Editorial

En piste

Depuis le 8 novembre, le pays est en campagne. La transition vit ses derniers mois, après deux prises en otage du gouvernement et une tentative de putsch par le RSP. Elle s’achemine vers son objectif principal: organiser les élections législatives et présidentielle pour un retour à la normalité constitutionnelle. La politique politicienne va reprendre ses droits, même si on espère que les bons sillons tracés par l’équipe de Kafando ne vont pas faire long feu : le sens du bien public, la lutte contre la corruption, une justice plus indépendante… La transition se prépare également à transmettre un pays usé économiquement par 10 longs mois d’attentisme des investisseurs et de tentatives de recoller les morceaux d’un tissu social laminé par des revendications difficiles à satisfaire dans l’intervalle. Le ministère de l’Economie a certes tenté d’assainir les finances publiques avec le coup de main des députés dont l’enquête parlementaire a montré l’étendue des dysfonctionnements de l’administration fiscale.
Les populations attendent des signaux forts en matière de développement et de lutte contre la pauvreté. Le président Kafando l’a expressément reconnu devant le CNT. C’est moins la volonté que le temps qui n’a pas permis à la transition d’engager des réformes économiques en vue de «transformer les pratiques et les mœurs dans le domaine du développement».
Qui des 14 candidats qui partent à la conquête du suffrage universel aura la responsabilité de ce lourd héritage?
Avec 25 millions de trousseau de campagne, les prétendants vont vendre le rêve d’un Burkina différent des 27 années de «Compaorose». C’est sur cet héritage que le Faso va tenter de repartir du bon pied, en se dotant d’un nouvel exécutif dont tout le monde reconnait que la tâche sera ardue. Il n’y aura pas d’état de grâce pour le nouveau locataire de Kosyam, c’est pour cela que les propositions de programme devraient être réalistes et mesurables. Car le peuple est désormais vacciné et ses vigies seront là pour rappeler les promesses non tenues.
Abdoulaye TAO

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page