Centre à vocation industrielle de Bobo : Un statut, en attendant l’opérationnalisation

• Conçu pour soutenir l’industrie locale

• Un projet financé par Taïwan

Un nouveau pas vers l’opérationnalisation du Centre de formation professionnelle industrielle de Bobo-Dioulasso (CFPI-B) actuellement en cours de réalisation. En sa séance extraordinaire du 22 octobre dernier, le Conseil des ministres a adopté des décrets portant respectivement création et érection dudit centre en établissement publics de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique. C’est la même chose pour le Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré (CFPR-Z), qui a inspiré le modèle du CFPI-B.En attendant la fin des travaux et le lancement des activités de formation, c’est une décision qui vient fixer le statut et le cadre réglementaire auxquels la mise en œuvre et la gestion du centre devraient être soumises. Financé par la Chine Taïwan dans le cadre du Programme de renforcement de la formation professionnelle (PRFP), le CFPI de Bobo-Dioulasso est envisagé pour soutenir et relancer les industries locales. La cérémonie de lancement officiel des travaux du centre avait eu le 7 octobre 2013 en marge de la 13e rencontre Gouvernement/ Secteur privé dans la ville de Bobo-Dioulasso. Elle avait été présidée par le Premier ministre d’alors, Luc Adolphe Tiao, et l’Ambassadeur Sheng Cheng-Hong de la Chine Taïwan. A l’occasion, il avait été annoncé que l’édifice situé dans la zone industrielle coûtera, hors études et hors équipements, la somme 2, 07 milliards de F CFA.
Le CFPI de Bobo est le 2e du genre après le Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré (CFPR-Z). Toutefois, c’est le premier exclusivement dédié au monde industriel. Le centre se veut un maillon de liaison entre les structures de formation et les entreprises. Il sera chargé de former des profils qui coïncident avec les attentes des industries burkinabè. «Des hommes et des femmes capables de produire des pièces de rechange des installations industrielles, de faire la maintenance, de travailler en étroite collaboration avec les industriels et les opérateurs économiques», a-t-on indiqué lors du lancement des travaux.
L’établissement aura une capacité d’accueil de 240 à 300 apprenants, avec possibilité d’augmentation du nombre des apprenants. Construit sur 10 hectares dans la zone industrielle de Bobo-Dioulasso, le CFPI comprendra entre autres une salle multimédia, des salles de cours climatisées ou non, un laboratoire, des ateliers et des équipements. Les travaux avaient été prévus pour durer un an environ. Du côté du partenaire taïwanais, on annonce que la fin de l’équipement du centre est prévue pour mars 2016.o
KG


Les filières envisagées

La formation dans ce centre sera axée principalement sur la maintenance industrielle. L’objectif visé à travers le CFPI-B est d’offrir une main-d’œuvre compétente et suffisamment qualifiée. Y entreront des bacheliers, des personnes titulaires de diplômes universitaires et des professionnels en mécanique de précision. Les profils qui en sortiront seront spécialisés en «Conception et fabrication de pièces de systèmes mécaniques, en mécanique avancée» et en Génie électrique «Froid et climatisation, énergie solaire, électricité industrielle, électricité bâtiment, mécatronique et informatique et en audiovisuel».
Les filières à mettre en place n’avaient pas encore été déterminées de façon définitive. Ce sont surtout les attentes des entreprises qui devraient influencer cette décision.

Commentaires
Numéro d'édition: 130

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.