Lutte contre le chômage : La Transition explique ses objectifs

• Soutien aux initiatives économiques des jeunes

• Un programme au pas de course

La fin de semaine sera très studieuse pour le gouvernement de transition. A partir du 18 juin et durant 2 jours à Gaoua, dans la région du Sud-Ouest, le ministre la Jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi, aidé par ses pairs de l’exécutif, tentera de répondre aux préoccupations des jeunes du Burkina.

«Autonomisation et responsabilisation des jeunes : états des lieux et perspectives» est le sujet de prédilection autour duquel les jeunes interpelleront les politiques, le président Michel Kafando en premier. Le clou de ses Assises sera le face à face que les représentants de la jeunesse auront avec le président du Faso.
Le président intérimaire, dans son message de nouvel an 2015, avait déclaré que lui et son Gouvernement n’allait pas oublier leurs engagements en faveur des jeunes.
En plus de l’inscription au budget national d’une ligne de crédit, ils comptaient mobiliser des ressources additionnelles pour jeter les bases d’un programme pour l’emploi des jeunes, tout en précisant qu’en raison de la durée de vie de la Transition, ils traceront au moins les sillons, à charge pour ceux qui viendront après eux de les parfaire. Aussi ont-il promis le maintien et la consolidation de l’effort budgétaire sur les secteurs sociaux, traduit à travers la mise sur pied mi-mars du Programme socio-économique d’urgence de la Transition (Psut) portant sur la création de 10.000 unités économiques au profit des jeunes et des femmes et le renforcement des infrastructures éducatives et sanitaires. Malgré un budget de l’Etat 2015 de 1.515 milliards de francs CFA, qualifié d’austère, le Gouvernement a consenti 25 milliards au Psut.
Trois mois après, le Conseil des ministres du 9 juin se félicite des acquis enregistrés, même s’il ne s’agit, pour l’heure, que du lancement officiel du programme, du choix des sites d’implantation des infrastructures, de la sélection des entreprises pour la réalisation des infrastructures de santé et d’éducation, de la rencontre de cadrage avec les entreprises, des actions pour la capitalisation des efforts dans la lutte contre le chômage.

Christian KONE


 

10 milliards d’investissement en 7 mois

D’après le ministère en charge de la Jeunesse, la création d’emplois au profit des jeunes sur toute l’étendue du territoire national bénéficie de 10 milliards de FCFA sur les 25 alloués au Programme socio-économique d’urgence de la Transition. Ce fonds servira à soutenir les initiatives économiques et ainsi permettre à 15.000 emplois de voir le jour. Si tout se passe bien, 3.000 projets de jeunes à fort potentiel auront du financement, 3.000 jeunes promoteurs en gestion de micro-entreprise seront formés, 1.000 autres outillés aux métiers non agricoles avec kits d’installation et fonds de roulement, quand un millier de leurs camarades du monde rural seront en train d’être insérés dans les métiers agricoles. Le ministère de la Jeunesse assure que les heureux bénéficiaires, choisis en toute transparence, auront tous l’accompagnement nécessaire afin de garantir la viabilité des entreprises créées à travers l’appui-conseil et le suivi des projets financés.

Commentaires
Numéro d'édition: 114

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.