Et maintenant ?

AINSI donc, le pouvoir est retourné à sa source. Entre les mains des militaires. Cette fois, ils ont pris définitivement leurs responsabilités. Le RSP et sa figure emblématique ont pris les devants pour mettre fin à une «transition déviante» selon eux, allusion faite au Code électoral qui exclut les responsables de l’ancien régime. C’est la motivation politique. Mais les griefs du CND ne sont pas que politiques. Il y a surtout la loi sur l’armée qui la concerne au premier plan et d’autres lois qui auraient été «promulguées à des fins personnelles». Le CND aura un difficile exercice d’explication face à l’opinion publique nationale et internationale. Comment faire accepter ce coup d’Etat qui intervient à la veille du double scrutin du 11 octobre? La pression diplomatique est forte et, à l’intérieur, les manifestations étaient loin de s’estomper au 3e jour du coup d’Etat. Le Général Gilbert Diendéré a du pain sur la planche: faire passer la pilule du coup de force et contenir les ardeurs de ses opposants, sans alourdir le bilan humain qui pourrait lui être opposé plus tard. Le Général joue désormais son va-tout. L’avenir du pays est désormais entre ses mains.

Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 124

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.