Cheikha Moza bint Nasser est présidente de la Fondation du Qatar pour l’éducation (Education Above All), envoyée spéciale de l’Unesco pour l’éducation de base et l’enseignement supérieur, et membre du Groupe de mobilisation pour les Omd des Nations unies.

Une éducation pour tous les enfants – Par Moza bint Nasser –

SÉOUL – Lors d’une récente visite à un camp de réfugiés syriens en Turquie, j’ai été témoin d’exemples les plus éloquents qui soient de l’endurance humaine. Et pourtant, parmi toutes ces histoires de traumatismes et de pertes, ce qui m’a le plus touché était la soif inextinguible de ces familles de réfugiés pour une éducation.
Les enfants à qui j’ai parlé ont évoqué leur désir de continuer à apprendre dans les écoles de fortune du camp, entassés dans des classes où les enseignants dispensent par rotation des cours depuis avant l’aube jusqu’après le coucher du soleil. Leurs parents m’ont parlé de l’espoir qu’ils placent dans les vertus transformatrices de l’éducation.

L’Unesco estime que 250 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. (DR)

L’Unesco estime que 250 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. (DR)

La Syrie pouvait autrefois s’enorgueillir d’une éducation universelle. Aujourd’hui, avec plus de quatre millions de personnes obligées de fuir leur foyer à cause des violences qui ravagent le pays, elle est devenue l’un des endroits du monde à souffrir de ce qui ne peut qu’être qualifié de crise mondiale de l’éducation. Il y a dans le monde quelque 58 millions d’enfants en âge d’être scolarisés au primaire qui ne le sont pas, et il est particulièrement difficile de subvenir aux besoins de ceux qui sont affectés par des conflits ou des catastrophes naturelles.
Pire, le nombre d’enfants réfugiés qui ne sont plus scolarisés – par exemple, au Népal, en Birmanie et au Yémen – croît à un rythme inquiétant. Si la communauté internationale n’agit pas pour élever et éduquer ces enfants, le cycle de la pauvreté et des conflits se reproduira pour les générations à venir.
Le fait que tant d’enfants ne soient pas scolarisés est clairement un échec de la part des Gouvernements qui, en 2000, se sont engagés lors de l’adoption des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) à faire en sorte qu’à l’horizon 2015, tous les enfants aient accès à l’école primaire.
A cette fin, il ne suffit pas qu’ils soient inscrits à l’école ; il faut encore qu’ils y restent et reçoivent une éducation de qualité. L’Unesco estime que 250 millions d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne savent ni lire, ni écrire, ni compter.
Il est particulièrement approprié que la Corée du Sud, si souvent citée comme modèle de ce que l’investissement dans l’éducation apporte, accueille ce Forum. Le pays consacre près de 8 pour cent de son Pib à l’éducation, et l’Unesco a estimé que chaque dollar investi dans l’enseignement primaire se traduit par des gains économiques de l’ordre de 10 à 15 dollars. La Corée du Sud, qui s’est hissée des rangs des pays les plus pauvres à l’un des plus riches en deux générations seulement, est la preuve vivante des bénéfices de l’éducation.
Où que je me rende en tant que présidente de la fondation du Qatar pour l’éducation, je rencontre des enfants intelligents et motivés, qui n’ont pas eu la chance d’avoir accès à des études. Alors que le monde se définit aujourd’hui de nouvelles priorités, nous ne pouvons pas oublier notre responsabilité envers ceux qui sont victimes de notre laxisme. Ce travail n’est pas fini.
Nous devons maintenir notre engagement à réaliser l’objectif d’une éducation primaire de qualité pour tous les enfants – pas seulement pour quelques-uns, ni même pour une majorité d’entre eux – où qu’ils vivent.

Traduit de l’anglais par Julia Gallin
Copyright: Project Syndicate, 2015.
www.project-syndicate.org


Miser sur la qualité

Cette semaine (19-22 mai dernier ndlr), la communauté internationale aura l’occasion de remédier à cette situation scandaleuse. Les décideurs politiques du monde entier se réuniront en Corée du Sud à l’occasion du Forum mondial sur l’éducation pour établir des objectifs mondiaux pour l’éducation destinés à remplacer les Omd.
Les nouveaux Objectifs de développement durable (Odd) qui devront être convenus cette année soulignent les défis que les Gouvernements devront relever d’ici à 2030. Je ne peux qu’insister sur le fait qu’une éducation primaire universelle de qualité doit être l’une des priorités des Odd. L’accent porte, en l’occurrence, sur la qualité.
Un succès ne se mesure pas seulement au nombre d’enfants inscrits, ni même à leurs résultats à des épreuves standardisées. Les résultats les plus importants tiennent aux retombées tangibles et intangibles de l’éducation sur la qualité de vie des étudiants. Il est temps de parachever le travail des Omd.

Commentaires
Numéro d'édition: 111

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.