Les chaises disposées face au podium et aux trois écrans géants à l’intérieur des barrières se sont vite révélées insuffisantes. Par petits groupes, hommes, femmes, enfants, acquis à la cause du parti et de son champion, devisent et commentent les élections. (DR)

Au QG du MPP : La proclamation des résultats en une heure chrono

Dans la nuit du lundi 30 novembre au mardi 1er décembre 2015, l’ambiance était toute particulière au siège national du Mouvement du peuple et pour le progrès (MPP) où le nouveau président du Faso élu a donné son premier discours après la proclamation des résultats. Retour en une heure chrono sur cette soirée dans l’arrondissement 3 de Ouagadougou, qui a vu la désignation du 3e président civil du Burkina indépendant.

23h 30mn: Le Maître de cérémonie (MC) demande à tout le monde de prendre place et d’être attentif car, d’un moment à l’autre, le président va sortir pour remercier les militants. De l’affluence, il y en avait devant le bâtiment à 4 niveaux décoré aux couleurs orange, blanc et vert depuis la veille, pour la Nuit électorale. La gendarmerie nationale et des volontaires du parti assurent la sécurité. Mais ils ont du mal à contenir ceux qui tenaient à être témoins de l’événement. Pouvait-il en être autrement ? La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a prévu de départager les 14 candidats à l’élection présidentielle sous le coup de 23h50, et les tendances donnent celui du MPP vainqueur au premier tour. Les chaises disposées face au podium et aux trois écrans géants à l’intérieur des barrières se sont vite révélées insuffisantes. Par petits groupes, hommes, femmes, enfants, acquis à la cause du parti et de son champion, devisent et commentent les élections.
En attendant l’heure fatidique, certains s’inquiètent du couvre-feu: «Est-ce que quelqu’un viendrait nous chasser à cause d’un couvre-feu alors que le président est là?», lance un jeune homme, téléphone collé à l’oreille, à son interlocuteur qui l’a interpellé sur l’obligation de ne pas rester dehors au-delà de 1h du matin. Entre deux commentaires, on prend les dernières infos avec les radios de la place: Zéphirin Diabré, le challenger de Roch Marc Christian Kaboré, a reconnu sa défaite et viendra le féliciter. Certains crient alors à rompre leurs cordes vocales, d’autres demandent à la CENI de sursoir à sa proclamation.

23h 44mn: Sana Bob, l’artiste du peuple, est annoncé sur la scène. C’est l’hystérie. Son titre «Mon pays» est chanté en chœur par le public, les bras en l’air. Et lorsque l’artiste reprend le refrain «mon pays, il faut que ça change», la foule rétorque: «Mon pays a changé».

23h 50mn: Les organisateurs captent la RTB/Télé sur les trois écrans géants. L’équipe de journalistes qui se trouvent à Ouaga 2000, où la CENI a installé son quartier général pour la circonstance, annonce que la proclamation des résultats provisoires se fera ultérieurement car le décompte n’est pas encore fini. Elle confirme néanmoins les tendances qui donnent Rock en tête.

23h 59mn : L’envoyé spécial de la RTB au siège de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) confirme que Zéphirin est en route pour reconnaitre et féliciter Roch Marc Christian Kaboré pour sa victoire. La foule exulte de joie et scande alors le nom de Zeph.

00h 03mn: L’équipe de la RTB à Ouaga 2000 demande l’antenne. La plénière de la CENI est terminée et les commissaires sortent pour donner les résultats.

00h 09mn: Me Barthelemy Kéré prend la parole. Il campe le décor par un bref aperçu de l’organisation des élections et la collecte des résultats. Il proclame ensuite les résultats provisoires en suivant l’ordre des candidats sur le bulletin de vote. Chaque nom, le nombre de voix et le taux sont suivis d’acclamations. En la matière, Zéphirin Diabré connait une acclamation particulière. Avant même que le président de la CENI ne prononce le nom de Rock, il était devenu difficile d’entendre le son des hauts parleurs, pourtant poussé à fond. Les applaudissements, les vuvuzelas; les youyous, les klaxons des motos et des voitures règnent en maitre. Puis silence! L’hymne du MPP est chanté en chœur.
00h 18mn: Le nouveau président du Faso monte sur le podium, accompagné de son épouse et de ses plus proches collaborateurs. Sa première allocution: «Mes premiers sentiments sont des sentiments de reconnaissance pour l’honneur qui m’est fait…». Roch Marc Christian Kaboré, dans son discours, a remercié les militants qui lui ont fait confiance, félicité les autres candidats à l’élection présidentielle pour leur amour pour la patrie et adressé une mention spéciale aux autorités de la transition, aux autorités coutumières et religieuses, aux partenaires techniques et financiers et au corps diplomatique accrédité au Burkina Faso. Il a appelé les Burkinabè à conjuguer leurs efforts pour panser les plaies et réussir, dans la vérité et la justice, la réconciliation nationale et consolider la cohésion sociale entre tous les Burkinabè.
Il reprend son discours en langue nationale mooré et termine son intervention en demandant à ses partisans de rentrer en paix et dans la discipline.

00h 30mn: Dans un concert de klaxons, de vuvuzelas, l’avenue se vide d’un trait. Chacun regagne son domicile non seulement avec un ouf de soulagement, mais surtout en se disant qu’un jour nouveau s’est levé sur le Burkina Faso. Les irréductibles montent sur le podium et à l’aide de leurs téléphones portables, immortalisent des instants historiques à la place où le 3e président civil du Burkina indépendant a tenu son premier discours.

MS


 

Législatives : Les regards sur l’UPC et le CDP

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a donné les résultats provisoires du scrutin législatif du 29 novembre dernier. Les électeurs n’ont pas donné au président élu la majorité nécessaire pour gouverner. Même si le MPP arrive largement en tête avec 55 députés, il aura besoin de s’allier à d’autres petits partis pour se construire cette majorité indispensable à son action politique.
Du côté de l’état-major, cela ne semble pas être un problème outre mesure, puisque le parti a besoin de seulement 8 alliés pour disposer de la majorité absolue. Il se peut donc que les craintes des uns et des autres de voir se mettre en place une cohabitation soient levées très rapidement avec l’alliance de gouvernement préconisée par Salif Diallo, directeur national de la campagne du MPP.
Les marchandages ont déjà commencé. N’empêche que la partie ne sera pas aisée. Les électeurs, s’ils ont plébiscité le candidat de ce parti comme président du Faso, ne lui ont pas donné un blanc-seing à l’Assemblée.
Autour de l’UPC (33 députés) et du CDP (18 députés) peut se constituer un bloc de l’opposition. La configuration de la nouvelle Assemblée est inédite avec 14 paris représentés, et avec pour la première fois le CDP dans l’opposition.

La répartition des sièges: 

MPP : 55
UPC : 33
CDP : 18
UNIR/PS : 5
NTD: 3
MDA: 1
ADF/RDA : 3
Le Faso Autrement : 1
NAFA : 2
ODT : 1
PAREN : 2
PDS METBA: 1
RDS : 1
UBN : 1

 

Commentaires
Numéro d'édition: 135

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.