Université Ouaga II : les chantiers vont redémarrer

• Les propriétaires terriens seront dédommagés

• La rentrée 2016 hypothétique

 

Les propriétaires terriens affectés par le projet de construction de l’université Ouaga II, sise à Gonsé, seront dédommagés et cela conformément aux lois foncières en vigueur du Burkina Faso. Cette promesse est du gouvernement Paul KabaThiéba. « Le gouvernement a mandaté la commission de rassurer la population de Saaba et de Loumbila sur son engagement à préserver leurs intérêts, c’est-à-dire le règlement des indemnisations, et cela conformément à la loi sur la réforme agraire et foncière », a souligné le président de l’université Ouaga II, Pr Stanislas Ouaro, membre de la commission technique interministérielle pour le règlement du problème foncier du site aux hommes de médias, le 26 août 2016 à la primature.
A cette doléance, qui est l’une des causes de l’arrêt des travaux du chantier depuis mars 2014, s’ajoutent d’autres souhaits. Il ressort des rencontres qu’a eues la commission technique les 23 et 24 août 2016 avec les populations de Saaba et de Loumbila que celles-ci souhaitent que « le site soit balisé afin de permettre de connaître les terres concernées ainsi que leurs propriétaires pour que les exploitants soient connus. Les populations ont également souhaité, entre autres, la prise en compte de toutes les catégories de personnes affectées dans les compensations et indemnisations, la réinstallation des personnes affectées sur des sites aménagés, le paiement à temps des indemnisations, l’embauche des jeunes lors des travaux ». En cas de non-satisfaction de ces doléances, la latitude est laissée aux populations affectées d’ester le gouvernement en justice. En attendant, le gouvernement s’engage à remplir sa part du contrat. Il reste maintenant aux propriétaires terriens de donner leur quitus après les dernières rencontres des 29 et 31 août 2016. Dès qu’un accord est trouvé avec ces populations concernées, les travaux reprendront incessamment, fait savoir le Pr Ouaro.

La commission technique interministérielle se dit « sereine, optimiste et confiante » quant à une issue heureuse des négociations avec les populations. (Ph.: Le Quotidien)

La commission technique interministérielle se dit « sereine, optimiste et confiante » quant à une issue heureuse des négociations avec les populations. (Ph.: Le Quotidien)

De l’avis du président de la commission technique interministérielle (Administration territoriale, Economie et Finances, Habitat et Urbanisme, Environnement et l’Enseignement supérieur), le gouverneur de la région du Centre, Joachim Somda, il y a des motifs d’être «serein, optimiste et confiant quant à une issue heureuse des discussions avec les résidents ».
Cette reprise des travaux, selon le Pr Ouaro, devrait consister à l’achèvement des infrastructures sociales indispensables.« Il faut qu’un certain nombre d’infrastructures soit réalisé. Il y a déjà des infrastructures réalisées, mais qui restent à être achevées, telles que les restaurants universitaires, le centre médical… », précise- t-il.
La reprise du chantier est la condition sine qua-non pour que le vœu exprimé par Paul Kaba Thiéba soit réel. Il s’agit de celui de voir « les portes des amphithéâtres » s’ouvrir aux étudiants à la prochaine rentrée académique, c’est-à-dire en octobre 2016. Sur la préoccupation concernant la dénomination exacte de l’université, le Pr Ouaro a souligné qu’elle s’appellera « université Ouaga II » et non « université Ouaga II à Gonsé ». Dans quelle commune se situe exactement l’université? Il dira qu’il faut attendre l’achèvement de l’expropriation foncière. C’est justement les conclusions de ces rencontres qui ont été faites à Paul KabaThiéba le 26 août dernier à la primature.


Rachel DABIRE

A l’occasion de sa Déclaration de politique générale (DPG) devant les députés, , Paul KabaThiéba prenait l’engagement suivant : « Les travaux de construction de l’université Ouaga II sise à Gonsé seront accélérés et finalisés en 2016 ». Sept mois après, cette promesse faite aux étudiants est en train de se réaliser. Son achèvement permettra de désengorger l’université Ouaga I – Pr Joseph Ki- Zerbo qui souffre d’un manque criard de capacité d’accueil.o

Commentaires
Numéro d'édition: 170

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.