De l’eau dans le gaz

De l’eau dans le gaz

Le 18 mai dernier, la Commission nationale de la concurrence et la consommation a fait une injonction à la Sonabhy de «cesser le traitement discriminatoire concernant la prise en charge de la subvention sur le gaz au Burkina Faso», à la requête du Groupement professionnel des pétroliers, GPP. Cette décision met fin au portage de la subvention de la STD-Sodigaz par la Sonabhy en vigueur depuis 2001. En son temps, sans ce mécanisme, la Sodigaz n’aurait peut-être pas eu les ressources nécessaires pour satisfaire le marché. Les autres marketeurs achetaient plein pot le gaz qu’ils revendaient en détail et se faisaient rembourser ultérieurement par l’Etat. Le système aurait pu fonctionner sans accroc si l’Etat était bon payeur. Les longs retards de paiement auraient mis à mal les finances des autres marketeurs et celles de la Sonabhy.
La décision de la CNCC ordonne à la Sonabhy de traiter de façon équitable tous les marketeurs. Dès lors, trois alternatives s’offraient au gouvernement. La première consistait à aligner la Sodigaz sur les autres marketeurs en lui faisant désormais supporter la subvention. La seconde était de permettre aux autres marketeurs de faire comme la Sodigaz. La Sonabhy continuerait dans ce cas de supporter les subventions. La dernière option, qui est une solution radicale, est de permettre à chaque acteur de trouver son fournisseur. Cette option tuerait le monopole de la Sonabhy et cela n’est pas vu d’un très bon œil. Il est trop tôt pour évaluer l’impact de cette mesure sur le marché. Tout dépendra des capacités d’adaptation de la Sodigaz. Mais des secousses ne sont pas exclues.
Abdoulaye TAO

Commentaires
Numéro d'édition: 122

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.