Boomerang

Le Burkina Faso a été durement touché le 15 janvier dernier. L’entente cordiale entretenue jadis entre l’ancien régime et les groupes armés de la bande sahélo-saharienne a volé en éclats à travers le carnage du Capuccino et de l’hôtel Splendid. Une trentaine de morts et un pays marqué à jamais par cette épreuve, prévisible pourtant et tant redoutée. Prévisible parce que la chute du régime Compaoré a mis à la rue un certain nombre de responsables de groupes armés du Nord-Mali manipulables à souhait.
La menace terroriste s’est donc renforcée dès lors que l’ancien régime avait des velléités de retour en force: le putsch manqué et l’épouvantail de la menace terroriste en cas de dissolution du RSP en sont une illustration. Mais, de là à parler de connivence, il y a un pas à ne pas franchir rapidement. L’ancien régime avait trouvé un moyen de contrôler les groupes armés en jouant au médiateur pour libérer les otages, tout en servant de base-arrière aux forces internationales pour traquer les jihadistes du Nord-Mali. Une position ambiguë, voire suspecte, mais qui avait l’avantage d’épargner le pays.
Il faut croire que la chute de Blaise Compaoré à lâcher la bride à ceux qui attendaient de faire payer au Faso la présence des forces étrangères anti-jihadistes sur son sol.
Le nouveau gouvernement est pris au dépourvu et doit apprendre à gérer très rapidement une crise dont il n’est pas responsable. Mais, au nom de la continuité de l’Etat, il reçoit en pleine figure le boomerang du régime Compaoré.
Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 142

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.