FAIJ  : Corruption, détournements et favoritisme

• Détournements de fonds par les agents du FAIJ

• Financements de promoteurs non éligibles

 

L’octroi de crédits par le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ) a été émaillé d’irrégularités. Le non-respect des critères d’octroi de crédits et le manque de rigueur dans l’analyse des dossiers ont entrainé le favoritisme. Ce qui sous-tend le faible taux de remboursement des créances. L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE) qui a fait ce constat à l’issue d’un audit dont les résultats sont contenus dans son rapport 2014 estime qu’il : « Est impérieux pour les responsables de la structure de remédier à cela par l’adoption et l’application d’un nouveau manuel de procédures contenant des critères objectifs ». Quels types d’irrégularités ont été relevés ?
L’ASCE a noté que l’octroi des crédits est en contradiction avec les dispositions règlementaires prévues. Ainsi, des dossiers non conformes ont été sélectionnés au FAIJ. Des promoteurs fictifs ont reçu des financements. Les financements de promoteurs non éligibles sont des faits qui ne sont pas favorables à la mise à jour de la base de données des bénéficiaires du fonds.
A cela s’ajoute les détournements de fonds par les agents du FAIJ, du favoritisme dans le choix des promoteurs et des cas de corruption des agents chargés de la remise des chèques aux promoteurs. Des pertes de ressources ont également été enregistrées. Ces pratiques ont entrainé le non-respect des échéances de remboursement. Le non-respect des conditions de sélection des dossiers a contribué à détourner l’objectif du fonds et compromis sérieusement son existence. Au FAIJ, on a pris l’habitude de sauter l’étape de la validation des documents. C’est ainsi que les conventions de prêt n’ont pas été validées, tout comme les délibérations des comités de gestion. Conséquences, des délibérations de ces comités ont fait l’objet de diverses contestations.
La mal-gouvernance dans la gestion des fonds a été exacerbée par la mise à l’écart de potentiels promoteurs solvables, des erreurs sur l’identité des promoteurs et des fraudes concernant certaines pièces administratives fournies par des promoteurs. Sur le plan de la gestion du personnel, il a été noté une confusion des rôles qui porte atteinte à l’indépendance du « contrôleur interne » et une non-maîtrise des procédures d’octroi de crédits par le personnel du FAIJ.
Des personnes non prévues par les textes participent aux délibérations du comité de prêt. Recommandation a été faite afin d’adopter un manuel de procédures dans lequel les tâches de chaque agent seront détaillées. A propos de la non-maîtrise des procédures d’octroi, il a été recommandé de faire adopter par le comité de gestion les dossiers de crédits à déclasser, sous le contrôle du « contrôleur interne».

Elie KABORE

Commentaires
Numéro d'édition: 144

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.