Bourse: Coris Bank obtient le feu vert

• Lancement de l’opération en fin octobre

• 20% du capital sur le marché boursier

 

Avis favorable pour le dossier d’entrée en Bourse de Coris Bank International (CBI). Lors de sa dernière session, tenue le 8 septembre dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF), organe de régulation sous-régionale, a autorisé l’introduction de CBI à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Cette autorisation signifie que désormais la banque dispose de la caution du régulateur et elle peut commencer à vendre ses titres de capital ou actions sur ce marché boursier développé par les pays de l’UEMOA. Pour ce faire, il suffit maintenant que la banque lance le début de l’opération d’entrée en Bourse. Selon les prévisions, cet acte inaugural devrait être effectif en fin octobre prochain.
L’introduction en Bourse était inscrite dans le plan de développement de CBI et annoncée depuis plus de deux ans par les premiers responsables de l’entreprise financière. Le feu vert du CREPMF était obligatoire pour réaliser cette ambition. C’est cette étape cruciale qui vient d’être franchie. Avec cette introduction en Bourse, c’est 20% du capital de la société qui sera mis sur le marché financier. Cela serait l’équivalent de 1,25 million d’actions. Cette part de 20% correspondrait à une nouvelle augmentation du capital, synonyme d’un renforcement des fonds propres de la banque. C’est une stratégie qui permet ainsi de ne pas réaliser de cession sur le capital précédent.
L’opération d’entrée en Bourse de CBI est pilotée par Coris Bourse, qui est une Société de gestion et d’intermédiation (SGI) appartenant à la même holding que cette banque. Toutefois, à l’étape des transactions, c’est l’ensemble des SGI de l’espace UEMOA qui pourra faire des placements sur les titres CBI.
Née en 2008 de la transformation de « La Financière du Burkina », qui était à l’origine un établissement financier en difficulté, CBI a connu une croissance rapide depuis sa création. CBI est une banque universelle qui possède plus d’une trentaine d’agences en ville et en campagne au Burkina. Le groupe Coris Bank est détenu à hauteur de 70 % par l’homme d’affaires Idrissa Nassa, qui en est le PDG.
Parmi les actionnaires locaux, on compte la Société nationale des postes (SONAPOST), l’Union des assurances du Burkina (UAB-Vie), la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). La Banque ouest-africaine pour le développement (BOAD) est également actionnaire du groupe.
En 2015, le groupe a affiché un total bilan de 648,2 milliards de FCFA, un résultat net de 15 milliards de FCFA et des dividendes de 7 milliards de FCFA. Au 30 juin 2016, le total bilan atteignait 713 milliards de F CFA.
Ces chiffres permettent aujourd’hui à CBI d’être la première banque au Burkina Faso.

Karim GADIAGA


Une ambition sous-régionale

Après une courte expérience malheureuse au Niger, CBI a véritablement entamé sa conquête de la zone UEMOA à partir de 2013, avec l’ouverture de son agence en Côte d’Ivoire où vit une importante diaspora burkinabè. Il y a eu le Mali par la suite. En février 2015, à Lomé, CBI a procédé à l’ouverture officielle de sa filiale au Togo. Désormais, la banque envisage de se déployer au Bénin et au Sénégal au dernier trimestre de cette année 2016.

Commentaires
Numéro d'édition: 172

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.