Opération permis de conduire : 2.100 jeunes bénéficiaires en 2014

• 22,6% d’entre eux ont obtenu un emploi

• Une reconduction du programme en vue pour 2016

Le gouvernement burkinabè met en œuvre l’opération permis de conduire depuis 2008. Elle est une réponse à une demande sociale et constitue un moyen d’amélioration de l’employabilité des jeunes en vue de leur insertion socio-professionnelle et aussi de renforcer leur civisme en matière de sécurité routière. Le métier de conducteur est un métier à la mode qui attire de nombreux jeunes. Mais il reste difficilement accessible à cause de l’état de pauvreté de certains candidats à la conduite. Pour l’année 2014, il avait été prévu le recrutement et la formation de 2.100 jeunes.

Pourquoi avoir reconduit l’opération cette année ?
Après 6 ans de mise en œuvre du programme, soit de 2008 à 2014, l’opération permis de conduire a enregistré des résultats fort appréciables selon le gouvernement qui précise que ce sont plus de 7.000 jeunes qui ont été formés et ont obtenu leur permis de conduire durant la période.
L’opération a donc permis à des jeunes bénéficiaires de disposer de moyen direct d’insertion socioprofessionnelle. En effet, au terme d’une étude d’impact réalisée, il ressort que le programme a eu un impact relativement positif sur les bénéficiaires. En effet, 22,6% des bénéficiaires enquêtés ont obtenu un emploi et 11,7% se sont auto-employés avec une création d’emplois, poursuit le gouvernement. Pour toutes ces raisons, l’opération sera reconduite cette année 2016. Malheureusement, le budget du ministère de la Jeunesse ne couvre que 20% de la demande habituelle. Face à l’engouement des jeunes pour cette opération, le ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Insertion professionnelle a sollicité auprès du gouvernement une rallonge budgétaire afin d’augmenter le nombre des bénéficiaires dans le but de renforcer et de capitaliser cette initiative de création d’emplois pour les jeunes.
L’évolution sans cesse croissante du parc automobile et des véhicules à 2 roues a induit des besoins nouveaux en termes d’emplois dans le domaine de la conduite et de l’entretien des véhicules. Ce qui fait de ce secteur un créneau porteur d’emplois pour les jeunes. En effet, selon les données de la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM), en 2014, on a dénombré 289.440 véhicules automobiles et à deux roues au niveau national. Au nombre de 179.832, les voitures particulières étaient les plus nombreuses. Le ministère de la Jeunesse veut donc exploiter ces opportunités d’emplois pour les jeunes.
Cette opération, selon le gouvernement, vient en réponse à cette préoccupation, constituant ainsi un moyen de promotion et de valorisation de ce métier, voire de le rendre plus accessible aux jeunes qui aspirent y gagner leur vie.

Elie KABORE


53,80% de taux d’admission au permis de conduire

Selon les données de la DGTTM, en 2014, un total de 44.748 dossiers de candidatures au permis de conduire a été reçu dans les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso dont 32.983 à Ouagadougou et 11.765 à Bobo-Dioulasso. Parmi ces candidatures, on a enregistré 29.093 admis dont 20.702 à Ouagadougou et 8.391 à Bobo-Dioulasso.
Le taux d’admis représente 53,80% des candidatures. Le pays comptait au 31 décembre 2014, au total, 138 auto-écoles dont 67 dans la région du Centre et 26 dans la région des Hauts-Bassins. Au cours de la même année, 19.189 accidents de la circulation ont été enregistrés dont 10.812 à Ouagadougou. L’ensemble de ces accidents a entrainé 10.098 victimes (tués, blessés légers, blessés graves).

Commentaires
Numéro d'édition: 162

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.