Arrivé à Lomé le 2 juin 2016, le nouvel avion Asky, un Boeing 737-800 d’une capacité de 154 places, vient renforcer la flotte de cette compagnie créée en 2010. (DR)

Aéronautique : Ça bouge dans le ciel ouest-africain

• Le G5-Sahel et la Guinée annoncent chacun la création d’une compagnie aérienne

• De nouveaux avions pour Asky et Air Côte d’Ivoire

• Sénégal Airlines a disparu du ciel

 

A l’issue d’une réunion à Ouagadougou les 21 et 22 avril 2016, les ministres des Transports et de l’Aviation civile des pays membres fondateurs du G5-Sahel projetaient de créer une compagnie aérienne dont le premier vol aura lieu en février 2017. Cette annonce fait suite à la décision des chefs d’Etat du G5-Sahel au sommet de N’Djamena tenu le 20 novembre 2015.
Dans le même temps, des compagnies aériennes ouest-africaines font des annonces. Tandis que la Guinée envisage de ressusciter sa défunte, compagnie Air Guinée, Air Côte d’Ivoire et Asky ont renforcé leurs capacités par l’acquisition de nouveaux avions. Dans le sens inverse, le gouvernement sénégalais a annoncé la fin des activités de Sénégal Airlines. Le G5-Sahel regroupe 5 pays, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Parmi ces pays, 2 disposent de compagnies aériennes destinées aux transports de passagers. Il s’agit d’Air Burkina et Mauritania Airlines. Ces compagnies ne desservent pas tous ces pays.
Si l’on s’en tient au cas d’Air Burkina, elle ne dessert directement que les capitales malienne et nigérienne. C’est dans ce contexte que le gouvernement guinéen s’active à créer la compagnie nationale aérienne d’ici le mois de décembre 2016. Cette compagnie viendra combler le vide laissé par la défunte Air Guinée. La nouvelle compagnie verra le jour avec le soutien du Rwanda. Air Guinée avait été liquidée sous le règne de Lansana Conté, après avoir été rachetée par l’homme d’affaires Mamadou Sylla.
C’est dans ce contexte que la compagnie Asky basée à Lomé au Togo vient d’acquérir un nouvel avion. Arrivé à Lomé le 2 juin 2016, le nouvel avion de Asky, un Boeing 737-800 d’une capacité de 154 places, vient renforcer la flotte de cette compagnie créée en 2010.
A peine arrivé, le nouvel avion a foulé le sol burkinabè dans la soirée du 9 juin 2016 à l’occasion du vol (KP046) Lomé-Niamey via Ouagadougou. Ce Boeing porte à 8 le nombre des avions d’Asky dont 3 Boeing 737-700 de 115 places chacun, 8 Dash 8 Q400 de 67 places chacun et le Boeing 737-800 qui sera utilisé pour les vols sur le Brésil et New York. Asky qui dessert 24 destinations à partir de Lomé est un modèle de réussite dans l’aéronautique. Avec ces 250 employés, elle fait partie des compagnies comme Ethiopian et Royal Air Maroc à réaliser des bénéfices en fin 2015.
Bien avant Asky, la compagnie Air Côte d’Ivoire a aussi agrandi sa flotte. Actuellement, elle possède 9 avions dont 4 Airbus A319, un Airbus A320 et 4 Bombardiers Q400 dont les 2 derniers ont été acquis en 2016. Depuis son hub d’Abidjan, Air Côte d’Ivoire désert 19 destinations en Afrique et 5 destinations dans le réseau domestique ivoirien. Créée en mai 2012, cette compagnie compte 441 personnes dont 58 pilotes. La compagnie serait en négociation avec Airbus pour la commande de 5 nouveaux avions.

Joël BOUDA


Sénégal Airlines cesse ses vols

Près de 10 ans après sa création, Sénégal Airlines a cessé ses vols le lundi 11 avril 2016. L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) sénégalaise n’a pas renouvelé le permis d’exploitation aérienne de la compagnie arrivé à expiration le 02 avril 2016.
Le gouvernement sénégalais annonce la création d’une nouvelle compagnie nationale en lieu et place de Sénégal Airlines qui cumule plus de 65 milliards de F CFA de dettes.
Sénégal Airlines avait été créée sur les cendres de la défunte Air Sénégal International. La compagnie disposait d’un un capital de 16,5 milliards de F CFA détenu à 36 % par le gouvernement sénégalais et 64% par des privés nationaux. Le gouvernement évoque une sous-capitalisation de la compagnie à laquelle est venue s’ajouter une rude concurrence sur l’aéroport de Dakar. La compagnie a débuté ses activités avec 4 avions. Mais en fin 2015, elle ne disposait plus que d’un seul, un CRJ 100 de 50 places pour desservir Ziguinchor, Bissau et Praia à partir de Dakar contre 15 en 2011. Quoi de plus normal si en fin 2015 Sénégal Airlines assurait moins de 5 % de l’activité aéroportuaire à Dakar contre 30 % à sa création.o

Commentaires
Numéro d'édition: 163

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.