Accords de Bali : L’Uemoa sensibilise le secteur privé

• Lever les entraves au commerce

• Doper les échanges inter-régionaux

La commission de l’Uemoa a organisé un atelier sur la mise en œuvre des accords de Bali signés en 2013 dans le cadre du round de négociations de Doha. C’était du 26 au 30 octobre dernier à Ouagadougou. La rencontre a concerné les représentants du secteur privé de l’Union et avait pour objectif de sensibiliser les opérateurs économiques sur la nécessité de mettre en place les procédures et les outils de fonctionnement de l’accord dont l’objectif est de lever les principales entraves au commerce international afin qu’il soit source de croissance et de développement.
L’ambassadeur de l’Union européenne au Burkina a salué la pertinence cette initiative de la commission dans un contexte marqué par la signature des Accords de partenariat économique entre l’UE et ses partenaires: «Cet atelier de sensibilisation sur les accords de Bali signés récemment sur la facilitation des échanges commerciaux est très important. Il vient au même moment que le partenariat économique signé entre l’Union européenne et l’Afrique de l’Ouest et la décision de l’Uemoa et la Cedeao concernant l’harmonisation du tarif extérieur commun des produits qui sortent de la zone Afrique de l’Ouest pour être exportés vers l’UE.
Pour l’UE, le développement du commerce et de l’investissement est essentiel. C’est un facteur de développement. L’aide au développement doit donc faciliter l’action des opérateurs privés qui sont les vrais moteurs du développement», a déclaré Jean Lamy.
C’est ainsi que l’UE soutient la Commission dans la vulgarisation de ces accords auprès des acteurs. La facilitation des échanges touche les procédures douanières, de sécurité des marchandises, de transport, ainsi que les mesures sanitaires et phytosanitaires… La levée des entraves y relatives et la mise œuvre effective des accords doperont le commerce et les échanges et stimuleront le commerce inter-régional estimé entre 10 et 11,5%, escompte-t-on du côté des autorités sous-régionales.
La facilitation des échanges pourrait être également bénéfique pour les recettes publiques des Etats qui pourront faire une meilleure collecte des droits et des taxes d’importation. Au sortir de cet atelier, les attentes de l’Uemoa étaient la libération plus rapide des marchandises; un accroissement des recettes douanières; une plus grande efficacité des contrôles douaniers; une réduction des coûts et des délais pour les opérateurs; une facilité plus accrue accordée aux opérateurs économiques agréés; un secteur privé mieux informé de ses droits et une administration nationale et le secteur privé sensibilisés aux coûts et délais de passage des marchandises aux frontières.
Un des objectifs de l’atelier, au-delà de la sensibilisation, était de faire du secteur privé un acteur majeur dans la mise en œuvre des accords afin de lutter contre la pauvreté. Trois rôles ont été assignés au secteur privé par le ministre en charge de l’Industrie et du commerce, Hippolyte Da, dans son discours. Ce sont la sensibilisation des autorités politiques, être acteurs privilégiés dans les consultations et les dialogues public/privé et enfin veiller et signaler les difficultés rencontrées aux frontières.
GB


Le Paquet de Bali

Il s’agit d’un ensemble de mesures adoptées le 7 décembre 2013 dans le cadre de l’accord général sur le commerce des services, à l’issue de la conférence ministérielle de l’OMC qui s’est tenue à Bali, postérieurement à l’échec du cycle de Doha. Il s’agit du premier accord multilatéral signé depuis la création de l’organisation en 1995.
Les trois piliers de l’accord sont:
– la facilitation des échanges commerciaux : les mesures prises visent à réduire la bureaucratie aux frontières,
– l’aide au développement des pays les moins avancés : il est prévu une exemption accrue des droits de douanes sur les produits provenant des pays les moins avancés,
– l’agriculture: engagement renouvelé à réduire les subventions à l’exportation.
(Source wikipédia)

Commentaires
Numéro d'édition: 130

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.