L’échangeur du nord est un projet ambitieux qui coûtera 70 milliards de FCFA. Il sera financé grâce à un partenariat public/privé

L’échangeur du nord: les voies de délestage sont prêtes

• 10 km de routes aménagées

• Entre les quartiers Tampouy, Nonsin et Hamdalaye

• Début de la construction de l’infrastructure

Les voies de délestage de l’échangeur du nord sont prêtes. Elles ont pour but de contourner la zone de construction de l’échangeur du nord. Réalisées en matériaux définitifs, ces voies d’une longueur de 10 km ont été réalisées dans les quartiers Tampouy, Nonsin et Hamdalaye.

E1

La construction de ces routes a été répartie en deux lots. Le premier, d’un itinéraire de 5,759 km, a été attribué au groupement d’entreprises EKS/EGB-TP pour un montant de plus de 6,57 milliards de F CFA. Le second lot long de 4,141 km a coûté 4,23 milliards et a été réalisé par l’entreprise CGE. Toutes ces voies sont dotées d’un éclairage public, d’un système d’assainissement et de signalisation routière. Le but premier de ces voies est de permettre la fluidité de la circulation pendant les travaux de l’échangeur du nord. Cependant, son utilité ira au-delà.

Ces voies permettront également le désenclavement de la zone, la réduction des coûts d’exploitation des véhicules, l’amélioration du cadre de vie des populations, le renforcement des activités productives et commerciales de la ville de Ouagadougou. Elles permettront également de décongestionner la circulation sur les axes routiers concernés, dont la sortie nord (RN2) de la ville de Ouagadougou, plus précisément au niveau du pont de Baskuy, et d’autre part une bonne structuration du réseau de voiries urbaines de la ville de Ouagadougou, mais aussi d’améliorer la circulation par l’aménagement partiel du Boulevard circulaire et de la voie principale d’accès au nouvel aéroport international de Ouagadougou à Donsin; d’obtenir un gain de temps considérable pour les usagers; d’accroitre la sécurité routière; de contribuer à améliorer le bien-être et la productivité des habitants de la capitale; de désenclaver les arrondissements 2, 3 et 4.
La fin des travaux des voies de délestage annonce le début de ceux de l’échangeur du nord. En effet, lors du lancement des travaux de la Route nationale 4, le ministre des Infrastructures, du désenclavement et des transports, Daouda Traoré, annonçait pour bientôt le lancement des travaux de la construction de l’échangeur du nord. Pour un coût de réalisation estimé à 70 milliards, l’échangeur du nord comportera 10 ponts (sur chaussées ou rails) de 40 à 75 mètres formant deux passages supérieurs sur la voie ferrée Ouaga-Kaya et trois échangeurs, dont un carrefour central à quatre (4) nœuds à anse; un carrefour à l’intersection avec la RN22 en échangeur de type «trompette» et un carrefour nord. Il comportera également, 4 ponts cadres de 42 mètres sur le canal reliant les deux barrages; 22 km de voies revêtues en béton bitumineux; 12,5 km de voies piétonnes en pavés et bien d’autres.
Son aménagement, longtemps attendu par les populations, est qualifié par les techniciens comme étant l’un des projets les plus ambitieux d’infrastructure routière. Il est également le premier projet dont le financement émane d’un partenariat public/privé. Dans le cadre du projet, 300 millions seront investis pour la réhabilitation et la rénovation de 4 centres de santé dont le CMA Paul VI, de 26 écoles primaires et de 5 collèges et lycées environnants. L’aménagement de cet échangeur permettra entre autres d’assurer la fluidité du trafic sur la sortie nord de la ville, le long de la RN2; d’intégrer la RN22 en facilitant son accessibilité; de maintenir le fonctionnement du barrage N°1 à son état actuel; de prolonger le Boulevard circulaire à travers le quartier Tanghin et en direction du site du nouvel aéroport international de Ouagadougou à Donsin; de passer d’une voie à l’autre parmi celles qui sont sécantes entre elles. Lee lancement des travaux de l’échangeur du Nord qui a eu lieu le 4 décembre dernier, était vivement attendu par les populations. L’infrastructure constribuera à ameliorer le trafic routier de cette zone.
Germaine BIRBA


 

Les aménagements prévus

10 ponts (sur chaussées ou rails) de 40 à 75 mètres formant deux passages supérieurs sur la voie ferrée Ouaga-Kaya et trois échangeurs dont :
• un carrefour central à quatre (4) nœuds à anse;
• un carrefour à l’intersection avec la RN22 en échangeur de type «trompette»;
• un carrefour nord,
• 4 ponts cadres de 42 mètres sur le canal reliant les deux barrages;
• 22 km de voies revêtues en béton bitumineux;
• 12,5 km de voies piétonnes en pavés;
• 5 passerelles de traversée de 30 à 45 mètres pour les piétons;
• 877 mètres de dalots;
• 10,5 km de caniveaux de diverses sections;
• 115 mètres de déversoir de type bec-de-canard;
• 600 mètres de chenal d’évacuation de 42 mètres de large;
• 625 mètres de digues pour le barrage n°1;
• 635 mètres de digues de protection pour le barrage n°2;
• des talus de remblai traités par des blocs végétalisés de type «Atalus».

Commentaires
Numéro d'édition: 135

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.