• Les blindés de Fada voulaient faire «un peu»
Des garnisons avaient décidé de descendre sur Ouagadougou en vue de désarmer le RSP. Ce sont le 10e RIA de Kaya (Artillerie lourde), le 31e RIA de Tenkodogo (Blindés), le 12e RIA de Ouahigouya (Forces anti-terroristes), le RPC de Dédougou (Parachutistes commandos), le 25e RIC de Bobo-Dioulasso (Parachutistes commandos) et le 32e RIA de Fada N’gourma (Blindés). L’engagement était donc de taille du côté des loyalistes. Mais voilà que l’accord intervenu mettait fin à tout affrontement. Il nous est cependant revenu que l’élite venue de Fada N’Gourma ne voulait pas repartir sans faire quelque chose. «On est venu pourquoi ?», aurait-on demandé dans les rangs de ceux qui étaient venus avec les blindés. Ils tenaient à faire «un peu» avant de regagner Fada. Mais comme on ne sait pas là où pouvait aller ce «un peu», des négociations ont été entreprises jusqu’au soir du 24 septembre pour convaincre l’élite de Fada de renoncer à son projet. Toute chose qu’elle a fini par accepter.

• Golden Tulip : le DG est parti
Pascal Jean, le DG du complexe hôtelier Golden Tulip Silmandé a quitté Ouagadougou dimanche 20 septembre. En catimini selon nos informations. Il quitte ainsi son poste à peine un an d’activités dans ce complexe hôtelier géré par Sopatel. En rappel, la rénovation de ce complexe 4 étoiles avait coûté près de 11 milliards de F CFA.

• Bingo : le Supermarché pris d’assaut
C’était la course au ravitaillement et aux provisions le week-end du 19 au 20 septembre. Les Ouagalais sentant que la crise ne se dénouerait pas rapidement, surtout avec la menace d’assaut des forces venues des provinces ont pris d’assaut stations d’essence, boutiques et autres supermarchés pour s’approvisionner, en cas de siège. C’est ainsi que lundi, le Supermarché Bingo situé du côté de Boinsyaare a vu pratiquement tous ces rayons de produits essentiels vidés par des clients venus nombreux.

• La Cedeao a beaucoup déçu
La méthode de négociation de la Cedeao suite au coup d’Etat a surpris plus d’un observateur. Après l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, la médiation de la Cedeao a donné l’occasion à toutes les parties de faire des propositions avant que l’organisation sous-régionale ne fasse la synthèse. Cette fois-ci, la Cedeao qui a plus discuté avec le chef des putschistes, le Général Gilbert Diendéré, a pris en compte une bonne partie de ses revendications, ignorant celles des autres composantes.

• Drame à la Mecque: deux Burkinabè parmi les victimes
Deux Burkinabè sont pour l’instant comptés parmi les victimes de la grande bousculade qui a eu lieu le 24 septembre dernier à la Mecque. Selon le président du Comité de suivi du pèlerinage à la Mecque au Burkina, Cheick Boni, le contingent burkinabè était déjà passé lorsque la bousculade est intervenue. Les deux infortunés ont été victimes de leurs retards, a-t-il expliqué sur les antennes de la RTB. Un bilan exhaustif sera dressé après le rassemblement de tous les pèlerins. Une cellule de crise est mise en place pour essayer d’informer les familles des pèlerins.

• Premier Conseil des ministres après coup d’Etat
Le premier Conseil des ministres de l’après coup d’Etat a eu lieu le 25 septembre 2015. C’est un Premier ministère placé sous très haute sécurité qui a été choisi pour abriter cette réunion, après le coup de force du 17 septembre 2015. Le président de la transition, Michel Kafando, et le Premier ministre Isaac Zida sont arrivés sous une salve d’applaudissements des membres du gouvernement.

• Internet : Onatel cible des putschistes
Dans le feu de l’action du putsch, des éléments du RSP ont eu l’idée d’aller demander à l’Onatel de couper son fil internet. Les circonstances de cette demande restent encore floues. Toujours est-il que la direction a demandé un ordre écrit par la tutelle de l’Office, le ministère en charge des télécoms en l’occurrence. L’histoire ne dit pas si cette demande est jamais arrivée, mais dans l’après-midi du 18 septembre, internet était indisponible pour tous ceux qui avaient une connexion Adsl. Entre le 20 et le 21 septembre, les militaires du RSP remettent ça. Ils s’en prennent cette fois à l’infrastructure technique.
La connexion est neutralisée. La direction de l’Onatel mobilise ses techniciens pour remettre les choses en ordre. Le 22 septembre, internet était de retour, mais avec un débit très faible. Il faudra encore du temps pour l’optimiser. Le syndicat des agents de l’Onatel a d’ailleurs protesté contre cet acte en publiant une déclaration condamnation ce qu’ils ont appelé des actes de vandalisme.

Commentaires
Numéro d'édition: 125

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.