Burkina-Bénin Regagner la confiance du public

• On n’est pas favori

• Assurer un bon résultat

• Revoilà Banou !

Ce 12 novembre, les regards du public sportif burkinabè seront tournés vers Cotonou, la capitale béninoise. C’est là-bas que les protégés de Gernot Rohr, les Etalons fanion, livreront leur premier match entrant dans le cadre des éliminatoires de la coupe du monde 2018. Déjà et ce depuis le 4 novembre dernier, on enregistre une défection au niveau des 26 joueurs convoqués: Abdul Razack Traoré est forfait pour des raisons familiales. Le coach, Gernot Rohr, joint à ce propos n’a pas souhaité rentrer dans les détails, mais il nous revient qu’il est heureux père et comme l’accouchement a été fait par césarienne, sa femme a besoin de son assistance. Les Etalons seront en regroupement à Ouagadougou ce mardi 10 novembre au soir et rallieront Cotonou mercredi pour la confrontation de jeudi 12 novembre sur le coup de 16h à Cotonou. Un seul entrainement au menu, à cause de certains joueurs qui doivent livrer des matches et qui ne peuvent rallier Ouagadougou que le 10 novembre au soir, notamment ceux en provenance de la Russie et de la Turquie.

Comment Gernot Rohr envisage-t-il d’aborder ce match ?
«On abordera ce match avec détermination et sérénité. Détermination parce qu’on a vraiment envie de faire quelque chose. Tous les joueurs ont envie de prouver qu’ils ne sont pas finis. Il y a une coupe du monde qui leur a échappé de très peu la dernière fois, et là c’est une autre grosse motivation qui se présente à eux. Sérénité parce que cette équipe que nous avons appris à connaître saura, au moment voulu, se mettre au haut niveau. Les garçons sont capables; ils n’ont pas perdu de leurs qualités, même s’ils ne jouent pas beaucoup dans leurs clubs», conclut-il.
Pourquoi faire appel à des joueurs qui ne sont pas compétitifs ? Gernot Rohr, sans détour, avoue: «Ceux qui sont convoqués sont les meilleurs selon moi. C’est vrai que nous avons une équipe où il y a des joueurs qui ne jouent pas beaucoup dans leurs clubs, pas en équipe 1 en tout cas.
J’ai suivi la Ligue 1 le week-end dernier, mais personne de nos Etalons n’a joué, ni à Lyon, ni à Lorient, ni à Toulouse. Bertrand Traoré ne joue pas non plus à Chelsea. Egalement, il n’y a eu aucun des nôtres qui a joué en ligue 2 à l’image de Aziz Kaboré qui n’a pas été aligné avec Valenciennes. En Nationale, c’est la même situation. Il faut donc aller en CFA pour voir des Burkinabè évoluer sur le terrain. Donc, on doit faire avec. On n’a pas mieux», regrette Rohr.
Face à cette réalité, quelle stratégie face aux Ecureuils qui regorgent de joueurs qui jouent régulièrement à Caen (1 joueur), à Lyon (4 Ecureuils), en Angleterre (deux joueurs). Toute chose qui amène le coach des Etalons à tirer cette conclusion : «Sur le papier cette fois-ci, nous ne sommes pas favoris parce que les Ecureuils ont des joueurs compétitifs». Le public burkinabè, note Gernot Rohr, «doit savoir que ce n’est plus comme avant où on faisait l’équipe avec des joueurs qui ont de la compétition».
Avec ce déficit, les appelés seront –ils utilisés avec efficience, à leurs postes? Le technicien des Etalons rassure : «On va essayer d’avoir une équipe où chacun jouera à son poste, sans oublier qu’il y a des joueurs polyvalents. On mettra les joueurs aux postes où ils peuvent apporter le plus à leur équipe».
Sur la liste des Etalons convoqués figure Banou Diawara dont la dernière convocation remonte à mars 2014 au Maroc. Il est de retour après avoir été réclamé par le public sportif. Sur cette convocation, Gernot a son explication: «Je l’avais convoqué au Maroc où ça n’a pas été bon parce qu’il a connu une baisse de rendement. Il a ensuite eu un début de saison délicat en Algérie. Depuis qu’il va mieux sur le terrain, il a maintenant mérité sa convocation et il mérite simplement d’être dans le groupe».
Il reviendra donc à Banou Diawara de confirmer que les uns et les autres ont eu raison de le réclamer. Toute l’équipe est consciente que le déplacement de Cotonou est beaucoup attendu, surtout après les contre-performances de Troyes en France où le Mali a triomphé des Etalons sur le score de 4 buts à un en octobre dernier à l’occasion de la journée FIFA. Il ne devrait pas y avoir un autre résultat que celui qui conforterait les Etalons pour le match retour qui se jouera le 17 novembre au stade du 4-Août de Ouagadougou.
Alexandre Le Grand ROUAMBA


Les 25 Etalons après le forfait de Razack

Gardiens: Abdoulaye Soulama (Heart of Oak), Daouda Diakité (Free Star), Mohamed Bailou (RCB)
Défenseurs: Mohamed Koffi (Zamalek/Egypte), Pierre Daila (Stade Malien/Mali), Issouf Dayo (Berkane/Maroc), Bakary Koné (Lyon/France), Steeve Yago (Toulouse/France), Alassane Sango (SC Cholet/France) , Paul Koulibaly (Horoya/Guinnéé) , Narcisse Bambara
Milieux: Charles Kaboré (Krasnodar/Russie), Djakaridja Koné (Sivasspor/Turquie), Adama Guira (Sonderjyke/Danemark), Aziz Kaboré (Valenciennes/France), Alain Traoré (Lorient/France), Bertrand Traoré (Chelsea/ANG), Prejuce Nakoulma (Mersin Idmanyurdu/Turquie), Jonathan Pitroipa (Al Nasr/Emirats), Ali Rabo (Al Mokawloon /Egypte),
Attaquants: Aristide Bancé (Chippa United/AFS), Issiaka Ouédraogo (Wolfsberger AC/Autriche), Hamed Touré (Nejmeh SC /Liban), Bakary Koné (Dibba Al Fujairah /Emirats), Banou Diawara (JSK /Algérie).

Commentaires
Numéro d'édition: 131

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.