Salifou Zongo, directeur du cabinet Cagefic, compte initier une 2e session d’incubation. (DR)

Bagrépôle : 11 projets sortis de l’incubateur

• Deux mois de travail

• Un besoin de financement de 126 millions

• 51 emplois en vue

Le cabinet Cagefic, avec l’appui financier et technique de la Maison de l’entreprise et du Projet pôle de croissance de Bagré, a initié une session de formation et de coaching pour l’incubation de projets de technologies modernes à Bagré. La clôture de cette session a eu lieu le 24 juin 2015 au centre éco-touristique de Bagré. Les participants, qui ont été coachés et formés pendant deux mois à Bagré, ont élaboré onze projets innovants dans les domaines des énergies renouvelables, de la commercialisation des produits locaux, des Technologies de l’information et de la communication (Tic) et de la sécurisation des récoltes sur les aires agricoles.

La photo de famille des acteurs de la 1re session d’incubation de projets de technologies modernes à Bagré. (DR)

La photo de famille des acteurs de la 1re session d’incubation de projets de technologies modernes à Bagré. (DR)

Un centre d’incubation, faut-il le préciser, est une sorte de résidence de création de projets qui permet à l’incubateur d’apporter l’expertise nécessaire aux promoteurs, afin de l’amener à transformer son idée de projet en une entreprise. Quinze incubés ont participé de bout en bout aux différentes sessions de formation pour aboutir à l’élaboration de onze projets pour un coût global de 141.384.923 FCFA, avec un besoin de financement de 126.031.359 FCFA pour 51 emplois à créer.
Des résultats jugés satisfaisants par la Maison de l’entreprise et le Projet pôle de croissance de Bagré qui souhaitent les voir être mis en œuvre au profit des producteurs de Bagré. Pour P. Salifou Zongo, directeur du cabinet Cagefic, initiateur de l’activité, c’est une fierté d’aboutir à des résultats palpables. Il félicite les porteurs d’idées qui ont joué leur partition en acceptant d’apprendre des incubateurs afin de réaliser leurs projets. Salifou Zongo a dit avoir initié cette première session de formation pour mettre en exergue les talents des jeunes et les projets qu’ils nourrissent au bénéfice de Bagrépôle et des autres pôles de croissance.
Le cabinet a donc pour rôle d’initier le dossier, de rechercher les experts et d’apporter une formation technique et un coaching personnalisé aux participants. «Les étudiants ont manifesté leurs besoins, ils ont lancé les grandes idées et sur cette base, nous avons fait une présélection en fonction de la pertinence du projet, de la motivation du porteur de projet, de la faisabilité technique et financière, dans le temps. C’est ainsi que nous avons fait le choix de ces 15 étudiants qui portaient des projets innovants», nous a confié le directeur de Cagefic pour donner les critères de sélection des incubés.

Quelle suite pour les projets élaborés ?
Durant les 2 mois d’incubation, les participants ont bénéficié en premier lieu d’une formation pour leur permettre de consolider leur esprit entrepreneurial et leurs idées de projets. Ils ont aussi été suivis et coachés durant l’évolution des travaux par deux experts métiers et un superviseur résident.
Des sorties terrain pour rencontrer les acteurs de la production locale pour mieux cerner les réalités ont été également organisées.
Pour résumer les travaux de la session d’incubation de Bagré, Mamadou Sako, porte-parole des incubés, affirme avec satisfaction : «Ces deux mois passés au centre d’incubation de Bagré nous ont permis de mûrir nos idées de projets au point de pouvoir les concrétiser dans un futur très proche, avec l’appui financier et technique des différents partenaires».
Il émet néanmoins des inquiétudes quant à la suite qui sera donnée à leurs projets.
Le premier responsable de Cagefic dit avoir le soutien d’autres partenaires pour trouver avec eux des canaux qui pourront apporter leur appui financier aux porteurs de projets qui viennent de naître. Il souligne que tous les projets élaborés ont été déposés pour les compétitions aux plans d’affaires, d’où la possibilité que certains soient financés à travers les Journées de l’entrepreneuriat burkinabè (Jeb). Salifou Zongo a dit également sa disponibilité pour suivre la mise en œuvre de ces projets avec l’appui d’autres partenaires. «L’objectif est qu’on puisse voir ces entreprises résider à Bagré où dans d’autres pôles de croissance, qu’elles puissent exister», a-t-il conclu.
M N


 

Les 11 projets élaborés

– Conception et réalisation de systèmes électriques économes à base des bio-digesteurs à Bagré
– Mise en place d’une entreprise de gestion informatisée des fermes agricoles à Bagré
– Mise en place d’un système d’automatisation de pompage à sondes et de capteurs d’humidité via l’énergie solaire
– Création d’une entreprise dans le domaine énergétique et hydraulique
– Création d’une entreprise de services énergétiques et d’informatique industrielle spécialisée dans la sécurisation des aires agricoles : Technology vision
– Projet de commercialisation de formations professionnalisées en agriculture et élevage
– Motorisation des machines semi-automatiques dans les champs agricoles
– Mise en place d’un circuit de distribution à travers une plateforme de produits agricoles « Promodis » à Bagré
– Projet de mise en place d’une plateforme web/sms et mobile d’information de vente/achat de produits agro-sylvo-pastorales
– Plateforme technique de e-commerce et une entreprise d’agrobusiness (GReCOM)
– Site d’informations et d’analyses sur l’agriculture et le développement rural au Burkina Faso (Googolfarmer).

Commentaires
Numéro d'édition: 118

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.