Christopher Udry est professeur d’économie à l’Université de Yale et chercheur affilié à IPA et à J-PAL. Économiste du développement, ses recherches portent sur les activités économiques rurales en Afrique subsaharienne. Il a été plusieurs fois invité à l’Université du Ghana à Legon ainsi qu’à l’Université Ahmadu Bello au Nigeria. (DR)

Assurance récolte indicielle Un programme peut en cacher un autre ! – Par Christopher Udry

«La superficie totale des terres arables du continent africain dépasse celle de l’Europe occidentale, des Etats-Unis, de la Chine et de l’Inde réunis. Et pourtant, la production agricole de l’Afrique est inférieure à celle de tout autre continent […] et près d’un tiers de la population africaine souffre de malnutrition », déclarait Kofi Annan lors d’une interview avec l’hebdomadaire égyptien Al-Ahram en 20101.
Les investissements agricoles, notamment en main-d’œuvre, en technologie, en engrais et en semences augmentent considérablement les récoltes. Pourtant, dans de nombreux pays africains, les taux d’investissement des petits agriculteurs restent encore très faibles.
Au Ghana, par exemple, une enquête a montré que le fermier moyen n’utilise que 7,4 kg d’engrais par hectare, soit treize fois moins que le même fermier typique d’Asie du Sud. Or, au nord du Ghana, le climat est caractérisé par une unique et courte saison des pluies, avec de fortes variations en précipitations selon les années, induisant un risque élevé pour les fermiers dont les terres sont principalement alimentées par les pluies. Ce faible investissement est-il dû uniquement à la peur des risques climatiques imprédictibles, ou bien y a-t-il d’autres freins, tels qu’un manque de capital? Quelles sont les solutions les plus efficaces pour augmenter les investissements agricoles et, ainsi, lutter contre la faim ?
Notre équipe de chercheurs2 a tenté de comprendre quelles étaient les raisons de ce sous-investissement. Nous avons suivi 1.250 fermiers, qui avaient été repartis par tirage au sort en cinq groupes : le premier et le deuxième groupe ont bénéficié d’une assurance pour pallier aux risques climatiques (une assurance indicielle), gratuitement ou à différents prix.
Les agriculteurs ayant contracté cette assurance étaient indemnisés lorsque le taux de précipitations était trop élevé ou trop faible, selon des critères préétablis.Le troisième groupe a reçu une aide financière pour acheter des intrants agricoles, tels que semences ou engrais, et le quatrième groupe a bénéficié à la fois de l’assurance et de l’aide financière.Pour le dernier groupe, les conditions habituelles sont restées inchangées, constituant ainsi un point de comparaison.
Les résultats, au bout d’un an, suggèrent que c’est la crainte de devoir faire face à une mauvaise récolte qui freine l’investissement des agriculteurs et non un manque de capital.
Les agriculteurs qui avaient contracté une assurance, mais qui n’avaient pas reçu d’aide financière, ont investi davantage dans leur activité agricole, pour acheter des engrais et cultiver plus de terres. Ainsi, le simple fait de diminuer la contrainte du risque a permis aux agriculteurs de réunir les ressources nécessaires pour investir et augmenter leur production.Cependant, même si les récoltes ont été meilleures grâce aux investissements, les bénéfices n’ont pas augmenté de manière significative.
Par ailleurs, nous avons constaté que le taux de souscription à l’assurance dépend fortement du prix auquel elle est vendue. Seuls deux agriculteurs sur dix ont acheté l’assurance au prix du marché, alors que le taux de souscription était de 40 à 50% lorsqu’elle était proposée à un prix réduit (inférieur d’un tiers au prix du marché, et ne couvrant pas les coûts administratifs de l’assureur).

Deux études ont offert des réductions aux clients, d’une façon aléatoire (Ghana et Inde), générant assez de données pour dessiner une courbe d’estimation de la demande en assurance récolte indicielle. La demande est faible (moins de 20%) au prix du marché, mais augmente avec les réductions de prix.

Deux études ont offert des réductions aux clients, d’une façon aléatoire (Ghana et Inde), générant assez de données pour dessiner une courbe d’estimation de la demande en assurance récolte indicielle. La demande est faible (moins de 20%) au prix du marché, mais augmente avec les réductions de prix.

Nous avons aussi observé que les agriculteurs ont davantage souscrit cette assurance lorsqu’ils (ou quelqu’un de leur entourage) avaient reçu une indemnisation l’année précédente. Il apparaît donc que la confiance est un facteur important pour augmenter les taux d’adoption d’assurances.
Sur la base de ces résultats, des compagnies d’assurance opérant au Ghana ont commencé à développer des systèmes pour faire baisser leurs coûts et pour augmenter la couverture de leurs produits, notamment grâce au système bancaire par téléphonie mobile offrant des services à prix réduits et en adoptant une meilleure qualité des données sur les précipitations par l’utilisation d’informations satellites. Ceci marque une première avancée dans la pertinence de nos recherches et leur utilisation par les décideurs publics et privés.
Cependant, l’assurance n’a pas suffi pour améliorer les bénéfices des fermiers. D’autres facteurs, comme l’accès aux bons intrants agricoles, le manque d’argent pour acheter ces intrants au moment opportun ou encore la capacité de s’en servir correctement ont pu affecter les gains tirés des récoltes. C’est ainsi que nous avons lancé une deuxième étude en 20143. Nous avons alors cherché à apporter, en plus de l’assurance récolte indicielle, une formation personnalisée aux techniques agricoles et un accès à des intrants plus divers, disponibles à plusieurs moments de l’année et avec la possibilité de se faire livrer avant le début de la saison des plantations.Cette étude est en cours et les résultats seront disponibles en 2017.
Cela fait donc plus de 7 ans que nous continuons à chercher à améliorer l’investissement agricole au Ghana. Chaque résultat fait ressortir des nouvelles possibilités d’innovations et permet d’influencer les politiques publiques. Nous travaillons directement avec le ministère de l’Agriculture, et avec le Programme d’Assurance Agricole au Ghana (GAIP) qui cherche notamment à développer de nouveaux indicateurs d’assurance tels que les volumes de récolte, le vent, ou encore la perte d’options d’investissement. Il est probable que de tels produits aient des impacts similaires à l’assurance récolte indicielle.
Nous espérons que nos recherches et expérimentations en investissements agricoles permettront de faire reculer l’insécurité alimentaire et la faim. Dans la sous-région, les dérèglements climatiques importants subis depuis plusieurs années et notamment la désertification de la zone sahélienne rendent ces questions de plus en plus urgentes. o

Pour plus d’informations
sur ces programmes :
http://www.poverty-action.org/study/disseminating-innovative-resources-and-technologies-smallholder-farmers-ghana
http://www.poverty-action.org/study/examining-underinvestment-agriculture-returns-capital-and-insurance-among-farmers-ghana
www.poverty-action.org/country/burkina-faso
info-burkinafaso@poverty-action.org
www.povertyactionlab.org
msome@povertyactionlab.org


 

Innovations for Poverty Action (IPA)et J-PAL, laboratoire d’action contre la pauvreté ont pour mission de découvrir et de divulguer des solutions efficaces pour lutter contre la pauvreté dans le monde. En partenariat avec les décideurs politiques, IPA et J-PAL conçoivent, évaluent rigoureusement et aident à améliorer les programmes de développement ainsi que la manière dont ils sont mis en œuvre.

Commentaires
Numéro d'édition: 172

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.