagnant-gagnant ». Un évènement majeur qui sera présidé par le président du Faso, à l’issue duquel deux principaux documents seront produits. Il s’agit du rapport général, avec les propositions à soumettre aux décideurs, et d’une revue collective qui sera publiée pour prendre en compte les différentes contributions. Au détour d’une rencontre avec les médias le 13 septembre dernier, le président de Burkina International, Harouna Kaboré, a déclaré que c’est de cette manière que « nous mettrons en œuvre notre slogan qui est : Burkina International, penser pour peser ».
Des acteurs majeurs du secteur privé seront associés à ce grand rendez-vous parce que, se convainc Burkina International, on ne peut pas parler d’économie sans parler de compétitivité. Burkina International pense que la relance économique ne se fera pas exclusivement au niveau des grosses entreprises. Les réflexions d’octobre vont permettre d’identifier les réformes nécessaires à relance de l’économie et qui permettent à la petite entreprise d’accéder au marché. C’est en cela que la question de la dette intérieure sera abordée. Il sera également exploré les possibilités de financements innovants du secteur privé. Un contrat d’objectif va être proposé pour permettre à l’Etat et au secteur privé de s’engager.
Une des questions qui seront à l’ordre du jour de cette rencontre est celle liée à la responsabilité sociale et économique de l’entreprise. Pour preuve, constate Burkina International, la question de la mobilisation des impôts est posée de nos jours .
Depuis des mois, le colloque bénéficie d’un encadrement scientifique. Au regard de la thématique du colloque, Burkina International avoue que les propositions qui seront faites tiendront compte du PNDES. Le PNDES est le référentiel mais, dans la mise en œuvre de ce programme, des projets seront développés. Burkina International justifie la tenue de ce colloque par le fait que « l’économie nationale s’est retrouvée dans une phase de ralentissement de croissance très prononcée, imputable à la chute de l’investissement public, de l’investissement privé et de l’entrepreneuriat ».
Autrement dit, le secteur privé a aussi payé un lourd tribut de la forte dégradation de la situation sociopolitique. Malgré le ralentissement des activités économiques et de l’investissement dû à cette longue période d’incertitudes politiques des années 2014 et 2015, relève Burkina International, les pouvoirs publics se doivent de créer les conditions et les bases de la contribution du privé au développement économique et social. C’est fort de cela que le « Think Tank Burkina International » veut inviter tous les acteurs à une réflexion à l’occasion de ce colloque.
L’objectif de Burkina International est clair : réunir les principaux acteurs du secteur privé, du public, les personnes ressources et spécialistes des questions économiques autour du thème afin d’explorer les différentes perspectives de relance économique post-crise et les mécanismes de leur mise en œuvre.
Pour Harouna Kaboré, cette activité permettra de remettre en confiance l’Etat et le secteur privé. L’ensemble des pistes de réflexions que le colloque suscitera devant aider à trouver les voies et moyens pour dynamiser l’activité économique et susciter un engouement pour les investisseurs. Il s’agira, de façon plus spécifique, de s’interroger et d’apporter des pistes de réponses aux questions liées à la politique économique, aux facteurs de production et de compétitivité.
En amont du colloque, un appel à contributions est lancé sur le site web de Burkina International (www.burkina-international.org), afin de recueillir des propositions de toute personne désireuse d’apporter ses idées à cette activité de construction économique. Des critères de rédaction des contributions sont joints à l’appel et sont disponibles sur le site en version téléchargeable. Les travaux à proprement dits vont se dérouler en plénière, en séries de panels composés de différentes communications animées par des chefs de départements ministériels, des acteurs majeurs du secteur privé et des experts nationaux et internationaux. Les participants seront des acteurs du secteur privé (chefs d’entreprises, responsables d’organisations professionnelles), des acteurs de l’administration publique, des membres du gouvernement, des experts nationaux et internationaux du monde de l’économie et du secteur privé, des investisseurs, des partenaires techniques et financiers.

Alexandre Le Grand ROUAMBA


Les membres du Comité scientifique du colloque

– Lassina Ki (Directeur de l’industrie et de la promotion du secteur privé de l’UEMOA)
– Dr Amadou Nébila Yaro (Juriste-fiscaliste, Directeur général de l’ENAREF)
– Pr Séni Ouédraogo (agrégé de Droit public, président de l’Institut de recherche sur les finances et les investissements au service du développement durable)
– Jules Tapsoba (Expert économiste, conseiller spécial du Premier ministre)
– Moussa Sidibé (Expert en entrepreneuriat, responsable des relations Entreprise de l’agence Campus France au ministère des Affaires étrangères en France)
– Mathieu Tankoano (Expert en management de projets)
– Alain Siri (Macro-économiste en chef du CAPES)
– Harouna Kaboré (Président de Burkina International, expert en performance industrielle).


A propos de Burkina International

Burkina International est un Think Tank citoyen. Il est apolitique. L’expression «Think Tank» (réservoir ou laboratoire d’idées) désigne une institution de droit privé, à but non lucratif, qui regroupe des experts ou des professionnels chargés de réfléchir sur des questions politiques, économiques, technologiques, sociales. Les Think Tank produisent régulièrement des études ou des rapports et formulent des propositions à l’endroit des personnes physiques ou morales, dont l’Etat. Certains sont ouverts à la société civile et organisent des réunions publiques, des séminaires ou des colloques. Ils constituent un trait d’union entre le monde du savoir ou de la recherche et celui de la politique ou du pouvoir. Il est indépendant de l’État ou de toutes les autres puissances publiques. Burkina International n’a donc qu’une fonction d’inspiration et d’influence des choix de politiques publiques.

Commentaires
Numéro d'édition: 172

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.