Aristide Bancé semble dire : «On y va pour la bataille». (DR)

Etalons : Ça passe ou ça casse !

• La victoire à tout prix

• Le coach optimiste

• Appel aux supporters

C’est demain, 17 novembre, que les Etalons sauront s’ils doivent poursuivre leur aventure en éliminatoires de la prochaine coupe du monde que la Russie doit abriter en 2018. En match aller du 2e tour des préliminaires joué le 12 novembre dernier à Cotonou, les protégés de Gernot Rohr ont plié l’échine devant les Ecureuils par deux buts à 1 (le but burkinabè a été inscrit à la 51e mn par Préjuce Nacoulma). Mardi soir, sur le coup de 18h00, dans la cuvettes du Stade du 4-Août de Ouagadougou, il n’y aura plus de calcul possible. C’est la victoire ou rien. Surtout une victoire sans but encaissé, à moins que ce ne soit une très large victoire. Les erreurs du match aller doivent être vite corrigées. On a du remords quand on remet le film de cette action de Bertrand Traoré, dès la 19e mn, qui seul face au portier Farhollé Fabien du Bénin, n’a pu loger la balle dans les filets. Trop d’occasions gâchées ! Et voilà que l’unique action de but que le Bénin s’est offert dans les arrêts de jeu en première période de jeu s’est soldée par un but sur pénalty, même si l’entraineur des Etalons est très remonté contre cette décision de l’arbitre marocain : «On se demandait parfois si l’arbitre pouvait être impartial ou pas, ce penalty tombé du ciel. C’était vraiment un arbitrage à domicile», se lamente-t-il. Il est vrai que cet arbitre marocain n’a pas toujours eu des décisions impartiales lors de cette rencontre, surtout en fermant les yeux sur des penaltys qu’il aurait dû accorder également au Burkina à la 43e mn (Bertrand) et à la 45e mn (Pitroipa) et surtout ce deuxième but égalisateur de la tête de Préjuce Nacoulma à la 71e mn. Les Etalons pouvaient plier le match dès la première partie de jeu, mais l’adresse et la rigueur dans l’action ont fait défaut. Mené au score, l’entraineur Rohr est resté passif sur le renfort de son équipe. Mis à part la sortie du capitaine Charles Kaboré (victime d’un choc qu’il a eu dans un de ces duels et a demandé à sortir pour Adama Guira), il n’y a eu aucun autre remplacement. Des joueurs piaffaient d’impatience sur le banc de touche pour apporter du sang neuf à cette formation. Bref, demain, devant le trio arbitral algérien, la bonne formule doit être trouvée. Ou ça passe ou ça casse ! C’est le vainqueur de cette double confrontation qui sera autorisé à poursuivre les éliminatoires. Avec cet avantage, le Bénin viendra à Ouagadougou rassuré et plus déterminé à conserver son acquis. C’est aux Etalons de les contrarier. Et pour cela, le réalisme des attaquants doit se conjuguer avec la rigueur en défense et la sérénité en milieu de terrain. Gernot Rohr et son groupe n’ont ni le choix, ni d’autre solution que de gagner. C’est un résultat important psychologiquement dans la campagne de qualification pour la CAN qui reste l’objectif premier du Burkina.

Alexandre Le Grand ROUAMBA


 

Gernot Rohr optimiste

«Nous avons assisté à un très bon match de football. Surtout de la part du Burkina Faso. Les Etalons ont maîtrisé le jeu et se sont créé des occasions. Ils ont manqué un peu de réussite et n’ont pas eu les pénaltys qui s’imposaient. Les autres ont eu le cadeau de l’arbitre qui leur a offert un généreux penalty qui a permis au Bénin d’inscrire, sur sa seule action, son premier but. C’était vraiment un arbitrage à domicile.
On se demandait parfois si l’arbitre pouvait être impartial ou pas. Nous avons égalisé en deuxième période de façon méritée. Mon équipe ne s’est pas laissée perturber par ce penalty tombé du ciel. Et nous avons inscrit un but à l’extérieur qui peut peser lourd. Il nous faudra être plus efficaces à domicile.
Au match retour, non seulement nous devrons être plus efficaces, mais beaucoup plus rigoureux pour ne pas permettre à l’adversaire d’inscrire un but. On a moins dominé en deuxième période de jeu. Les Ecureuils m’ont plu. C’est une équipe qui a de fortes individualités qui jouent tous dans leurs clubs contrairement aux Etalons dont certains traversent malheureusement une période difficile. On sait que ça va être difficile au retour. Les Burkinabè ont vu le match et ont dû apprécier comment leur équipe a bien joué et s’est bien battue. Ils ont vu comment les Etalons se sont laissés avoir par un arbitre pas toujours impartial, donc je pense qu’au match retour, tous les supporters seront au stade pour nous porter vers la victoire».

Commentaires
Numéro d'édition: 132

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.