Société-Culture

Collège Notre dame de Kologh Naba : 60 ans au service de l’éducation

 

L’enceinte du Collège Notre dame de Kologh Naba, affectueusement appelé KN, était tout en couleur le 23 janvier dernier. La hiérarchie de l’Eglise catholique à Ouagadougou était là, de même que les ministres en charge de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et les différentes sœurs directrices qui se sont succédé au KN. A leurs côtés, des anciennes promotions dudit collège, de la 1re à la dernière promotion, étaient toutes en liesse.
Des établissements invités étaient également là, tout comme le corps enseignant. Le KN célèbre son jubilé de diamant. «60 ans au service de l’éducation et de la jeune fille», tel est le thème de ce 60e anniversaire qui a fermé ses portes ce lundi 1re février par une messe d’action de grâce.
Ce fut les grandes retrouvailles pour de grands souvenirs; un défilé de tous les styles et de tous les âges a permis de constater que le KN a beaucoup formé. De 22 élèves en 1955, ce sont au total 7.876 élèves qui sont passés par le KN, foi de la Sœur Donat Françoise Nadembèga, directrice du KN. Avec ses 18 classes pour cette année 2015-2016, le KN accueille 961 futurs espoirs de la Nation.


 

Défilé de la prémière promotion (1955-1959). (Ph.: CK)
Défilé de la première promotion (1955-1959). (Ph.: CK)

La cérémonie commémorative a été entrecoupée par des animations assurées par des vedettes comme Rovane et Dicko Fils. C’était l’euphorie au sein des plus jeunes. Mais c’est Abdoulaye Cissé qui ravive les vieux souvenirs avec sa chanson sur les jeunes filles du KN qui date de 1966. Rien n’a altéré sa voix, et sa guitare a remis l’assistance dans une de ces folles ambiances car dans cette chanson, il est fait cas de «filles coquettes et câlines». Mais le ministre de l’Enseignement supérieur, Filiga Michel Sawadogo, n’oublie pas d’ajouter: «Soyez toujours coquettes et câlines, mais ayez la notion aussi de tout savoir». Pour les anciennes du Collège qui ont parlé par la voix de Marie Louise Nignan, présidente du comité d’organisation, ce jubilé de diamant sonne comme «un hymne au passé, un hymne au présent, un hymne au futur, dans le souvenir, dans l’amitié, dans la reconnaissance et la fraternité». L’œuvre de Mgr Emile Socquet et de Cécile Ducret porte ainsi ses fruits.

Mais la Sœur Françoise Nadembèga est en mode «réajustement des stratégies». La directrice du KN est consciente que ce jubilé est «le moment de faire une halte pour réajuster les stratégies afin de répondre à notre vocation de former des femmes, des mères, des épouses, des citoyennes intègres et généreuses qui font la fierté de notre Nation et le bonheur de notre société».
Elle souhaite que l’occasion de ces 60 ans du collège éveille les consciences de ses élèves et galvanise leur ardeur au travail pour d’excellents résultats scolaires.
Elle a rendu hommage à tous les devanciers, à l’Eglise catholique, fondatrice de ce collège, qui se bat pour allier pédagogie de qualité à formation basée sur des valeurs morales, humaines et sociales. Le ministre Filiga Michel Sawadogo a invité les élèves actuels à faire mieux que leurs aînés. Et le Cardinal Philippe Ouédraogo d’inviter les pensionnaires du KN à ne jamais aller en arrière , à toujours aller de l’avant, toujours en eau profonde, à ne viser que l’excellence, rien que l’excellence.

Alexandre Le Grand ROUAMBA


Témoignage d’une ancienne du KN

Johanna Ouédraogo/Rouamba (1re promotion) : En 1955, nous étions 22 élèves dont une béninoise. Les choses ont beaucoup évolué. Il y a maintenant de l’électricité et de l’eau courante au collège alors qu’à notre temps, on étudiait avec des lampes-tempête et on allait au puits pour chercher de l’eau. Cela ne nous a pas empêchées d’être très disciplinées et sages. Pourtant, je sens un peu d’indiscipline à l’heure actuelle. Chaque fois, je dis aux filles qu’elles parlent beaucoup et qu’elles doivent se retenir.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page