A la UneEntreprises

Chambre des métiers de l’artisanat : Une nouvelle représentation à partir d’octobre

En avril dernier, un groupe d’élus consulaires de la Chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso (Cma-BF) avait réclamé la dissolution du bureau actuel et l’organisation de nouvelles élections. La crise s’était installée depuis 2012. Les frondeurs ont exhibé un certain nombre de dysfonctionnements dont ils ont attribué la responsabilité à l’équipe dirigeante.

Mais, contrairement à l’attitude qu’ils ont eu face à la Chambre de commerce et d’industrie (Cci-BF), ayant été confrontée au même type de revendication, les autorités nationales et le ministère de tutelle ont préféré laisser le mandat des élus aller jusqu’à son terme. C’est en 2010 que les premiers élus de la Cma-BF ont entamé une première mandature qui se termine effectivement en 2015. De nouvelles élections sont prévues pour offrir une nouvelle représentation à cette institution dédiée au secteur de l’artisanat. La période d’octobre prochain a été choisie pour ces élections. Visiblement, elles devraient avoir lieu au même moment que les élections prévues au sein de la Chambre de commerce et d’industrie.
En effet, le mandat de la Délégation spéciale actuellement à la tête de la Cci-BF prend fin le 31 octobre 2015, à l’issue des élections qui permettront d’installer une nouvelle Assemblée consulaire.
C’est le même timing qui semble réservé aux élections à la Cma-BF. Mais bien avant cette échéance et compte tenu des griefs et des nouvelles aspirations dans ce milieu, le Gouvernement a procédé à quelques modifications dans les statuts de la Cma-BF. Le Conseil des ministres du 15 juillet dernier a adopté un décret modifiant légèrement les statuts de l’institution. Ces modifications portent précisément sur les articles 27, 39, 41 du décret du 18 décembre 2009 portant statuts de la Cma-BF. «L’adoption de ce décret permet de doter les artisans de documents légaux, en vue de la tenue d’élections pour la mise en place de la deuxième mandature de la Chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso en octobre 2015 », explique le compte rendu du Conseil des ministres du 15 juillet dernier.
En attendant de disposer de la nouvelle mouture officielle, les responsables du ministère en charge de l’artisanat indiquent que les modifications visent à prendre en compte des dérogations, qui ont été accordées dans les statuts généraux. Ces modifications devront permettre de conformer les textes à un certain nombre de réalités sur le terrain.
Karim GADIAGA


La Cma-BF est la Chambre des artisans

A l’image de la Cci-BF réservée aux acteurs économiques des secteurs du commerce et de l’industrie, la Cma-BF a été créée par décret en date de 2007 pour les opérateurs économiques évoluant dans les métiers relevant de l’artisanat. C’est donc une Assemblée consulaire, une institution publique professionnelle dotée de la personnalité morale et d’une autonomie de gestion. Elle se compose de membres élus des organisations professionnelles d’artisans et des catégories d’activités de l’artisanat. Les activités artisanales sont classées en 4 catégories de métiers : l’alimentation, le bâtiment, la fabrication et le service. Les organes de l’institution sont l’Assemblée générale (75 membres élus pour un mandat de 5 ans renouvelable), le Bureau, les Commissions et la Direction générale. La première Assemblée a été mise en place en 2010.


 

Transport 4,7 millions de tonnes de marchandises importées

Le trafic maritime à l’importation et à l’exportation pour les marchandises ordinaires en 2013 est évalué à 1.923.000 tonnes dont 1.662.000 tonnes pour l’importation et 261.000 tonnes pour l’exportation. Ces données montrent que le Burkina Faso importe plus de marchandises qu’il n’en exporte. Par la voie aérienne, 3.057 tonnes de fret ont été embarquées aux aéroports de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, dont seulement 4 tonnes à Bobo-Dioulasso.

tablo

Quant au transport routier, les importations routières totales s’élèvent à 2.432.791 tonnes. Par axe d’échanges, le Burkina Faso importe plus par le Togo (1.249.458 tonnes), ensuite par le Ghana (440.496 tonnes), puis par le Bénin (430.869 tonnes) et la Côte d’Ivoire (304.298 tonnes).
Le Burkina Faso a exporté 176.736 tonnes par le Togo. Les exportations par le Bénin se chiffrent à 20.359 tonnes, le Ghana 10. 166 tonnes et la Côte d’Ivoire 97.101 tonnes.
Ces importations routières ont cerné les produits suivants : les produits minéraux les plus importés en raison de 1.241.468 tonnes; les produits du règne végétal : 299.868 tonnes, les produits des industries alimentaires, boissons et liquides alcooliques, tabacs : 157.503 tonnes, les produits chimiques: 145.233 tonnes. Les métaux communs: 134.693 tonnes.

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page