Dattes Le commerce victime du terrorisme

• Une baisse drastique des importations

• Pas de variation sur les prix

La période de jeûne tant attendue par les commerçants de dattes n’a pas tenu toutes ses promesses cette année. Et pour cause, la marchandise fait défaut. Importés depuis l’Algérie via le Niger, ces fruits très prisés par les musulmans pour rupture du jeûne sont de moins en moins disponibles sur le marché. Les commerçants justifient cette «pénurie» par la menace terroriste au Niger qui contraint l’Algérie à fermer ses frontières. «Nous avons du mal cette année à avoir les dattes. Nous les achetons au Niger, mais les dattes viennent d’Algérie. A cause de la menace terroriste, les frontières entre le Niger et l’Algérie ne s’ouvrent que tous les 15 jours. Ce qui fait que les marchandises viennent au compte-goutte. Nous sommes obligés de faire avec ce que nous gagnons», explique Abdoul Salam Tiemtoré, un importateur de dattes. L’importation des dattes a donc baissé cette année. De 40 tonnes importées en moyenne par les 15 gros importateurs de Ouagadougou en période de jeûne, la disponibilité de la marchandise est passée à environ 8 tonnes. Une baisse fortement ressentie au début du mois de jeûne, mais vite combler avec le temps.

Cependant, la pénurie n’a pas eu d’influence sur les prix, rassurent les commerçants. «Cette année, il y a un manque, certes, mais les prix n’ont pas pour autant varié. Nous avons gardé les mêmes tarifs que les années précédentes». Les prix des dattes varient selon les quantités. Le sac de 100 kg est vendu à 90.000 FCFA et le kilogramme à 1.000 F CFA. Selon les commerçants, la vente des dattes n’est pas très porteuse de bénéfice. De plus, la vente à crédit rend les choses encore plus difficiles. Selon Fayçal Sawadogo, un commerçant, le bénéfice sur la vente d’un sac de 100 kg est de 2.500 F CFA. « La vente des dattes est devenue une tradition pour nous, sinon nous n’avons pas beaucoup de bénéfice dans son commerce. De plus, avec la vente à crédit, il nous est parfois difficile de rentrer dans notre budget», affirme-t-il. Le plus gros des ventes de ce fruit se fait pendant la période de jeûne musulman. Passé cette période, les ventes dégringolent. Néanmoins, les dattes sont disponibles toute l’année. Sa consommation est très conseillée parce que riche en éléments nutritifs. La datte possède une composition originale qui la différencie nettement des autres fruits. Elle est surtout commercialisée et consommée sous la forme séchée, c’est-à-dire partiellement déshydratée. Elle ne renferme plus alors que 15 à 20% d’eau en moyenne au lieu de 65 à 70% dans la datte fraîche. Riches en glucides, les dattes constituent un aliment de choix pour faciliter le travail musculaire. Elles sont riches en sels minéraux dont le potassium, le calcium et le fer et en vitamines, dont les vitamines B2, B3, B5, B6. Elles sont encore très riches en fibres alimentaires nécessaires pour éviter la constipation. Des études ont démontré que les fibres solubles jouent un rôle dans la réduction du taux de cholestérol ainsi que dans la normalisation des taux de glucose et d’insuline. Par conséquent, elles peuvent contribuer à diminuer le risque de maladies cardiovasculaires.

Germaine BIRBA


 

Les dattes et le jeûne musulman

Les dattes sont très consommées en période de jeûne musulman. Plusieurs versions expliquent le lien entre le jeûne et les dattes. Mais il faut juste retenir que les dattes étaient les fruits prisés par le prophète Mahomet. De par ses richesses nutritionnelles, elles contribuent à l’équilibre alimentaire de la personne à jeun en lui apportant de nombreuses vitamines. o

Commentaires
Numéro d'édition: 117

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.