Produits alimentaires : Les prix ont reculé de 14%

• Leur niveau le plus bas depuis 5 ans

• Une production céréalière de 2.527 millions de tonnes pour 2015

Les cours des produits alimentaires sur les marchés internationaux ont reculé de 14 % entre août 2014 et mai 2015, atteignant leur niveau le plus bas depuis cinq ans, selon la dernière édition du rapport Food price watch, paru le 1er juillet 2015. Ce repli prononcé s’explique principalement, selon la Banque mondiale qui a relayé l’information, par la faiblesse du prix du pétrole en 2014, à l’origine d’une offre alimentaire abondante, et par des perspectives de récoltes exceptionnelles pour le blé, le maïs et le riz, en 2015. Le secteur agricole et alimentaire continue en effet de bénéficier d’engrais chimiques, de carburants et de frais de transport moins coûteux grâce à la chute des cours du pétrole en 2014 et dont le redressement récent ne déstabilise pas les prix des produits alimentaires. «Cette baisse des prix des produits alimentaires est bienvenue, car elle permet à davantage de familles pauvres de se nourrir.», a souligné José Cuesta, économiste senior au pôle pauvreté du Groupe de la Banque mondiale. Quant aux perspectives de récolte céréalière, la production sera supérieure aux prévisions pour la campagne 2015, en dépit des appréhensions dues au phénomène El Niño (traduit pas une hausse de la température à la surface de l’eau). Toutefois, un fort déficit de maïs en Afrique subsaharienne suscite des préoccupations croissantes, ainsi que de mauvais résultats dans d’autres zones victimes d’insécurité alimentaire. Selon l’Indice Fao des prix des produits alimentaires et la nouvelle édition du rapport trimestriel Perspectives de récolte et situation alimentaire, parus le 9 juillet 2015, la production céréalière mondiale cette année devrait s’établir à 2.527 millions de tonnes, soit un recul de 1,1% par rapport au record de 2014, mais une amélioration par rapport aux projections du mois dernier. Pendant ce temps, l’Indice des prix des produits alimentaires a fléchi de 0,9% en juin par rapport au mois de mai. Il est désormais inférieur de 21% à celui d’il y a un an et à son plus bas niveau depuis septembre 2009. Cependant, ces tendances de prix et perspectives favorables de la production céréalière mondiale occultent des zones localisées d’insécurité alimentaire, met en garde le rapport de la Fao. En effet, quelque 34 pays, dont 28 en Afrique – dont beaucoup hébergent des réfugiés en grands nombres – ont besoin d’une aide alimentaire extérieure.

NK


L’Afrique, source de multiples préoccupations

Sur le continent africain, la production globale de 2015 s’annonce inférieure au résultat atteint de l’an dernier; l’ensemble des régions prévoyant des récoltes réduites, à l’exception de l’Afrique centrale et de l’Afrique du Nord. En Afrique australe, la production céréalière totale devrait diminuer de 17%, principalement du fait des précipitations saisonnières irrégulières et d’une période de sécheresse prolongée. En Afrique de l’Ouest, malgré les bonnes récoltes rentrées l’an dernier au Sahel, de vastes zones de la ceinture du Sahel ont pâti d’une forte baisse de la production due aux mauvaises conditions météorologiques, notamment dans les pays situés à l’Ouest de la sous-région. En Afrique centrale, en dépit des conditions météorologiques favorables qui ont régné en République centrafricaine, la persistance du climat d’insécurité civile devrait avoir des répercussions négatives sur la campagne en cours. En Afrique de l’Est, des pluies tardives et irrégulières depuis le début de la campagne de végétation en mars ont nui aux perspectives de production.

Commentaires
Numéro d'édition: 118

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.