Dans l’amphithéâtre IRAN de l’Université d’Abomey-Calavi, 100 ordinateurs sur les 200 offerts par l’UEMOA servent à la formation des étudiants, des enseignants et du personnel. (DR)

L’UEMOA dans le quotidien des populations : A bas les discours !

• Sur les traces des réalisations concrètes

• Le défi énergétique en marche

Exit le traditionnel atelier organisé au profit des hommes de médias conviés à la couverture médiatique des sommets de l’UEMOA. Cette année, les organisateurs ont substitué à cette tradition une visite des réalisations de la commission dans le pays hôte du 19e sommet des chefs d’Etat.

Les secteurs concernés par la visite guidée de la trentaine de journalistes: la lutte contre l’érosion côtière, la promotion de l’énergie solaire et le renforcement des capacités à travers une halte à l’Université d’Abomey-Calavi.
Cette université compte près de 82.000 étudiants sur les 105.000 que comptent les 8 universités du pays. Là-bas, dans l’amphithéâtre Iran, trône une centaine d’ordinateurs sur les deux cents offerts par l’UEMOA dans le cadre du développement des TIC. Cette salle de cours entièrement équipée et dotée d’une autonomie en énergie solaire en cas de panne d’électricité est au cœur du dispositif de promotion des TIC sur l’espace universitaire à travers l’Université virtuelle africaine (UVA).
Cet appui aux universités de l’Union entre dans le cadre de la politique de soutien à l’enseignement supérieur à travers le Projet d’appui au développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour le renforcement des universités dans la mise en œuvre du système LMD dans l’espace UEMOA (PADTICE ). Il est mis en œuvre en liaison avec le Bureau régional de l’UNESCO à Dakar depuis 2013. L’Université d’ Abomey-Calavi a réceptionné ces équipements le 28 avril 2015.
Les ordinateurs sont directement liés à des serveurs d’application par fibres optiques, à des plateformes d’impression, de numérisation et d’édition.
Le responsable du programme, Eugène C/ Ezin, a expliqué que ces équipements mis à disposition par la Commission de l’UEMOA et installés dans l’amphithéâtre Iran servent principalement à la formation des jeunes, des étudiants, du personnel de l’administration et des enseignants. Ces derniers ont été formés.
Sur le campus, le programme de formation prévoit un effectif de 2.000 étudiants par vague de 100. M. Ezin précise que ces sessions ont commencé depuis octobre 2015 et n’eût été les problèmes liés à la ressource électrique, ils auraient été plus nombreux. Un équipement solaire a été installé pour remédier aux coupures d’électricité.
Le représentant résident de l’UEMOA au Bénin, Yaovi Honkhundé, s’est dit impressionné par la bonne tenue de la salle et des équipements ainsi que du plan de travail et de formation mis en œuvre par l’université. Ces équipements informatiques ne sont pas les seules traces de l’UEMAO sur ce campus universitaire. Le recteur de l’université, Pr Brice Sinsin, a rappelé aux visiteurs du jour que la Commission a également construit un amphithéâtre de 1.200 places en R+2. Un modèle qui sert depuis pour les autres ouvrages à construire sur le campus.
Autre secteur dans lequel l’UEMOA apporte un appui aux Etats membres : le secteur de l’énergie. L’énergie est rare et chère dans la sous-région aussi bien pour les entreprises que pour les ménages.
C’est le premier facteur de production et, de ce fait, elle pénalise l’activité industrielle. L’UEMOA dans sa politique énergétique voudrait la rendre disponible et pas chère, d’où l’Initiative régionale pour l’énergie durable (IRED) avec des résultats concrets à l’horizon 2030. La commission a mis en place l’IERD. Le Bénin, le Togo et le Sénégal sont les pays pilotes pour ce projet, pour un montant de 18 milliards de FCFA. Au Bénin, c’est l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables (ANADER) qui abrite le projet et met en œuvre les 5 composantes. Cotonou et 16 autres localités ont bénéficié de lampadaires solaires. Dans le Nord du pays, 8 localités rurales ont reçu en tout 164 kits solaires. Le Bénin a également reçu l’appui pour la réalisation de 6 mini- centrales solaires ainsi que la mise en place de systèmes solaires photovoltaïques de pompage, sans oublier l’installation de 1.303 lampes à basse consommation dans le but de réduire la consommation de l’énergie électrique sur le réseau national.

L’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables du Bénin est la structure de l’Etat placée sous la tutelle du ministère en charge de l’Economie qui met en œuvre la politique nationale et régionale de promotion de l’énergie sur le terrain. (DR)

L’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables du Bénin est la structure de l’Etat placée sous la tutelle du ministère en charge de l’Economie qui met en œuvre la politique nationale et régionale de promotion de l’énergie sur le terrain. (DR)

Avec le staff de l’ANADER, les échanges ont porté sur la pérennisation de ces réalisations. Le coordonnateur de l’agence, Vivien S. Agbakou, a précisé que des dispositions sont en cours pour transmettre la gestion des infrastructures à des opérateurs privés. Le gouvernement béninois, à côté de ce projet, a mis en place le PROVES (Projet de valorisation de l’énergie solaire) avec un budget de 50 milliards, sur la base des résultats prometteurs du PRODERE de l’UEMOA. Son objectif est d’illuminer 77 communes avec plus de 15.000 lampadaires solaires et la construction de 105 mini-centrales solaires pour un réseau de 310 kilomètres.

FW


Le PRODERE en bref

Le coût total du Programme régional de développement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique (PRODERE) est de 2,250 milliards de FCFA. Ses objectifs principaux sont :
-Promouvoir l’accès des populations aux services énergétiques modernes pour leurs besoins de base par l’installation de mini-centrales, des kits et des lampadaires solaires photovoltaïques autonomes
– Réduire la facture énergétique des collectivités bénéficiaires par l’introduction des lampadaires solaires dans l’éclairage
– Promouvoir les activités génératrices de revenus
– Réduire certaines corvées physiques (puisage manuel de l’eau) par l’introduction de pompes
– Lutter contre l’exode rural par l’installation d’unités photovoltaïques donnant accès à des conditions de vie améliorées.

Commentaires
Numéro d'édition: 140

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.