Dans l’ensemble, le groupe Etalon a su négocier ce voyage comorien qui lui permet de rester leader du groupe D et a son destin en mains le 4 septembre prochain à l’occasion de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017. (aouaga.com)

CAN 2017 : Les Etalons à un pas de la qualification

• Gagner absolument  le 4 septembre

• Adama Guira, l’homme clé du match

• Alain Traoré, «une solution pour l’avenir»

Que de frayeur avant le voyage des Iles Comores le 5 juin dernier! Six des onze titulaires du technicien portugais, Paulo Duarte, étaient hors service. A commencer par le capitaine Charles Kaboré suspendu à l’issue du match contre l’Ouganda pour cumul de cartons jaunes. Viennent ensuite Djakaridja Koné, Bakary Saré et Préjuce Nacoulma qui ne s’étaient pas remis de leurs blessures en club. Alors que le groupe espérait au moins que l’hémorragie s’arrêterait là, voilà que les arrivées en regroupement de Bertrand Traoré et de Jonathan Pitroipa ne seront que de courte durée. Comme si cela ne suffisait pas, le coach Duarte lui-même est admis à l’infirmerie un moment lors du stage.
Dès lors, les questions fusaient dans tous les esprits: quelle équipe des Etalons pour quel résultat aux Comores? Et Duarte ne cessait de le répéter: «Ce n’est pas pour rien qu’on convoque 23 joueurs. Chacun a son mot à dire». Les Etalons sont bien placés pour attester cette idée. En effet, face à de telles absences, il fallait obligatoirement faire confiance à ceux qui avaient pris place sur le banc de touche. Pour Paulo Duarte, «il n’est pas aisé de remplacer 50% d’un effectif». L’optimisme n’était visiblement pas au rendez-vous au sein de l’encadrement technique. Pour le technicien portugais, cela n’est pas dû à la qualité des remplaçants dont il ne doute pas du talent, mais à la dynamique du groupe.
Avec la victoire du concurrent direct dans le groupe D, l’Ouganda, la veille sur le Botswana, il n’y avait pas d’autre résultat que la victoire pour les Etalons. Cette situation était dès lors difficile à gérer.
Le coup d’envoi donné que les Etalons se jettent dans la bataille avec des séquences de jeu très satisfaisants. Il y a des joueurs qui ont agréablement surpris l’encadrement technique.
Parmi eux, Adama Guira envers qui Duarte ne tarit pas d’éloges: «Guira a fait un super match. C’était l’homme clé de l’équipe, ce milieu défensif a beaucoup donné». L’autre surprise pour l’encadrement technique vient du jeune Cyrille Bayala: «Bayala a été formidable», confesse Duarte.
Personne ne valorisait l’équipe des Comores avant ce match, mais au contact du terrain, il est unanime que cette équipe progresse. «C’est la preuve que les Comores vont revenir sur la scène footballistique», se convainc Paulo Duarte. Il n’était donc pas évident de se défaire de cette formation. Heureusement pour les Etalons que ce pied gauche légendaire d’Alain Traoré a encore fait parler de lui à la 79e mn, offrant ainsi le but de la victoire aux Etalons. Alain Traoré refait donc parler de lui. A commencer par l’entraineur Duarte: «Dans ce match, Alain a été tranquille. Il m’a montré qu’il est une des solutions pour l’avenir. Il a un déficit physique certes, mais reste un grand joueur. On doit l’aider, mais ne pas seulement l’applaudir quand ça marche. J’essaie de le soutenir, car il traverse une mauvaise période de sa vie de footballeur». A côté de ces joueurs, il y a Banou Diawara qui est chaque fois réclamé par le public et la presse. Cette fois, il a eu un temps de jeu beaucoup plus grand. A-t-il convaincu ? Duarte a son idée: «La qualité de Banou Diawara est incontestable dans son club. Il progresse, mais il faut qu’il travaille davantage en sélection. Il doit montrer toutes ses capacités au cours des entrainements. Il est un peu timide, mais il est bien rentré dans ce match contre les Comores».
Dans l’ensemble, le groupe Etalon a su négocier ce voyage comorien qui lui permet de rester leader du groupe D et a son destin en mains le 4 septembre prochain à l’occasion de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017. Face au Botswana, ce jour-là, il faut absolument gagner pour conserver deux chances: leader du groupe et qualifié pour Gabon 2017. Egalement, en cas de victoire de l’Ouganda sur les Comores, les Cranes seront également repêchés comme meilleur deuxième avec 13 points. Actuellement, le Burkina et l’Ouganda ont chacun 10 points (+3).
Alexandre Le Grand ROUAMBA


 

Les équipes déjà qualifiées

Avant la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017, dix équipes sur les 16 attendues ont déjà empoché leurs tickets qualificatifs. Ce sont le Gabon (pays organisateur), le Maroc, l’Algérie, l’Egypte, le Sénégal, le Cameroun, le Ghana, le Zimbabwe, le Mali et surtout la Guinée-Bissau. En effet, les Jurtus (nom de l’équipe Bissau-guinéenne) auront la joie et l’honneur de jouer une phase finale de la Coupe d’Afrique des nations.
Avec deux victoires, un nul et une défaite, ils ont profité d’une équipe du Congo-Brazzaville pour obtenir cette qualification. A la CAN 2015, les Jurtus s’étaient offert un quart de finale.

Commentaires
Numéro d'édition: 162

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.