Economie

Relance des affaires : Le SCIMPEX veut être rassuré

 

Les opérateurs économiques réunis au sein du Syndicat des commerçants importateurs et exportateurs du Burkina (SCIMPEX) fondent l’espoir de voir les affaires répartir avec la fin de la transition. C’est le vœu qui a été exprimé par cette organisation, l’une des plus représentatives du monde des affaires burkinabè, ayant à sa tête le pluridisciplinaire Lassiné Diawara.
Les membres du SCIMPEX étaient réunis en Assemblée générale ordinaire le 24 mars dernier à Ouagadougou. Le bilan des activités de l’année 2015, ainsi que les perspectives pour 2016 étaient au menu de cette rencontre. «Nous nous réjouissons de l’avènement d’un pouvoir qui a permis de fermer la parenthèse de la transition. Nos vœux fondamentaux, c’est l’environnement des affaires et la sécurité. Quand on n’est pas dans un cadre sécuritaire, c’est difficile de développer des affaires. Nous espérons que tout cela va se mettre en place petit à petit», a indiqué le président du SCIMPEX.
Par rapport à des attentes précises comme la question de la dette intérieure, le SCIMPEX attend que le nouveau pouvoir prenne ses marques. «Une partie de la dette intérieure avait commencé à être liquidée. Mais, il y a encore des attentes. Etant donné que nous avons commencé l’année avec des problèmes de sécurité, nous n’avons pas encore rencontré les autorités politiques. D’habitude, les autorités politiques aussi, à leur arrivée, rencontrent le milieu des affaires pour connaitre ses préoccupations, mais cela n’a pas encore été fait», indique Lassiné Diawara. «Nous n’avons pas pris l’initiative de faire des revendications dans ce sens pour le moment. Nous pensons que nous allons laisser les autorités s’installer et prendre leurs marques et, le moment venu, nous mettrons tous ces problèmes sur le tapis», ajoute-t-il.
Sur la question des nouveaux statuts de la Chambre de commerce et d’industrie, qui ne font pas l’unanimité, le SCIMPEX est plutôt favorable.
«Le SCIMPEX a participé à l’élaboration de ces textes. On a été consulté. Nous estimons que la Chambre de commerce est un établissement public à caractère professionnel. Donc, les textes de la Chambre de commerce sont pris par l’Etat. L’Etat peut demander l’avis du monde des affaires, mais cela ne veut pas dire que l’Etat doit faire tout ce que nous demandons», explique Lassiné Diawara.
«La Chambre de commerce reçoit une certaine délégation de la part de l’Etat pour gérer un certain nombre d’infrastructures pour l’intérêt général.
La Chambre de commerce bénéficie également des fonds publics, c’est-à-dire des centimes additionnels. C’était le cas dans le temps.
Aujourd’hui, il y a des facilités qui permettent à la Chambre de commerce de gérer, par exemple, le fonds de garantie. Pour toutes ces raisons, il est tout à fait normal que les textes qui sont pris soient des textes qui tiennent compte aussi bien de l’intérêt du privé que de l’intérêt de l’Etat qui veille à ce que pour certaines interventions de l’institution les coûts soient à la portée de tous les utilisateurs», ajoute-t-il.
«Parfois, il y a une incompréhension entre l’Etat et le secteur privé, parce que le privé pense qu’il n’y a que ses avis qui doivent être pris en compte, alors que la Chambre de commerce est un organisme charnière entre l’Etat et le secteur privé. Au SCIMPEX, nous souscrivons totalement aux textes qui ont été adoptés par le gouvernement», a indiqué le président du SCIMPEX.

Karim GADIAGA


Présidence de la Chambre de commerce Diawara n’est pas sûr d’être candidat

Sur la question de savoir si Lassiné Diawara sera candidat à la présidence de la Chambre de commerce, le président du SCIMPEX a donné la réponse suivante: «Je serai certainement candidat pour être membre consulaire, mais je ne suis pas sûr que je serai candidat pour être président, parce que j’estime que j’ai exercé depuis 2001 jusqu’à pratiquement en 2015 les fonctions de président ou de 1er vice-président. Le moment est venu de céder la place aux jeunes».

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page