Créé en 1996, Orange Côte d’Ivoire compte presque 11 millions de clients au 31 décembre 2015. C’est à lui que sera rattaché Orange Burkina, fruit du rachat de Airtel Burkina qui compte plus de 5 millions d’abonnés aujourd’hui. (DR)

Télécoms : Que réserve Orange?

• Orange Burkina géré à partir de la Côte d’Ivoire

• Réseau engagé sur la voie de l’innovation

 

En lieu et place de l’opérateur indien Airtel, c’est le français Orange qui va bientôt s’installer sur le marché des télécommunications burkinabè. Le principe de l’arrivée de l’opérateur français est déjà acquis.
L’aboutissement de l’opération de rachat de 100% du capital de Airtel Burkina par le groupe Orange a été officialisé dans un communiqué publié le 13 janvier dernier par les deux opérateurs. Il restait néanmoins une dernière formalité à remplir pour que tout soit totalement réglé. Selon le communiqué du 13 janvier, la finalisation de ces transactions devait encore être soumise à l’approbation des autorités compétentes.
Après cette étape de confirmation, ce sera la matérialisation du changement sur le terrain. C’est-à-dire le transfert effectif du management et le rebranding aux couleurs d’Orange.
A l’issue de ces formalités, les Burkinabè et plus particulièrement les actuels abonnés du réseau Airtel seront servis suivant la vision et les capacités de Orange.
Selon la stratégie qui guide la présence du groupe en Afrique de l’Ouest, Orange Burkina sera sous administration directe de Orange Côte d’Ivoire, qui hérite également de l’acquisition de la multinationale au Liberia (Cellcom).
Que faut-il savoir du nouvel opérateur ?
Le grand groupe Orange est d’origine française. L’opérateur, anciennement connu sous le nom France Télécoms, a pris la dénomination Orange depuis le 1ᵉʳ juillet 2013. Depuis lors, il continue de s’étendre en prenant des parts ou en rachetant des sociétés en Afrique et au Moyen-Orient. Dans son plan stratégique, le président du groupe, Stéphane Richard, souhaite «faire de Orange un opérateur téléphonique paneuropéen et panafricain».
D’où l’intérêt manifesté pour de nouvelles acquisitions en Afrique. L’ambition du groupe Orange est de devenir le premier en Afrique en dépassant MTN qui était le leader. Orange couvrira au total 20 pays en Afrique en 2016. Orange Côte d’Ivoire de qui relèvera la filiale burkinabè est le leader des télécommunications en Côte d’Ivoire. Selon les données de l’Autorité ivoirienne de régulation des télécommunications, au 30 septembre 2015, le parc de Orange Côte d’Ivoire compte plus de 10 millions d’abonnés (presque 11 millions de clients au 31 décembre 2015, d’après la société). Il est suivi par MTN qui compte plus de 8 millions d’abonnés à la même date du 30 septembre 2015.
En Côte d’Ivoire, Orange revendique un leadership dans le domaine de l’innovation. Après avoir développé à travers le pays les technologies 2G, 3G+ et suite à une phase expérimentale en 2014, Orange CI a annoncé en janvier 2016 l’arrivée prochaine de la 4G et les offres commerciales qui y seront associées. Dans le domaine du mobile banking, Orange CI a été le pionnier avec Orange Money et totalise plus de 4,4 millions d’abonnés au 31 décembre 2015, avec plus de 8 milliards de FCFA de transactions par jour.
Dans le secteur de l’emploi, Orange CI est également leader, avec 1.483 employés au service de ses clients (au 31 décembre 2015) et plus de 80.000 emplois indirects générés.
C’est la même philosophie et les mêmes ambitions que le groupe devrait en principe traduire au Burkina.

Karim GADIAGA


 

Le changement s’annonce

Jusque-là, il n’y a pas de communication au niveau local pour annoncer la fin de l’aventure Airtel et l’arrivée de Orange au Burkina. Toutefois, les signes sur l’imminence de l’événement ne manquent pas. L’effervescence et la réactivité dont Airtel est coutumier dans la promotion des activités et dans sa communication ont disparu en cette période. La période de transition entre le départ de l’ancien et l’arrivée du nouveau propriétaire explique-t-elle cette réserve ?
Autre constat qui pourrait être directement lié au prochain départ de Airtel, c’est l’absence du Burkina parmi les pays retenus dans le concours musical «Airtel Trace Music Star».
Réservé aux jeunes talents, des candidats burkinabè avaient pris part à la première édition en 2015. Mais cette année, le Burkina et d’autres pays, où les possessions de Airtel pourraient être cédées, n’ont pas été sélectionnés.

Commentaires
Numéro d'édition: 144

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.