La voie est toujours accessible aux véhicules légers et aux 2 roues. (DR)

Construction de l’échangeur du Nord : Début des déboires

• Les activités des riverains au ralenti

• Les gros porteurs déviés

 

Silence, l’entreprise française Sogea Satom travaille! L’échangeur du Nord, sur la route de Ouahigouya, commence à prendre forme. L’Etat prépare des omelettes pour les populations. Il est donc obligé de casser des œufs. C’est ainsi que depuis le 30 juin 2016 (et non le 29 juin comme annoncé) des voies sont fermées: la RN 02 sera barrée à partir de son intersection avec la rue BIRBA jusqu’à son croisement avec le rond-point de la Jeunesse dans le quartier Tampouy.
Il s’agit précisément du tronçon compris entre le marché de Baskuy passant par le pont Baskuy, la gare de Tampouy et le rond-point de la Jeunesse.

Les bouchers craignent pour leur avenir. (DR)

Les bouchers craignent pour leur avenir. (DR)

Il y a également la rue 22.02 qui est barrée à partir de son intersection avec la rue 22 .17 jusqu’à son croisement avec la rue Pag

atenga. Ceci concerne précisément le tronçon de route reliant le quartier Tanghin au quartier Tampouy et passant par le service d’hygiène juste dans le dos du commissariat de police.
A ces voies s’ajoute la rue Pagatenga (RN22). Il s’agit du tronçon de route compris entre le CMA Paul VI et le commissariat de police de Tampouy.
Sur les lieux, l’on se rend compte qu’en fait de route barrée, aux premières heures de la mesure en tout cas, il s’agissait pour l’instant de restriction de la circulation aux gros camions. Les véhicules légers et les engins à deux roues continuent d’emprunter la voie. Pour combien de temps encore?
Avec cette nouvelle donne, l’économie des riverains et de ceux qui ont investi le marché de Baskuy va prendre un coup.
Des recensements sont en cours afin de dédommager certains riverains lors de leur réinstallation. Lorsque les voies seront effectivement barrées, les populations fréquentant ces tronçons devront débourser un peu plus en carburant pour rallier leurs lieux de service ou d’habitation, ou simplement leurs lieux d’affaires dans l’un ou l’autre sens. Le calvaire commence, mais cette infrastructure de plus de 64 milliards de FCFA fera dans quelques mois la fierté de la capitale et du Burkina.
Alexandre Le Grand ROUAMBA


Des bouchers inquiets

Juste avant le pont de Baskuy, des étals de bouchers et de vendeurs de poisson trônent aux abords de la rue. Bientôt, ils vont devoir déménager. Nous sommes allés à la rencontre de certains pour recueillir leurs avis. Moustapha et son collègue se confient: «On nous avait annoncé que les voies seront barrées à partir du 29 juin, précise ce boucher qui a gardé l’anonymat. On a beaucoup craint pour notre commerce. Nous constatons que la voie n’est pas totalement fermée. Elle est seulement interdite aux camions et autres gros porteurs. Cela est une bonne nouvelle pour nous. Mais lorsque les travaux vont commencer, ce sera le calvaire, car il nous faudra jongler pour faire des recettes.
Nous serons déguerpis, mais jusque-là nous n’avons aucune idée de l’endroit qui nous est réservé pour poursuivre notre activité. Il est vrai que cela sera pénible pour nous, mais à l’idée de savoir que nous aurons enfin une grande voie qui va décongestionner la circulation, on est heureux. On n’a pas le choix. On va déguerpir pour permettre de construire notre ville. Il ne faudra pas que les autorités oublient de nous trouver un endroit qui pourra nous permettre de rester en contact avec notre clientèle. Nous les bouchers, on n’est pas encore recensés. Nous attendons qu’on nous prenne aussi en compte afin que nous puissions assurer l’avenir de nos enfants et entretenir nos épouses».
Moustapha est catégorique: «Cette route va stopper nos affaires. Avec la restriction de la circulation sur ce tronçon, nous enregistrons des méventes. Avant, nous pouvions vendre 5 à 10 moutons, mais depuis qu’on a interdit l’accès de la route à certains usagers, on ne peut plus se permettre de tuer 5 moutons. On ne peut même plus vendre 3 moutons. On se demande ce que ce sera quand les travaux vont véritablement commencer. Nous espérons obtenir un endroit stratégique pour poursuivre notre activité».

Commentaires
Numéro d'édition: 165

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.