Secteur minier : Une contribution de 205 milliards de FCFA en 2013

• Hausse de la production et des recettes

• La baisse du cours de l’or impacte les recettes d’exportation

• 2,648 milliards de FCFA de dépenses sociales et volontaires

En 2013, la production d’or a enregistré une hausse de 9,4% par rapport à 2012. Elle se chiffrait à 32,99 tonnes en 2013, contre 30,17 tonnes en 2012. Cette augmentation s’expliquerait par l’entrée en production de la mine d’or Bissa Gold en 2013. L’exploitation industrielle de l’or représentait 98,6% de la production contre 1,4% pour l’exploitation artisanale à la même date.

Tablo mineLe plus gros producteur d’or est Essakane avec une production évaluée à 8,421 tonnes, suivie de Bissa Gold (7,908 tonnes), Semafo (5,018 tonnes), Inata/SBM (3,588 tonnes), SOMITA/Taparko (3,350 tonnes), BMC/Youga (2,793 tonnes) et Kalsaka (1,438 tonnes).
Le rapport de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) au Burkina Faso (décembre 2015) qui donne ces informations a établi une conciliation des paiements des sociétés minières à l’Etat et des recettes minières perçues par l’Etat desdites sociétés pour l’exercice 2013.
Malheureusement, les rédacteurs du rapport se sont gardés de se prononcer sur la crédibilité des données reçues, dans la mesure où les données transmises par certaines sociétés minières n’ont pas été certifiées par un auditeur externe, tout comme certaines données émanant de l’Etat n’ont pas été certifiées par le Receveur général.
Malgré tout, le rapport relève que la hausse de la production d’or en 2013 a eu un impact sur les revenus générés par le secteur qui passent de 186,844 milliards de F CFA en 2012 à 205,659 milliards de F CFA en 2013. Cette contribution représentant 16,8% des revenus de l’Etat. Ce montant inclut les paiements encaissés directement par l’Etat pour un montant de 203,011 milliards de F CFA et les paiements sociaux pour un montant de 2,648 milliards de F CFA.
La progression des revenus miniers en 2013 est due essentiellement à l’augmentation des droits de douanes et taxes assimilées de 44,21% par rapport à 2012, pour se chiffrer à 59,420 milliards de F CFA. Les autres impôts payés sont l’impôt sur les sociétés qui arrive en deuxième position (55,423 milliards de F CFA), suivi des royalties (33,153 milliards de F CFA), l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) avec 16,827 milliards de F CFA, la TVA (11,751 milliards de F CFA) et les autres paiements 26,436 milliards de F CFA.
Malheureusement, malgré cette hausse de la production, les recettes d’exportations ont connu une baisse considérable passant de 805,741 milliards de F CFA en 2012 à 732,522 milliards de F CFA en 2013, sur des exportations totales évaluées à 1.162,25 milliards de F CFA. La Suisse serait le principal pays d’exportation de l’or du Burkina Faso.
Cette variation négative est principalement expliquée par la baisse du cours moyen annuel de l’or de 15% entre 2012 et 2013.
Sur l’ensemble des 205,659 milliards de F CFA de recettes issues du secteur, la part de revenus allouée au budget de l’Etat et qui représente 98,7% du total des revenus provient essentiellement de l’exploitation industrielle d’or (94%), contre 2% pour l’exploitation du zinc. L’or produit industriellement a rapporté 192,570 milliards de F CFA contre 0,119 milliard de F CFA pour l’or produit artisanalement.
Les entreprises retenues dans le périmètre de conciliation sont celles détenant un permis actif et dont le total des paiements à l’Etat pour l’année 2013 dépasse le seuil de 100 millions de F CFA.
Le rapport constate une augmentation des recettes provenant des taxes superficiaires rétrocédées aux communes et aux régions en 2013 à 815.885.383 F CFA contre 494.031.000 de F CFA en 2012.
En 2013, le secteur a contribué à hauteur de 0,16% aux emplois, avec un effectif total de 6.889 employés dont 6.468 nationaux et 421 non nationaux.
Le plus gros employeur a pour nom Essakane avec 2.379 employés dont 2.262 nationaux. Viennent ensuite Bissa Gold (903 employés), SEMAFO (848 employés), SOMITA (815 employés), SMB (778 employés), BMC (366 employés), etc. Enfin, les carrières ont rapporté 157 millions de FCFA, soit 0,05% des revenus du secteur.

Elie Kaboré


2,648 milliards de F CFA de dépenses sociales et volontaires

Le rapport fait aussi le point des dépenses sociales et des dépenses volontaires effectuées en 2013 par les sociétés minières. Elles sont évaluées à 2.648.268.214 F CFA après ajustement. Avec un montant de 1.684.058.214 F CFA, les dépenses volontaires sont les plus importantes. Cette somme a été essentiellement payée par Essakane (1,058 milliards de FCFA), Natou Mining (196,045 millions de F CFA), SEMAFO (139,456 millions de F CFA), Pan african minerals (113,706 millions de F CFA). Les dépenses sociales obligatoires d’un montant de 964.2010.000 F CFA ont été versées par SEMAFO au titre de l’enregistrement de contrat de bail hors champs.


 

Les exportations de zinc ont rapporté 219 millions de FCFA

L’année 2013 a vu l’entrée en production de la mine de zinc de Perkoa. La production de zinc déclarée par le ministère des Mines s’élève à 44.742 tonnes en 2013.
Sur 1.162,25 milliards de FCFA de valeur totale des exportations du Burkina Faso, les exportations de zinc sont évaluées à 219 millions de FCFA représentant 0,02% des exportations totales. Après conciliation des données reçues aussi bien par la société que par l’Etat, les rédacteurs du rapport ITIE 2013 ont relevé un écart de 7.909 tonnes sur les volumes du zinc exportés et 28 millions de FCFA sur la valeur des exportations de zinc. La production burkinabè de zinc a pris la destination de la Côte d’Ivoire (99,99%) et de l’Afrique du Sud (0,01%).

Commentaires
Numéro d'édition: 138

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.