La société a enregistré plus de 3 milliards de FCFA de perte causée par les saccages qui ont eu lieu en janvier 2015. (DR)

True Gold: 30 milliards de F CFA d’investissement et 560 emplois locaux créés

n 3 milliards de FCFA de perte causée par les saccages

n Le premier lingot d’or pour mars 2016 au lieu de novembre 2015

n 85 milliards de FCFA sur 10 ans pour l’Etat

En janvier 2015, la filiale burkinabè de la société True Gold Mining, Riverstone Karma SA, installée dans la commune Namissiguima dans la province du Yatenga a été saccagée par les populations riveraines alors qu’elle était en pleine construction. Après un accord avec ces populations, la société a repris ses activités et compte livrer son premier lingot d’or en mars 2016. L’Economiste du Faso a rencontré le directeur général de la société Riverstone Karma SA, Cyriaque Ki, pour parler des investissements réalisés, la stratégie mise en place pour la reprise des activités.

– L’Economiste du Faso : Quel a été le processus d’acquisition du permis d’exploitation ?
Cyriaque Ki, directeur général de la société Riverstone Karma SA : Une demande de permis d’exploitation a été faite auprès du gouvernement burkinabè. Cette demande comprenait une étude de faisabilité, un plan de développement et d’exploitation incluant une étude d’impact environnemental, un plan d’atténuation des impacts négatifs et de renforcement des impacts positifs et un plan de suivi environnemental. Tous ces documents examinés et approuvés par les commissions gouvernementales, Karma SA a obtenu son permis d’exploitation en décembre 2013.

– Des populations ont-elles été déplacées dans le cadre de l’installation de la mine ? Si oui, comment le processus a-t-il été conduit ?
L’installation de la mine a nécessité le déplacement de 36 personnes, ce qui est très peu au regard des normes de la Société financière internationale (SFI) qui exige un plan d’action de relocalisation lorsque 200 personnes sont concernées.
La SFI est une structure de la Banque mondiale et un organe des Nations-Unies qui soutient les pays en développement avec des orientations spécifiques de Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). Bien que cela n’était donc pas une exigence de la SFI, Riverstone Karma SA a soumis un Plan d’action de relocalisation (PAR) qui a été examiné et validé en septembre 2013 par la session du Comité technique des évaluations environnementales (Coteve). Ce plan d’action intègre la compensation et les mesures d’accompagnement des personnes affectées.

– A combien estimez-vous les pertes engendrées par les saccages de vos installations en début d’année ?
La société a enregistré plus de 3 milliards de F CFA de perte causée par les saccages qui ont eu lieu en janvier 2015.

– Ce malheureux incident a-t-il joué sur le programme initial d’installation et d’exploitation de la mine ?
Après cet incident, Riverstone Karma SA a suspendu ses activités en vue de négocier et de dialoguer davantage avec les populations locales. Cette suspension a affecté le programme initial qui prévoyait la coulée du premier lingot d’or en novembre 2015.

– Comment comptez-vous rattraper le retard ?
Un retard ne se rattrape jamais, parce que le temps qui est passé ne revient pas. Cependant, avant l’interruption des travaux, nous étions en avance sur le calendrier de construction. Nous avons donc réajusté notre planification à tous les niveaux. Aujourd’hui, la construction de la mine a repris à plein régime, parce que nous avons une contrainte technique à cause de notre besoin en eau et nous sommes dépendants de la saison des pluies.

La mine a déjà réalisé un barrage d’une capacité de 1,5 million de m3 qui sert actuellement à la communauté locale. (DR)

La mine a déjà réalisé un barrage d’une capacité de 1,5 million de m3 qui sert actuellement à la communauté locale. (DR)

– Quel est le nouveau chronogramme de vos activités ?
Nous avions prévu avant la crise de couler le premier lingot d’or en novembre 2015, maintenant nous avons reporté cette date à mars 2016.

– Malgré la crise financière mondiale, True Gold a réussi à lever des fonds pour construire. Peut-on dire que vous avez la confiance des investisseurs ?
Notre société a réussi à lever des fonds pour la poursuite de la construction qui est actuellement bien avancée. Les investisseurs ont réitéré leur engagement à accompagner notre société et nous leurs en sommes reconnaissants. Il faut dire que notre projet représente un grand potentiel de développement tant pour notre société et nos partenaires que pour le Burkina Faso.

– En termes de retombées, à combien estimez-vous les recettes que la mine versera au budget de l’Etat?
Au cours des 10 premières années de vie de la mine, elle versera au budget de l’Etat plus de 85 milliards de F CFA en taxes diverses et revenus. Il convient ici de rappeler que l’Etat burkinabè est partenaire et actionnaire à hauteur de 10% de notre projet aurifère.

– En termes d’emplois, quelle politique a été mise en place pour favoriser les emplois locaux (nationaux et riverains de la mine) ?
En matière de création d’emplois au profit des compétences locales, Riverstone Karma SA a mis en place des procédures inclusives et transparentes de recrutement. Les populations des zones impactées par le projet, ainsi que les nationaux de façon générale, en sont les premiers bénéficiaires. Pour environ 560 emplois créés sur le plan national, 90% sont occupés par des nationaux dont 73% par les ressortissants de la zone d’intervention de la mine.

– En termes de Réalisations volontaires (RSE), que prévoit la mine ?
La mine a déjà réalisé un barrage d’une capacité de 1,5 million de m3 qui sert actuellement à la communauté locale.
Elle a aussi réalisé 2 forages d’eau pour la communauté de Ramatoulaye, participé à plusieurs opérations de reboisement, versé des compe^nsations aux propriétaires de champs, procédé à la réfection d’une école primaire à Boulonga, à la réhabilitation de plusieurs routes régionales dont celle reliant Ouahigouya à Namissiguima, ainsi que la route de Tougou jusqu’à Ramatoulaye pour soutenir le pèlerinage annuel dans cette ville sainte. La société prévoit d’investir localement dans différents projets communautaires en tenant compte des choix et priorités du plan de développement communal ainsi que des attentes et besoins exprimés par les populations locales impactées directement par le projet.
Interview réalisée par Elie KABORE

«Aujourd’hui, la construction de la mine a repris à plein régime, parce que nous avons une contrainte technique à cause de notre besoin en eau et nous sommes dépendants de la saison des pluies» dixit Cyriaque Ki, DG de Riverstones Karmi SA. (DR)

«Aujourd’hui, la construction de la mine a repris à plein régime, parce que nous avons une contrainte technique à cause de notre besoin en eau et nous sommes dépendants de la saison des pluies» dixit Cyriaque Ki, DG de Riverstones Karmi SA. (DR)


True Gold en bref

True Gold Mining est une société minière canadienne, promotrice de plusieurs projets dont le projet Karma dans la commune de Namissiguima, province du Yatenga. Ce projet est porté par la filiale burkinabè de True Gold Mining, Riverstone Karma SA, créée en 2012. Sa durée de vie est estimée à 10 ans, avec une possibilité d’extension à 20 ans. La compagnie a déjà réalisé dans le seul cadre du projet Karma plus de 60 millions de dollars US (30 milliards de FCFA) d’investissement au Burkina Faso et a créé 560 emplois locaux (effectif des employés à la fin du mois de juillet 2015) pour la phase de construction dans laquelle la mine se trouve actuellement.

 

Commentaires
Numéro d'édition: 123

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.