Mamadou Bamba, Directeur général de Orange-Côte d’Ivoire, espère signer dans quelques jours l’accord qui consacre l’arrivé officielle d’Orange au Burkina en lieu et place d’Airtel. (DR)

Orange au Burkina : Les dernières formalités en cours

• En attendant le OK de la commission de l’UEMOA

• L’accord pourrait être signé dans 1 mois

 

Il ne reste plus que quelques formalités administratives à remplir pour que le groupe français de télécommunications Orange s’installe au Burkina en lieu et place de l’opérateur indien Airtel. Effectuant un repositionnement stratégique sur sa présence en Afrique, le groupe indien a décidé de vendre une partie de ses licences sur le continent. Parmi les possessions dont il a souhaité se séparer, il y a notamment celles situées en Afrique l’Ouest (Burkina et Sierra Leone), qui demeurent cependant parmi les plus dynamiques sur leurs marchés respectifs.
Dès le mois de juillet 2015, le groupe Airtel avait annoncé qu’il était entré en négociations avec le groupe Orange qui ambitionne, de son côté, de s’étendre et de devenir à la fois un opérateur téléphonique paneuropéen et panafricain. Le 13 janvier 2016, les deux groupes annonçaient dans un communiqué que l’opération de rachat de 100 % du capital d’Airtel Burkina, mais aussi d’autres licences Airtel comme celle de la Sierre Leone, avait abouti à un accord. Il ne restait plus qu’à obtenir l’aval des Etats concernés par ces licences mais aussi les autorisations des organes de la concurrence dans ces pays. Au Burkina, le processus est très avancé et est pratiquement achevé. L’autorité de régulation du secteur des télécoms au Burkina et le gouvernement ont donné leur accord pour le transfert de la licence d’Airtel-Burkina Faso à Orange. Dans la foulée, le président du Faso avait accordé une audience le 25 avril 2016 à une délégation du groupe Orange conduite par son directeur général adjoint chargé des opérations dans la zone Afrique et Moyen Orient, Bruno Mettling.
Avec ce responsable d’Orange, Roch Kaboré a surtout voulu comprendre les ambitions du nouvel opérateur sur le marché des télécoms au Burkina. «Le président du Faso a souhaité de manière très précise que lui soit fait le point sur les ambitions d’Orange en termes d’investissements dans le réseau, en termes de vie quotidienne pour la population du Burkina, qu’est-ce que cet investissement d’Orange va changer concrètement sur la qualité des réseaux, la qualité d’accès à internet, sur le développement économique du pays, sur la situation sociale des collaborateurs concernés», a indiqué Bruno Mettling à sa sortie d’audience.
Les détails sur ces investissements n’ont pas été dévoilés mais Orange a tout simplement exprimé son enthousiasme à s’installer au Burkina. Pour ce faire, il s’attèle à obtenir les autres autorisations nécessaires à la validation de son arrivée effective. Une demande d’attestation négative a été dès lors adressée à la commission chargée de la concurrence de l’UEMOA.
Cette demande permet à la commission de la concurrence de l’UEMOA de vérifier que l’arrivée d’Orange au Burkina et les comportements que cette société est susceptible d’avoir sont conformes aux règles de la concurrence établies dans l’Union. Orange est donc en train de demander à l’UEMOA de vérifier si les pratiques ou accords qu’elles souhaitent mettre en œuvre, à travers le rachat d’Airtel au Burkina, peuvent être considérés comme compatibles avec sa réglementation en matière de concurrence. En cas d’avis favorable, l’UEMOA délivrera «une attestation négative» à Orange, qui sera donc autorisé à exercer au Burkina. Dans moins d’un mois, l’UEMOA donnera son avis sur la demande en cours. Ce sera la dernière étape avant la signature de l’accord définitif qui consacre l’acquisition par Orange d’une licence de téléphonie au Burkina, après le rachat d’Airtel Burkina.

Karim GADIAGA


Orange Burkina géré par la Côte d’Ivoire

Sur le marché burkinabè, Airtel, qui est sur le point de devenir Orange, occupe actuellement la deuxième place après l’ONATEL, filiale de Maroc Télécoms, et devant Telecel du groupe burkinabè Planor. Airtel compte 5 millions d’abonnés en 2015. Suivant le système de gestion qui est mis en place par le groupe Orange, les opérations d’Orange au Burkina seront sous la supervision d’Orange Côte d’Ivoire.
Avec 42% de part de marché et 417 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires, Orange Côte d’Ivoire est à ce jour leader des opérateurs téléphoniques dans son pays. Le réseau compte pratiquement 11 millions de clients au 31 décembre 2015.
Il revendique un leadership dans le domaine de l’innovation. Après une phase expérimentale en 2014, Orange CI a annoncé en janvier 2016 l’arrivée prochaine de la 4G. L’opérateur s’est aussi fortement illustré dans le domaine du mobile banking. Il en est le pionnier avec Orange Money, qui totalise plus de 4,4 millions d’abonnés au 31 décembre 2015, avec plus de 8 milliards de FCFA de transactions par jour. C’est la même philosophie et les mêmes ambitions que le groupe devrait traduire au Burkina.

Commentaires
Numéro d'édition: 161

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.