Paulo Duarte vise la finale de la CAN et le mondial 2018 (DR)

Paulo Duarte (Entraineur des Etalons) « Je veux jouer la finale de la CAN »

Au lendemain de la qualification des Etalons à la prochaine CAN, l’entraineur Paulo Duarte a le regard tourné vers le Gabon. Il veut jouer la finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football, au soir du 5 février 2017, tout en préparant le mondial russe. C’est un entraineur ambitieux qui s’est exprimé au téléphone depuis Lisbonne au Portugal où il séjourne depuis le 5 septembre dernier.

L’Economiste du Faso : A quoi avez-vous pensé le 4 septembre dernier lorsque le Botswana inscrivait le but égalisateur à la 80e mn ?
Paulo Duarte (Entraineur des Etalons) : J’étais beaucoup anxieux, mais plein d’espoir pour la suite. J’y croyais toujours. Nous avions fait une bonne première période de jeu et ce pénalty de la 80e mn nous a surpris. On venait ainsi de perdre le contrôle de la qualification. J’étais en train de penser que les joueurs vont accepter le sacrifice jusqu’au bout.

L’idée de l’élimination du Burkina avait-elle traversé votre esprit à cet instant du match ?
Non, pas exactement cela. Je me suis surtout demandé ce qui se passait, pourquoi nous sommes dans cette situation, pourquoi nous souffrons dans ce jeu, alors qu’on doit aller vite dans un jeu direct. Je me demandais simplement ce que la suite allait donner. Je croyais toujours en cette grande victoire, surtout qu’en faisant mes calculs, même avec le nul, le Burkina était qualifié.

Vous sembliez inquiét juste avant le coup d’envoi, avec ce palu de Jonathan Pitroipa.
J’étais très inquiet. Quelle malchance? Chaque fois, il y a une situation difficile qui se présente. J’avais déjà perdu 5 titulaires et voilà Pitroipa qui pique un palu a quelques heures du coup d’envoi. Ce n’est pas normal que nous vivions chaque fois ces situations. Pourquoi cela toujours contre nous ? C’est incroyable mais on a fait avec. C’est à moi de trouver la solution face à chaque cas qui se présente.
Qu’est-ce qui doit maintenant changer pour que la CAN soit une bonne moisson pour le Burkina ?
Il nous faut corriger certaines erreurs. Le déplacement du milieu de terrain doit évoluer. L’Afrique du Sud vient déjà en octobre pour les éliminatoires du mondial. Ce match nous permettra de corriger beaucoup de choses. On doit se repositionner face à notre attaque.
Lorsque cette attaque perd un ballon, il nous faut être capable de le récupérer. On verra du côté des stages pour mieux peaufiner la préparation. Ça allait être une catastrophe si cette équipe n’allait pas à la CAN. Le Burkina allait vraiment être dans la peine s’il n’était pas qualifié. Quand j’arrivais, nous étions 2e du groupe, à 3 points de l’Ouganda. Nous avons pu inverser la tendance en 4 matches. En 4 matches, on n’a pris qu’un but sur pénalty (ndlr, contre le Botswana). C’est dire donc que c’est une défense qui progresse. Aujourd’hui, on a perdu Steeve Yago. Je n’avais pas ça dans mon schéma. C’est vraiment dommage.
On verra comment régler cette situation après la décision de la CAF. On va prier pour avoir Yssouf Dayo. Ce n’était pas évident de prendre 10 points sur 12 de possible en 4 matches. C’est fait grâce à la combattivité des joueurs, grâce aux sacrifices des autorités et grâce au soutien des supporters et de tout le peuple burkinabè.

Quel objectif Duarte se fixe-t-il à la prochaine CAN?
C’est de jouer la finale. J’ai bon espoir que nous ferons une grande campagne, en préparant même temps notre qualification au mondial 2018.

Parce que le mondial reste toujours un objectif pour vous ?
Tout à fait ! Je l’ai déjà dit : Je veux qualifier le Burkina à la Coupe du monde 2018. En affrontant donc la CAN, je préparerai en même temps mon équipe pour la Coupe du monde.
Je comptais sur certains joueurs que j’allais récupérer pour renforcer mon groupe. Je ne les ai pas eus, mais l’objectif reste le même. Je suis sûr que nous pouvons réaliser quelque chose pour le Burkina.o

Propos recueillis par Alexandre Le Grand ROUAMBA


Une belle CAN en perspective

Quinze mois de suspense ! Quinze mois d’éliminatoires et on connait enfin les prétendants à la succession des Eléphants de Côte d’Ivoire : Il s’agit de l’Algérie, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, du Gabon, du Ghana, de la Guinée Bissau, du Mali, du Maroc, de l’Ouganda, de la RD Congo, du Sénégal, du Togo, de la Tunisie et du Zimbabwe .
Quatre poules de 4 équipes seront formées le 19 octobre prochain. C’est seulement après cette date que Paulo Duarte pourra mieux peaufiner son programme pour espérer une bonne campagne à l’occasion de cette fête de la biennale du football africain qui se déroulera au Gabon du 14 janvier au 5 février 2017.

Commentaires
Numéro d'édition: 171

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.